Pour un dialogue direct : La DASP en phase avec les chambres de commerce

Dans le sens de consolider le dialogue entre les pouvoirs publics et le secteur productif sénégalais, la Direction de l’appui au secteur privé (Dasp) et l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) ont tenu hier une séance de travail au cours de laquelle ont été abordées un certain nombre de mesures visant à optimiser l’environnement des affaires.


Démembrement stratégique du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, la direction de l’Appui au Secteur Privé (Dasp) s’inscrit dans une dynamique de renforcement des capacités des entreprises et des organisations d’entreprises sénégalaises. A la tête de cette structure, Mamadou Makhtar Diagne, accompagné d’une importante délégation,  a pris part hier à une séance de travail qu’il a codirigée avec Serigne Mboup, le président de l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias). Cette rencontre a permis de poser les jalons d’une coopération approfondie entre les deux entités précitées, dans l’optique de contribuer à optimiser la marche du tissu économique sénégalais en améliorant ses performances de même que sa compétitivité.

«Éducation, financière, vulgarisation du guide fiscal et du guide sur la commande publique»

Rappelant que la Dasp constitue l’interface naturelle entre l’Administration et le Secteur privé, en se situant dans une double perspective d’identification et de satisfaction des besoins de croissance des entreprises et de développement économique du Sénégal, Mamadou Makhtar Diagne se réjouit qu’un certain nombre d’éléments d’information aient pu être partagés avec l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal. Dans un contexte de consolidation des bases du dialogue entre les pouvoirs publics et l’ensemble du secteur productif sénégalais. Par ailleurs, le Directeur de l’appui au secteur privé indique que le processus en cours va être constructif à plus d’un titre, notamment pour ce qui a trait à une meilleure compréhension de l’environnement des affaires. «Cette séance de travail nous a permis de partager ce que nous faisons dans le cadre du projet d’appui au secteur privé, notamment les programmes d’éducation financière, la vulgarisation du guide fiscal, les aspects vulgarisation du guide sur la commande publique ainsi que toutes les études que nous déroulons et qui participeront certainement à la définition d’une  stratégie favorable au développement du secteur privé. Notre objectif final est de faire en sorte que nos entreprises soient plus compétitives,  plus performantes, parce que nous connaissons leur rôle dans les politiques économiques et leur rôle dans la création de richesses, la création d’emplois» a laissé entendre le Directeur de l’appui au secteur privé.

«Amélioration des recettes et formalisation des initiatives privées»

Se réjouissant de la portée d’une telle initiative, le président de l’Unccias, Serigne Mboup, a quant à lui indiqué qu’elle préfigure des lendemains fructueux pour l’économie sénégalaise. «Comme vous le savez, la chambre de commerce est une institution publique dont l’objectif est de coordonner les activités du secteur privé. Nous avons discuté avec la Direction de l’appui au secteur privé et nous avons vu beaucoup de points de synergie. On a décidé ensemble de coordonner nos activités et de travailler ensemble et surtout dans les régions, ce qui permettra à l’Etat de mieux appuyer le secteur privé et à nous aussi de donner à nos membres davantage d’opportunités. Il est donc tout naturel que les chambres consulaires s’engagent dans la dynamique d’appuyer l’Etat dans sa politique d’appui au secteur privé en vue d’améliorer les recettes et de formaliser les entreprises»  a-t-il indiqué.

Dakar24sn.com

Mercredi 1 Février 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :