Président Respectez-vous ! Respectez-nous ! Risque du syndrome des locales de 2014 à Dakar (Par Lass Badiane)


Président Respectez-vous ! Respectez-nous ! Risque du syndrome des locales de 2014 à Dakar (Par Lass Badiane)
Depuis 2012, le mouvement Dieum kanam s'est investi pleinement avec ses propres moyens, à soutenir la vision du président sans être demandeur de quoique ce soit. La publication des listes en vue des législatives a laissé apparaître un manque de respect et de considération notoires de la part du président. Le choix porté sur certaines personnes n'obéit à aucun critère rationnel. Ni de par leur engagement ni de par leur compétence, ces "élus" du président ne peuvent être d'aucun apport pour la coalition. Ce choix rompt avec le principe démocratique. Il viole la règle de solidarité et d'unité entre membre d'une même organisation. Monsieur le président, nous nous insurgeons. Ne pas s'insurger serait cautionner la grande tragédie qui se prépare et à laquelle personne d'entre nous n'échappera à moins d'en être le bourreau. Des choses ont été commises et toutes les impossibilités existent sur la terre. Notre devoir en tant que citoyens est d'empêcher toute forme d'autocratie qui signe la mort du genre qui respire. Il ne peut être concevable que toute une génération soit prise en otage, sans que la colère venue du peuple ne questionne nos rapports à l'autorité, à la vie elle-même telle qu'elle passe avec ou sans nous.Nous sommes les " pas contents!"
DIEUM KANAM, avec ses propres moyens, satisfait aux besoins de nos compatriotes basés dans des communes où il est représenté par ses responsables ou conseillers municipaux. Nous vous avons défendu farouchement dans des moments très difficiles. L'affaire Khalifa Sall en est une illustration. Quand vos militants de l'Apr et autres "alliés" de luxe étaient aux abonnés absents, Dieum kanam a porté le combat. Dans cette affaire de détournement de deniers publics, notre mouvement  s'est érigé en bouclier au point d'être accusé d'être la principale source des  enquêteurs. Nous avons été les seuls à démontrer avec des preuves irréfutables les carences dans la gestion du maire lorsque ses larbins ont voulu faire croire à un complot orchestré par le président de la République. Nous ne faisons pas partie de ces apéristes ou autres politiciens qui ont eu leur premier salaire en 2012, qui nagent dans la jouissance, et se prennent pour des responsables alors qu'ils n'ont aucune  légitimité, ni représentativité car incapables de gagner leur propre bureau de vote. L'APR seul ne peut gagner aucune élection ici à Grand Yoff ! Nous exigeons du respect et de la considération. A Grand Yoff  les apéristes qui sont nommés, peinent à produire des résultats. Ces irresponsables que les populations ne voient qu'à la veille d'élections ou lorsque leurs intérêts crypto personnels sont menacés ne peuvent pas vous apporter de la plus value . Mettre des centaines de millions ne permettront jamais de gagner Grand Yoff ! Grand Yoff se gagne par des stratégies que peu de personnes maîtrisent. Le syndrome des locales de 2014 risque de se reproduire pour vous car les véritables électeurs s'identifient au mouvement DIEUM KANAM. C'est un défi énorme pour vous de gagner Grand Yoff face à un adversaire derrière les barreaux. Une défaite face Khalifa Sall, serait la plus grosse "déculottée" de l'histoire politique du Sénégal et même du monde.
Nous, (membres de DIEUM KANAM) avons gagné toutes les élections auxquelles nous avons participé, nous sommes une force de proposition et de production et non un maillon faible. Nous avons comme principe notre liberté de pensées et d'actions. Notre combat est plus que jamais de faire admettre notre spécificité.C’est légitime de la défendre, c’est honnête de la reconnaître. Notre légitimité,nous l'avons mérité par notre engagement à faire de la politique de développement un espace du débat social, un lieu de résistance contre toutes formes de léthargie et de politique d'endormissement. Ce que nous combattons avec nos militants et sympathisants et par la politique de développement nous oblige comme hier à nous insurger contre cette politique partisane. Quels citoyens sommes-nous si nous sommes incapables de défendre des valeurs en quoi nous croyons et qui garantissent la souveraineté du peuple et son bien-être ? Nous n'avons pas l'âme aussi faible pour se faire "dribbler". Respectez-vous ! Respectez-nous !


Lass Badiane 
Président du Mouvement Dieum Kanam 
Secrétaire élu commune de Grand-Yoff
Vendredi 23 Juin 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :