Procès Habré : Reed Brody invite la justice à faire preuve d’ingéniosité


Procès Habré : Reed Brody invite la justice à faire preuve d’ingéniosité

Les autorités judiciaires sénégalaises devront faire preuve d’une grande ingéniosité tant de nombreux défis importants restent à relever dans la tenue du procès de l’ancien président tchadien Hissène Habré, affirme Reed Brody, Conseiller juridique auprès de Human Rights Watch.

Les députés sénégalais ont voté le 19 décembre le projet de loi autorisant le président de la République à ratifier l’accord entre le gouvernement du Sénégal et l’Union africaine (UA) sur la création de chambres africaines extraordinaires au sein des juridictions sénégalaises pour permettre le jugement de l’ancien président tchadien Hissène Habré. ‘’La création des Chambres sera-t-il l’heureux dénouement du feuilleton ? Les autorités judiciaires sénégalaises devront faire preuve d’une grande ingéniosité tant de nombreux défis importants restent à relever’’, écrit Reed Brody dans une tribune dont l’APS a obtenue copie. Selon lui, ‘’enquêter sur des crimes commis en masse il y a plus de vingt ans dans un autre pays et en poursuivre les auteurs ne peut être qu’une tâche coûteuse et complexe’’.

 ‘’Heureusement, ces douze années ont permis la construction d’un dossier solide, notamment grâce à la récupération des dossiers de la police politique de Hissène Habré, la terrible Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), qui devrait être une aide précieuse pour les juges d’instruction sénégalais’’, ajoute M. Brody qui a travaillé avec les victimes de Hissène Habré depuis quatorze ans. Il précise que ‘’rien que dans ces documents, figurent les noms de 1 208 personnes décédées et de 12 321 personnes victimes d’arrestations arbitraires ou autres formes de mauvais traitements’’. Reed Brody estime ensuite qu’’’avec un budget d’environ 7,4 millions d’euros consenti par la communauté internationale - y compris les Etats-Unis et la France (…) le tribunal ne pourra pas organiser un +procès-fleuve+ et poursuivre Habré pour tous les crimes présumés de son régime’’. Selon lui, ‘’le parquet devra faire preuve de perspicacité en adoptant une stratégie de poursuites limitée à un échantillon des crimes les plus graves commis par le régime de Habré, tout en étant représentatif des différents épisodes de la répression et de la diversité des victimes (prisonniers politiques, Arabes, Hadjerai, Zaghawa et sudistes)’’. 

‘’Un des grands enjeux de ce procès est justement de permettre à ces victimes, véritables protagonistes de cette affaire, d’y trouver leur compte et avec elles l’ensemble de la société tchadienne’’, soutient Reed Brody. Il souligne que ‘’sous l’impulsion du président sénégalais, Macky Sall, et de sa ministre de la Justice, Aminata Touré, le Sénégal a déjà fait bien plus en huit mois que le gouvernement d’Abdoulaye Wade en douze ans’’. Le mandat des chambres sera de poursuivre la ou les personnes les plus responsables pour les crimes internationaux commis au Tchad entre 1982 et 1990. Hissène Habré vit en exil à Dakar depuis la chute de son régime en 1990, après huit ans au pouvoir. Il avait été renversé par l’actuel président tchadien, Idriss Deby Itno, qui était un de ses proches collaborateurs avant d’entrer en rébellion. Selon une commission d’enquête tchadienne, le régime de Habré a fait plus de 40.000 morts parmi les opposants politiques et parmi certains groupes ethniques.(Aps)

Lundi 31 Décembre 2012
Dakaractu Redacteur




1.Posté par mame boye le 31/12/2012 21:01
du nouveau sur skype vous voulez connaitre votre avenir ajoutez moi la.voyante89



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016