Pour que le Sénégal ne rate pas le train après avoir payé le billet. (Moussa Kébé)


Pour que le Sénégal ne rate pas le train après avoir payé le billet. (Moussa Kébé)
Tous les acteurs économiques s’accordent sur le fait que le développement des infrastructures de transport est une condition nécessaire, certes non suffisante, pour l’émergence économique d’une nation.
Les systèmes de transports représentent un des piliers fondamentaux de structuration de la géographie humaine et se situent au cœur du développement des systèmes économiques et sociaux.
Une des premières conditions de développement est l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire. Cela n’est possible que par le développement d’un réseau de transport permettant l’acheminement dans de bonnes conditions des denrées entre le lieu de production et la zone de transformation ou de consommation.
Tout citoyen Sénégalais, quelle que soit sa sensibilité politique, doit encourager le développement de telles infrastructures dans notre pays.
Le chemin de fer offre des avantages manifestes par rapport aux autres modes de transport en ce qui concerne un certain nombre d'éléments essentiels de la protection de l'environnement (capacité de transport, encombrement, consommation énergétique, sureté…).
 
Le Sénégal s’est lancé dans un vaste programme de construction et de rénovation de chemin de Fer. Le Président de la République Macky SALL a fait de la relance des infrastructures ferroviaires l’un des grands chantiers de sa présidence et des projets phares du Programme Sénégal Emergent.
Tant de projets d’envergures au Sénégal font aujourd’hui la Une des Editos du secteur ferroviaire :
  • TER DAKAR –AIBD ;
  • Construction de 1 520 kilomètres de nouvelles lignes
  • Réhabilitation de la ligne Dakar-Kidira
Des milliers de milliards (F CFA) d’investissement sont ainsi prévus sur ce secteur qui a été laissé à l’abandon depuis quelques décennies.
Le savoir-faire et la compétence ont été en grandes partie perdues sur le secteur ferroviaire.
S’il est tout à fait normal que le Sénégal fasse appel à des entreprises étrangères pour la réalisation de son programme de travaux, il faudra obligatoirement, et dès maintenant, prendre des décisions pour éviter que notre souhait de développement soit finalement une niche financière pour les entreprises étrangères.
Localisation de la fabrication et transfert de compétences
A l’instar de la majorité des pays émergents, le Sénégal doit imposer, sous peine de lourdes de sanctions, la localisation (réalisation d’un pourcentage minimum des travaux de construction sur le territoire national). Il s’agit d’un des meilleurs moyens du développement industriel et de participation à la politique de l’emploi ainsi qu’au transfert effectif de compétences.
La Chine est aujourd’hui un géant mondial de l’industrie ferroviaire par la mise en valeurs des acquis issus de l’exigence de transfert de compétences dans l’ensemble de ses marchés structurants.
La formation professionnelle
Dans un pays où l’accès au marché de l’emploi n’est pas garanti après l’obtention du diplôme, il est plus que souhaitable d’orienter la formation vers la demande et les besoins de l’économie locale.
Le développement de formations dans les métiers de la construction ferroviaire, la maintenance, l’exploitation et le service pourrait nous servir à ne pas dépendre totalement d’entreprises étrangères pour la gestion future de nos infrastructures ferroviaires.
 
Nous devons apprendre de notre passé en disposant de ressources humaines compétentes dans tous les secteurs nécessaires à notre développement. C’est le fondement de notre stabilité économique.
Dans un pays où le taux de croissance dépasse les 6%, au moment où tant de pays développés peinent à atteindre 1%, le rapport de force doit être à notre faveur. Ne pas maitriser toutes les cartes dans un domaine où il est prévu tant d’investissements serait équivalent à payer une amende en cours de voyage alors nous avons un ticket de transport valable en poche.
Le Sénégal peut être une vitrine de l’industrie ferroviaire en Afrique de l’Ouest, à nous de saisir cette occasion.
 
M KEBE
Groupe HIOLLE INDUSTRIE.
Jeudi 11 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :