Pourquoi ces Indonésiens déterrent-ils leurs morts chaque année ?

Exhumer les morts, nettoyer leurs corps, changer leurs habits, puis les enterrer à nouveau : ce rituel – appelé Ma’nene – est organisé chaque année par les Torajas, un peuple indigène, sur l’île indonésienne de Sulawesi. L’objectif : montrer aux défunts qu’ils les aiment et obtenir ainsi une bonne récolte de riz l’année suivante. Les explications de nos Observateurs.

ATTENTION, LES IMAGES CI-DESSOUS PEUVENT CHOQUER.


 
La plupart des Torajas (les "gens d’en-haut") vivent dans une région montagneuse située au sud de Sulawesi, l’une des principales îles de l’archipel indonésien. Ils seraient près d’un demi-million à vivre dans cette zone.

Plus de 80 % des Torajas sont protestants ou catholiques, les autres étant musulmans ou animistes, bien que 85 % de la population soit musulmane en Indonésie. Cette particularité s’explique par le travail réalisé par des missionnaires néerlandais dans cette partie de l’île au cours du XXe siècle.

Beaucoup de Torajas continuent néanmoins de respecter l’Aluk To Dolo (la "voie des ancêtres"), un système de croyances accordant une grande importance aux ancêtres, notamment avec le rituel Ma’nene ("faire quelque chose pour les grands-parents"). Celui-ci est célébré tous les ans au mois d’août – ou de manière plus épisodique – dans différentes localités où vivent les Torajas.



morts chaque année ?
Devenez Observateur
Connexion
Contribuer
Mot de passe oublié ?
OBSERVATEURS
 Fyant Layuk    
Fyant Layuk
 Kittinan Chit-euakul    
Kittinan Chit-euakul
Exhumer les morts, nettoyer leurs corps, changer leurs habits, puis les enterrer à nouveau : ce rituel – appelé Ma’nene – est organisé chaque année par les Torajas, un peuple indigène, sur l’île indonésienne de Sulawesi. L’objectif : montrer aux défunts qu’ils les aiment et obtenir ainsi une bonne récolte de riz l’année suivante. Les explications de nos Observateurs.

ATTENTION, LES IMAGES CI-DESSOUS PEUVENT CHOQUER.

La plupart des Torajas (les "gens d’en-haut") vivent dans une région montagneuse située au sud de Sulawesi, l’une des principales îles de l’archipel indonésien. Ils seraient près d’un demi-million à vivre dans cette zone.

Plus de 80 % des Torajas sont protestants ou catholiques, les autres étant musulmans ou animistes, bien que 85 % de la population soit musulmane en Indonésie. Cette particularité s’explique par le travail réalisé par des missionnaires néerlandais dans cette partie de l’île au cours du XXe siècle.

Beaucoup de Torajas continuent néanmoins de respecter l’Aluk To Dolo (la "voie des ancêtres"), un système de croyances accordant une grande importance aux ancêtres, notamment avec le rituel Ma’nene ("faire quelque chose pour les grands-parents"). Celui-ci est célébré tous les ans au mois d’août – ou de manière plus épisodique – dans différentes localités où vivent les Torajas.

 
Localité de Pekuburan Balle (Sulawesi du Sud). Crédit photo : Endy Allorante.

"Les Torajas se comportent avec les défunts comme s’ils étaient encore en vie"



Tout d’abord, les familles déterrent les cercueils, qui se trouvent dans les tombes familiales, avant de retirer les corps des défunts qui sont à l’intérieur.



Puis elles les nettoient pour enlever la poussière et les éventuelles moisissures, elles les recoiffent s’ils ont encore des cheveux, elles leur parlent… [Certaines familles leur mettent également du parfum ou leur offrent des cigarettes, NDLR.] C’est comme si les défunts étaient encore en vie.



Les familles placent également les corps au soleil pour qu’ils sèchent, ce qui aide à les préserver, avant de les habiller avec de nouveaux vêtements et de les remettre en terre.

Certaines des personnes déterrées sont parfois décédées une trentaine d’années plus tôt. Et pourtant, leurs corps sont plutôt bien conservés...


Les risques sanitaires associés à cette pratique sont faibles, selon Jean-Paul Rocle, chargé de mission aux Services funéraires de la ville de Paris : "Pour les personnes qui manipulent les corps, il existe un risque d’infection en raison de la présence de germes liés au processus de dégradation des corps, mais les germes responsables des maladies ne sont plus actifs."



Il n’est pas étonnant que les corps soient bien conservés car les Torajas cherchent toujours à les préserver lorsque les personnes décèdent, qu’ils pratiquent le rituel Ma’nene ou non.

"Chez les Torajas, les défunts sont souvent enterrés plusieurs années après leur mort"

En effet, chez les Torajas, les défunts sont souvent enterrés plusieurs années après leur mort, le temps que les familles rassemblent assez d’argent pour organiser les funérailles, qui coûtent parfois des millions, voire des milliards de roupies, c’est-à-dire davantage que les mariages [un milliard de roupies = 68 256 euros, NDLR]. En attendant, les familles gardent donc les corps chez elles.

Pour les conserver, elles ont longtemps utilisé des herbes traditionnelles. Mais actuellement, elles ont plutôt tendance à injecter une solution à base de formol dans les corps, bien que cela soit moins efficace pour les conserver.

"Les Torajas veulent montrer aux morts qu’ils les aiment et les respectent"

Personne ne sait quand et comment le rituel Ma’nene est apparu exactement, mais cela fait très longtemps qu’il existe. [Plusieurs légendes circulent concernant son origine, NDLR.] Les Torajas le pratiquent pour montrer aux défunts qu’ils les aiment et les respectent, mais également dans l’espoir que la récolte du riz ne soit pas trop mauvaise l’année suivante. C’est pourquoi ce rituel a toujours lieu en août – après la moisson et avant la plantation – même si les familles sont libres de l’organiser aux dates qu’elles veulent.

Cela dit, beaucoup de Torajas ne célèbrent plus cette tradition, ou alors seulement de façon épisodique, notamment depuis que le christianisme a commencé à se développer dans la zone... 


Selon Fyant Layuk, la majorité des Indonésiens n’appartenant pas à ce peuple trouvent ce rituel "à la fois effrayant et spectaculaire, un peu exotique, mais en aucun cas dégoûtant". De fait, de nombreux touristes assistent régulièrement aux célébrations du Ma’nene, à l’image de Kittinan Chit-euakul, un Thaïlandais vivant à Bangkok :

"Les familles ont attendu que les touristes partent pour changer les vêtements des défunts"

 Kittinan Chit-euakul    
Kittinan Chit-euakul
Je me suis rendu à Rindigallo [une localité proche de Rantepao, dans la province de Sulawesi du Sud, NDLR] fin août. L’une des choses qui m’a frappé, c’est que les familles ont attendu que les visiteurs partent pour changer les vêtements des défunts, afin d’avoir un peu d’intimité. Il y avait en effet une bonne vingtaine de touristes autour, qui riaient et parlaient fort, en prenant plein de photos des corps. Je ne les ai pas trouvés très respectueux et ils ont sûrement un peu agacé les familles. Bien-sûr, ces dernières ont aussi pris des photos, mais moins que les touristes…



De nombreux touristes assistent aux cérémonies du Ma'nene. Crédit photo : Kittinan Chit-euakul.


 
Les familles prennent la pose aux côtés des défunts. Crédit photo : Muslianshah Bin Masrie.
 



 
Mercredi 28 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :