Prison de Tambacounda : Malick Noël Seck loge dans la cellule des mineurs et refuse de s’alimenter

Le leader de la Convergence socialiste, emprisonné au camp pénal pour outrage à magistrat, pour deux ans ferme, a été transféré à la prison de Tambacounda où il est arrivé vers 06 heures du matin le samedi. Une nouvelle amèrement reçue par ses camarades de parti, la responsable des femmes socialistes de Tamba, Ba Oumou Diallo et le responsable des jeunesses socialistes, Sina Cissokho. Le coordonnateur de la Raddho de Tambacounda, parle « de chose indigne de la part de nos autorités ». Selon Alioune Badara Diallo, « c’est une violation flagrante des dispositions des règles minima de détention ».


Prison de Tambacounda : Malick Noël Seck loge dans la cellule des mineurs et refuse de s’alimenter
Le Sénégal a-t-il son Robben Island ? Après Mamadou Dia dans les années 60, Barthélémy Diaz en 2008, c’est au tour de son camarade, Malick Noel Seck d’être déporté ou plutôt transféré dans la prison de Tambacounda. Une ville où les conditions de détention sont souvent réputées exécrables suite au surpeuplement et la forte canicule qui sévit dans cette partie Est du pays. L’état aurait décidé aussi de l’éloigner de la capitale où ses camarades, ses avocats et les organisations des droits de l’Homme veillent sur tout. Le transfert du leader de la Convergence socialiste, condamné à deux ans de prison ferme pour outrage à magistrat, Malick Noel Seck a eu lieu le vendredi dans la plus grande discrétion, selon nos sources. «La responsable des femmes socialistes de Tamba, Ba Oumou Diallo, le responsable des jeunesses socialistes, Sina Cissokho et Fatima Traoré se sont rendus à la prison de Tambacounda pour lui apporter à manger, mais à leur grande surprise, on leur apprend que Malick Noel Seck n’était pas transféré à la prison de Tambacounda», rapporte Mme Ba Oumou Diallo. Selon le responsable des jeunesses socialistes de Tamba, le président de la République, Me Wade n’a aucun respect pour les populations orientales qu’il assimile « à un dépotoir ». Sina Cissokho trouve que cette décision des autorités est « injuste ». Pour lui, si l’administration pénitentiaire est libre de faire des transferts, il faut reconnaître que ce transfert ne correspond pas à la normalité.

« Une violation flagrante des dispositions des règles minima de détention », selon la Raddho

C’est avec surprise et désolation que le défenseur des droits de l’homme à Tambacounda, Alioune Badara Diallo a appris ce transfert qu’il qualifie de «de une violation flagrante des dispositions des règles minima de détention ». Le patron de la Raddho à Tambacounda dénonce le transfert de Malick Noel Seck avec la dernière énergie. « Le fait que Malick noël soit transféré à la prison de Tambacounda. Nous le dénonçons doublement. Politiquement la décision ne s’impose pas compte tenu du contexte dans lequel nous vivons aujourd’hui. Ce n’est pas rendre service au Sénégal encore moins à la démocratie. Actuellement nous avons des problèmes au niveau du pays et se serait bien que Malick puisse rester à Dakar », a déclaré Alioune Badara Diallo qui ajoute que « Le transférer à Tambacounda est une chose indigne de la part de nos autorités. Deuxiement, il ya aussi un problème de loi. On doit le laisser séjourner à Dakar que de l’amener à Tamba. C’est comme si Tambacounda était un enfer ». Et le patron de la Raddho de poursuivre qu’ « avec Barthélémy Diaz, on a vu un phénomène pareil, aujourd’hui c’est la meme chose qui se reproduise pour dire que les autorités de l’alternance n’ont aucune considération pour les libertés démocratiques, les droits de la personne ». Malick Noël Seck qui a quitté Dakar vendredi vers les coups de 20hures avant d’arriver vers 2heures du matin à Tambacounda devient ainsi un pensionnaire de la maison d’arrêt et de correction de Tambacounda. Il quitte ainsi le Camp pénal de Liberté 6 qu’il avait rejoint le samedi 22 octobre dernier en provenance de la chambre 37 de la prison centrale de Reubeuss qu’il occupait depuis son placement sous mandat de dépôt par le procureur de la République. Le jeune socialiste a été condamné à 2 ans de prison ferme par le tribunal des flagrants délits de Dakar pour « menace de mort » et « outrage à magistrat ». Il va donc purger le reste de sa peine à Tambacounda si entre temps, il n’est pas libéré par la Cour d’appel qu’il a saisi.


Par Assane Diallo / Tambacounda.info /
Mardi 15 Novembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016