Pour une commission de 75 000 FCFA : Il tente de retirer frauduleusement un chèque au porteur

Son penchant pour les gains faciles semble l’orienter vers cette tendance du partisan du moindre effort. Au risque et péril de sa liberté. M. Mbaye Diagne s’est engouffré dans une affaire de chèque au porteur qu’il a tenté de retirer sans être le propriétaire. Savez-t-il ce qui l’attendait en tentant cette escroquerie réprimée par la loi ou a-t-il simplement été abusé ? Quoi qu’il en soit, il a été hier devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour vol de chèque et tentative d’escroquerie. Un fait qui lui a valu deux mois de prison. L’homme va passer la fête de Tabaski en prison.


Pour une commission de 75 000 FCFA : Il tente de retirer frauduleusement un chèque au porteur
M. Mbaye Diagne a comparu, hier, pour les faits de vol de chèque et de tentative d’escroquerie. Le sieur a tenté de retirer un chèque d’un montant de 75 000 F CFA. Le chèque était libellé au porteur et il n’était pas la personne désignée pour effectuer le retrait. Pour ce fait précis, il a pris de deux mois de prison ferme.
Le procureur a cependant requis l’application de la loi. Mais avant, il a pris la peine de sermonner le mis en cause. Selon ce représentant du ministère public, sa version est une histoire à dormir debout. Durant l’enquête préliminaire, le sieur Diagne a soutenu que ledit chèque appartenait à un certain Pape Assane Mbaye qui ne sera informé de sa disparition après qu’il fut interpellé à la banque et transféré à la gendarmerie de Foire. A la brigade, le prévenu a affirmé avoir été commissionnaire d’un dénommé Petit. Ce dernier qu’il connait via des amis en commun lui aurait remis ledit chèque moyennant une commission de 75 000 FCFA en cas de retrait.
A la barre, il a réitéré ses propos avant d’ajouter que son ‘’ami’’ disait ne pas avoir une pièce d’identité nationale pour effectuer le retrait. «Il a pris la fuite quand il s’est rendu compte que j’ai été interpellé à la banque. Parce qu’il était simplement à coté, en attendant que j’effectue le sale boulot pour lui. Il a abusé de ma bonne foi, je ne pensais pas qu’il puisse avoir un tel esprit. Pour le peu de temps que je l’ai côtoyé, je pensais avoir affaire à une personne honnête. Ainsi, je voudrais m’en excuser même si mon intention n’était pas d’enfreindre la loi. Je l’ai fait et ça me désole», s’est défendu le mis en cause.
L’avocat de la défense s’est confondu dans les excuses de son client. Embouchant la même trompette, la robe noire a simplement plaidé la clémence et l’application bienveillante de la loi. «Quand un ami nous demande un service, animé par une bonne foi, on ne peut que nous exécuter. Surtout quand, au nom de l’amitié, il nous propose une commission de 75 000 FCFA.»
Pour lui, son client a été un peu négligeant et naïf mais cela n’entache en rien sa bonne foi et son désir de rendre service. Aussi, compte tenu de son statut de délinquant primaire, il mérite la clémence, a-t-il tenté de le défendre. Son client écopera de deux mois ferme. Il passera la fête de la Tabaski en prison.
Mercredi 7 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :