Prix du carburant : les stations services plaident la révision de la marge bénéficiaire


Prix du carburant : les stations services plaident la révision de la marge bénéficiaire
Le président du comité d’initiative de l’Association des gérants de stations services du Sénégal (AG3S), Amadou Diop Sylla, a invité dimanche l’Etat à revoir la marge bénéficiaire de 10,5 francs Cfa par litre de carburant vendu qui, selon lui, est la plus faible de la sous-région.

‘’La marge bénéficiaire est de 10,5 francs par litre vendu si le client paie cash. S’il paie par tickets, elle est de 6,3 pour le super et de 8 francs pour le gasoil (…). Cette marge est la plus faible de la sous-région, y compris les pays enclavés dont le carburant transite par le port de Dakar’’, a-t-il dit.

Le président de l’AG3S s’exprimait lors de l’Assemblée générale constitutive de la dite association. Etaient présents à la rencontre un représentant du ministre chargé de l’Energie et des gérants de stations services des grandes compagnies pétrolières.

Selon M Sylla, la marge bénéficiaire n’a pas changé depuis des dizaines d’années excepté les 2 francs qui ont été ajoutés à la marge sur le gasoil récemment. A cet effet, il précise que ‘’la marge est de 18 francs en Côte-d’Ivoire et 14 francs au Mali’’.

‘’Nous voulons qu’on nous déclasse des grandes entreprises, car nous n’en avons pas la capacité. Nous ne sommes que les commissionnaires des grandes entreprises pétrolières et tout leur appartient’’, s’est plaint M Sylla.

Revenant sur la récente grève des transporteurs, qui protestaient contre la hausse du prix du carburant, le président de l’AG3S a déclaré qu’ils ‘’soutiennent’’ ce mouvement, car explique-t-il, la hausse du carburant ‘’ne nous profite pas’’. La marge de 10 francs établie par l’Etat n’a aucune proportionnalité avec le prix du carburant, a-t-il expliqué.

Selon Amadou Adama Lô, gérant d’une station service, ‘’il y a plus de difficultés que de joie’’ dans ce travail. ‘’Outre la marge bénéficiaire, a-t-il souligné, les gérants des stations services rencontrent des difficultés liées à la pression fiscale qui est extrêmement forte, à la température du carburant qui dépasse quelque fois 40 degrés alors que la température normale est de 25 et bien sûr les relations avec les pétroliers’’.
Dimanche 8 Janvier 2012
APS




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016