Présidentielle au Gabon : tensions et guerre des chiffres (Jeune Afrique)

La capitale gabonaise vit des lendemains de vote sous haute tension. Jean Ping, le principal rival du président sortant, Ali Bongo Ondimba, s’est proclamé élu, alors même que les opération de compilation des votes se poursuivent.


Le jour même du vote, samedi 26 août, alors que les bureaux de vote pour l’élection présidentielle gabonaise n’avaient pas fini leur dépouillement, des « résultats » par bureaux ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux. Craignant de se faire « voler » leur victoire, les partisans du candidats Jean Ping ont investi Facebook et des applications cryptées comme WhatsApp pour diffuser des chiffres en photos et en vidéos. « Je suis l’élu. J’attends que le président sortant m’appelle pour me féliciter », a déclaré Jean Ping ce dimanche devant la presse invitée à son quartier général.

Mensonges et trucages, a-t-on dénoncé dans le camp adverse, celui d’Ali Bongo Ondimba (ABO). « Ils ont fait venir des infographistes étrangers pour manipuler les images et les diffuser dans le but d’abuser la population », estime un membre de l’état-major de campagne du président sortant. Selon Alain Claude Billie By Nze, porte-parole d’ABO, ce dernier est en avance « irréversible » dans cinq provinces par rapport à son rival Jean Ping. Mais il est hors de question de diffuser les chiffres pour ne pas contrevenir aux prescriptions de la loi, qui réserve à la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) et au ministre de l’Intérieur la primeur de la publication des résultats.

Un scrutin serré

Selon nos informations, les scores seraient serrés, notamment dans la province de l’Estuaire, la plus peuplée du pays. Alors que près de 600 bureaux de vote (sur 2580) manquaient encore au décompte en cette fin d’après-midi, les chiffres que nous avons consultés donnent une avance provisoire au président sortant, Ali Bongo Ondimba, crédité de 37,06% des votes tandis que son principal concurrent, Jean Ping suivrait en deuxième position avec 23,22% des suffrages. Les deux candidats finiront au coude à coude dans l’Estuaire, la province de Libreville.

En revanche, Jean Ping aurait d’ores et déjà remporté trois provinces : le Woleu Ntem, le Moyen Ogooué, l’Ogooué maritime, tandis qu’Ali Bongo Ondimba s’est imposé de manière écrasante dans le Haut Ogooué, l’Ogooué Ivindo, l’Ogooué Lolo, la Nyanga et la Ngounié.

Restent les bureaux manquant, localisés dans les zones enclavées ou encore les bureaux litigieux, notamment du 3è arrondissement de Libreville, traditionnellement acquis au parti au pouvoir, qui ont été le théâtre de violences.

anquent aussi des bureaux de la Nyanga, susceptibles de faire progresser Jean Ping et des bureaux du haut Ogooué, l’un des fiefs du pouvoir.

Lundi avant midi, promet-on à la Commission électorale, Pacôme Moubelet, le ministre de l’Intérieur, lira les résultats définitifs de cette élection sous haute tension.
Dimanche 28 Août 2016
Jeune Afrique




1.Posté par Alternance le 29/08/2016 08:34
En toute logique 37,06 % et 23,22 % pour ping = 60.28 des suffrages...
Question à qui profite les 39% restant ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :