Pourquoi faire confiance à Macky face à Jammey ? (par Oumou WANE)


Pourquoi faire confiance  à Macky face à Jammey ? (par Oumou WANE)
Après la répression de manifestants par les militaires de Yaya Jammeh, comme si la coupe n’était pas déjà assez pleine du sang de ces pauvres citoyens gambiens qui n’ont eu d’autres torts que de dire ce qu’ils pensaient, c’est au tour de leurs compagnons de lutte d’être torturés et de mourir en prison.
 
Le monde entier a pu l’observer, les manifestations de l’opposition, ces jours derniers en Gambie pour exiger des réformes électorales avant la prochaine présidentielle, se sont soldées par de violentes répressions.
 
Jammeh massacre ses opposants impunément. Comme si le monde n’en avait pas assez soupé des agissements de ce dictateur fantoche, puisque ne représentant rien sur le plan africain et encore moins à l’échelle planétaire, le voici encore ce « toqué », comprenez, atteint de Trouble Obsessionnel Compulsif, qui saigne sous nos yeux ahuris de pauvres innocents qui rêvaient d’un monde meilleur !
 
Non content de régner par la terreur et sans partage sur cette langue de terre dont il a fait son territoire sanguinaire, voilà encore que l’hurluberlu de Gambie à l’égo surgonflé provoque plus fort que lui, Macky en l’occurrence, pour montrer qu’il existe, qu’il est puissant, un syndrome bien connu disons ! Oui, lorsque l’on est petit et convaincu du contraire, on ne se mesure pas à un autre petit mais à plus fort que soi pour faire impression ! Décidément, le pouvoir rend plus fou encore que ce que je pensais, pauvre Afrique avec ses bouffons de leaders matérialistes arrivés au pouvoir par la force du canon !
 
C’est ainsi que Jammeh a récemment emprisonné, disons même kidnappé des citoyens sénégalais après qu’ils aient par inadvertance traversé la frontière gambienne et c’est pour ça aussi qu’il menace aujourd’hui de rompre les relations diplomatiques entre les deux pays anciennement frères. Mauvaise idée !
 
Rien ne va plus donc entre le Sénégal et la Gambie, après l’autorisation accordée par les autorités sénégalaises aux opposants gambiens de manifester dans la capitale sénégalaise.
 
Le nain de Banjul voit rouge ! Il veut montrer ses muscles ! Il dépêche ses espions sur nos terres mais Macky Sall dou niekhou niébé, qui s’y frotte s’y piquera ! Il vous corrigera sans bruit et vous le savez très bien et c’est d’ailleurs son silence qui vous indispose !
Dis donc, c’est la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf ? Un pays n’est jamais puissant par l’épaisseur de la langue de son chef ou par la férocité de son régime, mais bien par la liberté et l’épanouissement de ses citoyens.
Pauvre Gambie, petite Terre rougie du sang d’innocents utopistes, notre siècle pétri de valeurs humanistes n'en abrite pas moins un monde lâche qui n’a pas le temps de s’occuper de territoires lilliputiens ou l’on tue à huis clos !
 
Oh, bien entendu, l’Onu parle de trois morts et réclame une enquête. Les Etats-Unis mettent la pression sur Jammeh. Washington et les Droits de l’hommistes condamnent fermement la sévère répression.
 
Mais que dit l’Afrique ? Que dit la Cedeao ? Motus et bouche cousue même si je suis profondément convaincue que ce qui ne se voit pas est beaucoup plus intéressant et plus implacable que ce à quoi nous assistons ! Il doit s’y passer des choses dans les bas fonds de la Cedeao ! D’ailleurs si Yahya est aussi énervé et agité c’est qu’il ne doit plus dormir que d’un œil assurément et qu’il surveille bien ses arrières, lucide qu’il est et ne comptant pas que des amis derrière les sourires !
 
En attendant, nous sénégalais, légendaires pacifistes, biberonnés à la démocratie, ne devrions-nous pas quand même nous dire un jour, que la langue qui squatte notre bouche fait partie de notre corps ! De compromissions en compromissions, de faux en vrais calculs, nous nous sommes retrouvés avec cette gangrène qui nous tue et dont nous avons décidé de ne pas nous débarrasser à défaut de pouvoir faire avec ! Aucun pays souverain ne peut accepter en son sein un tel mal qui manipule une partie de son territoire, pourrit la vie et menace d’installer une République islamique dans notre corps pour mieux nous détruire puisqu’il ne peut y arriver par des moyens conventionnels et une guerre frontale. Le cas du Mali montre pleinement que lorsque la géographie déserte ses responsabilités, l’histoire s’en charge !
 
Ce triste Sir Jammeh est devenu un cas pathologique et pathétique. Il tue, il torture, il massacre. Il nous déteste nous sénégalais, on le sait ! Il hait notre liberté, on le sait aussi ! Lui sait que le Sénégal est un pays libre avec un Président élu démocratiquement qui protège ses citoyens, qui est respecté sur la scène internationale et dont la parole compte. Cela lui est insupportable !
 
Nous devons lui rappeler tout de même ceci à notre voisin, l’un des derniers dictateurs sur la planète : tout le mal qu’il fait à son peuple se retournera à n’en pas douter contre lui. Il croit en la mort, nous sénégalais, nous croyons en la vie, oui en la vie nous croyons, d’ailleurs nous sommes le pays de la Téranga ! Malgré nos difficultés, nous sommes heureux, épanouis et décomplexés puisque libres ! C’est cela notre différence et notre force.
 
Enfin si j’ose m’adresser à vous Yahya, permettez-moi de vous dire ceci ! Quelle que soit cette prison que vous avez érigée dans nos entrailles vous restez notre prisonnier somme toute et cela ne nous a pas échappé dernièrement ! Nos dirigeants peuvent peut être vous faire des quartiers mais notre peuple éternel sera toujours civilisé et aura raison de vous et cela, l’avenir le sait ! Nous savons nous débarrasser des démocrates à plus forte raison des tyrans ! Il n’est cependant pas trop tard pour revoir votre copie et aller faire amende honorable à Dakar pour éviter la CPI au mieux car vous le savez aussi, votre situation n’est pas tenable et aura bien une fin et ce sera le début des emmerdes !
 
 
Mardi 26 Avril 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016