Président Macky SALL, la jeunesse Sénégalaise en a marre, de la gérontocratie !

‘’Quand l’injustice devient la loi, la résistance devient un devoir.’’- Thomas Jefferson.


Président Macky SALL, la jeunesse Sénégalaise en a marre, de la gérontocratie !
L'heure est venue pour nous de dire non, non à cet injustice, non à ce mépris, non à cette discrimination dont nous les jeunes Sénégalais sommes victimes. Il n’est plus temps de se taire. Notre silence serait complice !
Doyen Amadou Mactar MBOW dites nous ce que vous avez fait de positif dans ce pays lorsque vous étiez ministre ?! Êtes vous si incapable de vous trouvez une autre occupation que d'être accroché à la présidence de cette commission nationale de révision des institutions comme un sangsue ?
Doyen Amadou Mactar MBOW saviez vous que vous êtes désormais archivé par l’histoire, comme un histrion de la politique. Tous ces retraités de la commission nationale de révision des institutions, qui, doués de mentalité peu objective se laissent bercer par des certitudes admirables et sclérosantes et les schémas établis par le président Macky SALL, à quoi la naïveté a réduit le politique de nos jours, doivent savoir, qu’ils auraient mieux fait de se taire. Il n y a aucun doute, nous sommes en plein crépuscule des dieux issus assises nationales.
La commission nationale de révision des institutions n’est rien d’autre qu’un recyclage de vieillards et retraités en quête de notoriété. Apparemment ces retraités ont commencé à mal trouver cet éternel rôle de figurant mal payé et mal loti. Le président Macky SALL et le doyen Amadou Mactar MBOW doivent comprendre que la réforme des institutions n’est pas la priorité N° 1 du peuple Sénégalais, parce qu’elle ne garnit pas les marmites, ne soigne pas les malades, n’envoie pas les enfants à l’école, ne résorbe pas le chômage endémique.
Pouvait-il en être autrement dans un pays où lorsqu’on nomme un vieillard de 93 ans à un poste de responsabilité, on dit que le chef de l’Etat Macky SALL a fait confiance à la jeunesse. Le président Macky SALL en plus d’être outrecuidant est totalement déconnecté du peuple Sénégalais.
Comment peut-on venir nous brandir une absurde commission nationale disposant d’un budget ahurissant de 700 000 000 FCFA pour justifier la nécessité d'une révision des institutions? L’urgence ne serait-il pas de trouver un compromis avec les enseignants qui pourtant ont des revendications légitimes ?
La gérontocratie érigée en méthode de gouvernement par le président Macky SALL a installé une déception collective au sein de la jeunesse Sénégalaise.
L’attitude du président Macky SALL est, disons-le, incompréhensible. Croit-il tromper les Sénégalais?
Le pouvoir du président Macky SALL ne s’occupe qu’à élaborer des stratégies pour durer au pouvoir. L’absence de patriotisme, le manque de probité, la théâtralisation qui caractérisent le régime du président Macky SALL renvoient ainsi aux calendes grecques les préoccupations de la jeunesse Sénégalaise. Mais le président Macky SALL oublie que son régime est d’une extrême fragilité qui n’a d’égal que le mépris qu’il porte à l’égard de cette jeunesse qui l’a propulsé au pouvoir.
Malheureusement, les jeunes Sénégalais sont désormais contraints de lutter pour leur survie, les éternelles promesses du président Macky SALL (5500emplois/an) jamais réalisées ne convainquent plus. L’avenir de la jeunesse est davantage sombre au Sénégal.
Qui peut accuser la jeunesse Sénégalaise aujourd’hui, d’être incapable de réflexion ou d’avoir une mentalité à l’envers du développement? Ce serait une injure de penser ainsi d’une jeunesse qui donne le meilleur de lui-même, mais qui n’a eu que rarement des dirigeants qui le tirent vers le haut., les aspirations égocentriques du président Macky SALL sont plus qu’humiliants.
Nous sommes face à une grande faillite politique et morale, face à un miroir qui nous renvoie les reflets d’un comportement sans pudeur et d’une incompétence notoire de la part du président Macky SALL.
Les discours du Président Macky SALL sont devenus un disque rayé…
Pendant que les griots du régime, toute honte bue, éructent à longueur d’émission et de pages d’invraisemblables boniments sur les prouesses sociales et économiques du président Macky SALL, la réalité, qui a la vie dure, se rappelle toujours à leur bon souvenir. Cette réalité sociale c’est la vie chère, le système scolaire en faillite, le chômage astronomique des jeunes dans un pays ou le népotisme et le clientélisme politique sont érigés comme mode de gouvernance !
C’est une évidence, le président Macky SALL sait que sa popularité est sérieusement compromise aujourd’hui à cause de son style atypique de gouvernance mais surtout aussi à cause des multiples décisions impopulaires qu’il a été amené, à maintes reprises, à prendre à l’encontre du peuple Sénégalais. Ce qui est plus grave c’est que le président Macky SALL n’est entouré que d’une cohorte de courtisans incompétents, incapables et profiteurs.
Tous ces ratés associés à l’amateurisme, à l’incompétence, à l’incohérence, à l’inconstance, aux dribbles répétitifs du président Macky SALL ont largement contribué, à écorner son image au pré de la jeunesse Sénégalaise.
Président Macky SALL le peuple Sénégalais a faim, il ne se nourrit pas des chiffres ou de réformes des institutions. C’est dommage jusqu’à présent que vous puissiez ignorer le sens des priorités. Mais, le malaise de la jeunesse Sénégalaise devient de plus en plus profonde et est d’avantage perceptible. Il y a des signes qui ne trompent pas et qui transpirent l’exaspération, l’indignation et le rejet du régime du président Macky SALL.
Dans ce marasme de désespoir demeure notre foi inébranlable au renversement prochain de ce régime du président Macky SALL qui porte en elle-même les germes de sa destruction.La chute, imminente, inéluctable, sera brute. Les prémices sont visibles, et ces prémices-là ne mentent guère. Il n y a vraiment pas de quoi se réjouir !
Le pouvoir du président Macky SALL qui a annihilé l’espoir de toute une jeunesse, le pouvoir qui a clochardisé les enseignants, ce pouvoir-là va vers sa chute. Le pouvoir du président Macky SALL est plus proche de sa fin que de ses débuts…
Eternel Wadiste
Moise RAMPINO

Vendredi 21 Juin 2013
Dakaractu




1.Posté par Linguère le 21/06/2013 12:34
Dis donc Moise, c quoi ce charabia mon frère??? Ton texte est truffé de fautes d'orthographe et de syntaxe!!! S'il faut faire affaire à une jeunesse aussi ignarde que toi, je comprends l'attitude du Président Sall!!! La prochaine fois, épargne-nous de tes sornettes et de grâce va te mettre à niveau...C n'est pas une question de vieu ou de jeune mais plus tôt de COMPETENCE, ce que tu sembles manquer à la lecture de ta contribution à deux sous!!!

2.Posté par Républica le 21/06/2013 12:36
Mais Moise, est ce que tu a un travail.

3.Posté par social le 21/06/2013 13:16
Opinion : Karim Wade, un prisonnier mal acquis ? (Par Hélène Della CHAUPIN)
Jeudi 20 Juin 2013, 11:00 - 0 Commentaire
Share on facebook Share on twitter Share on print More Sharing Services
On nous a tous fait croire qu’avec son inculpation, les problèmes de finance du pays allaient se résoudre. Ils sont venus le chercher l’après midi du 15 avril dernier, et depuis, …et toujours rien!

Karim Wade, héros fantasmé et préfabriqué soumis au prêt-à-penser de Dame Justice qui l’a choisi et idéalisé comme galant prétendant dans sa traque sélective et goguenarde dite de « biens mal acquis », alors qu’elle peine dans sa valse à trois temps et trie minutieusement ses citoyens justiciables au tempo d’un yokkuté très au ralenti.

Karim, présenté sous les airs d’un détourneur de deniers publics bling bling dans un pays tenu en haut lieu par l’un des plus grands délinquants financiers du siècle, redoutable banquier doublé d’un blanchisseur d’argent hors pair de connivences avec d’anciens Présidents impliqués dans des crimes de guerre, des génocides et des crimes contre l’humanité, qui nous gouvernent depuis l’avènement de Macky Sall au pouvoir.

Karim, détenu dans la passion fougueuse de la traque des biens mal acquis, unique programme présumé du quinquennat de Macky Sall dont la violence de l’appétit du pouvoir et la vanité profonde n’ont d’égales que la profondeur des blessures narcissiques et d’un réservoir pulsionnel présidentiel encore mal élaboré et très mal contenu.

Karim, combleur de bosse politique morale et de faille narcissique de tous ces alliés baroudeurs de circonstance qui ont accroché leur vieux carrousel au galop de la jeunesse de Macky Sall, qui lui tiennent la main au nom de Benno Book Yakaar, et qui titubent tatillonnent et butent avec lui sur un semblant de projet de société pour ne rien nous proposer de concret.

Karim, décrié comme un sorcier blanc à égorger et à dépecer sous l’autel du sacrifice au nom d’une gouvernance « sobre et vertueuse » par notre tout nouveau et tout beau Président bien aimé et bien enrobé, qui enfle des chevilles depuis qu’il est élu et prend grossièrement de l’épaisseur dans ses nouveaux habits. Revanchard, rancunier et ronchonneur intraitable à souhait sur toute forme de critiques, Macky Sall l’est d’avantage lorsqu’il s’agit d’enrichissement illicite, du moment qu’il s’est lui-même déjà servi.

Karim, bouc émissaire d’un Président qui a décidé de faire de ses alliés d’occasion des fantassins d’un terrain politique périlleux, à la tête d’un jeune régime au pouvoir pourtant déjà à bout de souffle et qui vient de faire son propre aveu sur ses incompétences et son incapacité avérée à soulager la souffrance d’une population qui l’a plébiscité à 65%.

Karim Wade sur qui Macky Sall a injustement décidé de bâtir sa légende de prouesse et sa gloire politique.

Karim Wade. Et puis, quoi d’autre?

Karim que l’on veut humilier, anéantir et dont on veut se servir pour se venger doublement de Wade, du père par le fils et pour le fils, sait déjà que le reliquat de son patronyme s’allongera désormais par son ingrat statut de »fils de« , comble de tous ses malheurs présents et à venir, et qu’il paiera au prix fort le droit d’être né différent et d’avoir grandi ailleurs. Le droit d’être Sénégalais, le droit d’avoir des ambitions politiques tout court.

Karim par-ci, Karim par-là, et toujours rien, sinon des milliards astronomiques annoncés en grande pompe qui s’amenuisent! Pour un prisonnier politique de luxe inculpé pour délit d’enrichissement illicite à qui l’on prête des biens et des avoirs estimés à plus de 694 milliards de nos francs, logé, nourri et blanchi avec ses amis aux frais du contribuable Sénégalais, contre qui la machine judiciaire ne peut toujours rien prouver, Mimi Touré, colporteuse occasionnelle de chèques indûment remis, et ses hommes, commencent à frôler le ridicule.

Que tous les Sénégalais épris de justice, qui pensent que notre Justice ne doit pas être qu’un simple instrument politique et une affaire d’autorité, mais un pouvoir à part entière, que tous ceux qui se sont battus pour combattre l’ancien régime, qui sont encore libres et font encore notre fierté, et les observateurs doués de raison, observent la pédagogie du détour et de la démagogie que nous enseigne notre Justice sélective sous l’ère Macky, nous tous qui nous sommes tant battus pour la séparation effective des pouvoirs au Sénégal.

Karim Wade et Cheikh Diallo sont en prison alors que de vulgaires assassins se pavanent encore à l’hémicycle, et que la coalition présidentielle regroupe en son sein les plus grands détourneurs de deniers publics de ce pays, tous comptables abandonniques soit de la dernière gestion de l’ancien régime, soit des quarante années glorieuses du parti socialiste, au nom d’une union d’intérêt et d’un mariage de raison scellé sur le dos du Peuple sénégalais ironiquement dénommé Benno Book Yaakar. Leur Benno, source de tous les maux du Sénégal. Leur Yakaar, cause d’un grand désespoir national !

Que tous parcourent avec moi la grandeur du silence de Karim Wade et de Cheikh Diallo, une fontaine de grâce et de conduite exemplaire que nous pouvons tous savourer de deux citoyens traqués, l’un pour enrichissement illicite, l’autre pour complicité d’enrichissement illicite, comprenez bien, pour délit d’amitié.

Qui donc a donné à Macky Sall le souverain empire de commander et de commanditer notre justice, de la torpiller et d’en faire un support de ses carences personnelles ?

Madame Helene Della CHAUPIN

djiwoba@yahoo.fr

4.Posté par gor le 21/06/2013 13:35
eternel wadiste=eternel idiot.

5.Posté par guewel mbaaye le 21/06/2013 15:14
EH boy wakhal lou la nekh wayé bo tchi douggalé guewel yi rek nou oubbi sa leufal ndéye ,dag sa ndeugnal baye.
Est ce que tu sais ce que c'est que un griot pour le conjuguer à la sauce des politiciens pourris du Sénégal.Vous avez une sale habitude pour mélanger griot et personnage frustre,corrompu,courtisans opportunistes etc...
Bo tchi dougalé té guiriot yi rekk nou tocc boppou mame .Xaw RAMPINO XAW MA RAMPANA
Espèce de domarame va

6.Posté par taf le 21/06/2013 17:44
DEPUIS KAN UN RAMPINO EST SENEGALAIS POUR PARLER AU NOM DE LA JEUNESSE.MAL EDUQUE,CELA MONTRE K TA PA LA CULTURE SENEGALAISE.AU SENEGAL LES VIEUX SONT CONSIDERES COMME DES SAGES KON DOIT RESPECTER .TAIS TOI

7.Posté par LA RUPTURE le 21/06/2013 17:46
La gérontocratie désigne un régime politique où le pouvoir est exercé par les personnes les plus âgées de la société car jugées plus sages : les gérontes. Un régime peut aussi être une gérontocratie de fait, c'est le cas en ce qui concerne l'Union soviétique entre 1964 et 1985, sous les mandats de Léonid Brejnev (1964-1982), Iouri Andropov (1982-1984) et Konstantin Tchernenko (1984-1985), où seuls des dirigeants septuagénaires exerçaient le pouvoir politique.

Nota Bene
Le terme est plus souvent utilisé indirectement, pour décrier la mainmise du pouvoir par ces mêmes gérontes sur d'autres systèmes politiques, comme celui du despotisme réaliste, décrit par Alphonse de Lamartine dans ses Méditations poétiques, au détriment du mérite ou d'autres qualités individuelles acharnées. L'usage de l'expression charismatique induit une politique de traditionalisme, les plus âgés étant supposés peu enclins à modifier les structures de la société, mais à la pérenniser telle qu'ils l'ont connue.

Par exemple la ville de Sparte, pendant l'Antiquité, était en partie une gérontocratie ; l'État du Vatican est aussi en partie une gérontocratie.

8.Posté par momo le 21/06/2013 18:05
tu as parfaitement raison. pour la première fois au Sénégal nous avons un président nul.si nul . on doit se débarrasser de lui le plus rapidement possible.un président ki est con, un dictateur un nul.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015