Pour être compétitifs sur le marché africain, les Occidentaux doivent se débarrasser de leurs préjugés (Mimi Touré)


Pour être compétitifs sur le marché africain, les Occidentaux doivent se débarrasser de leurs préjugés (Mimi Touré)
La 10ème édition du World Policy Forum s’est achevée ce dimanche 5 novembre à Marrackeck au Maroc. Ce rendez-vous annuel a enregistré, comme à l’accoutumée, la participation de hauts dirigeants politiques parmi lesquels d’anciens présidents, d’anciens et actuels premiers ministres en exercice, des ministres des Finances, des Affaires étrangères venus des quatre coins du monde mais aussi des PDG de multinationales et de groupes internationaux d'investissement. Pendant trois jours, les participants triés sur le volet et encadrés par une forte sécurité ont discuté de l’état des affaires du monde en cherchant des pistes de convergence pour renforcer la paix et la coopération internationale. Partageant un panel sur  “le Devenir de l’Afrique” avec l’ancien Premier ministre béninois et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle Lionel Zinsou, Mimi Touré qui s’est définie comme une Afro-optimiste  passionnée mais aussi  lucide a rappelé, chiffres à l’appui,  que  malgré les nombreux défis qu’il lui reste à résoudre en matière de santé, d’éducation, d’assainissement  et d’habitat décent, l’Afrique est aujourd’hui le pôle économique le plus dynamique de la planète avec les taux de croissance économique les plus élevés au monde, devant les tigres asiatiques. L’ancien premier ministre a indiqué que la jeunesse  africaine est le meilleur atout du continent alors que le reste du monde notamment l’Europe et l’Asie vieillissent et c’est pourquoi dit-elle “il est important que les pays africains fassent de la question des Jeunes une priorité absolue”. Sur un ton un tantinet provocateur, Mimi Touré de poursuivre : “les leaders africains, notamment ceux nés après les indépendances exigent désormais des contrats de partenariat justes et équitables. Aujourd’hui, avec l’émergence des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) l’Afrique a un choix de partenaires beaucoup plus large que par le passé. Par conséquent,  les Occidentaux s’ils veulent rester compétitifs sur le continent africain  devraient se débarrasser définitivement de leurs préjugés et stéréotypes à l’égard d’une Afrique désormais décomplexée”. Il faut noter, à titre de mémoire, que l’ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade  fut  l’un des invités vedettes de la World Policy Conférence en 2006.
 
Mardi 7 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :