Pour Tariq Ramadan "soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée", affirme l'une de ses victimes présumées

Le théologien suisse est accusé par deux femmes, dont Henda Ayari, de viols. Pour l'ancienne salafiste, c'est la campagne #BalanceTonPorc qui l'a poussée à dévoiler le nom de son agresseur.


Pour Tariq Ramadan "soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée", affirme l'une de ses victimes présumées
Henda Ayari, première femme à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan pour viol, assure que pour l'islamologue "soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée", dans un entretien publié lundi par Le Parisien.

Deux plaintes pour viol. Le théologien suisse est visé par une enquête à Paris pour "viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort", et fait l'objet de plaintes de deux femmes, dont Henda Ayari, qui dénoncent des faits similaires. L'ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque, Henda Ayari avait raconté dans un livre sa rencontre avec Tariq Ramadan dans un livre, mais sans le nommer.

Libérée par la campagne #BalanceTonPorc. "C'est la campagne #BalanceTonPorc qui m'a poussée à dévoiler son nom", explique la jeune femme dans Le Parisien où elle raconte qu'elle était "sous l'emprise mentale" de Tariq Ramadan et que celui-ci l'avait "menacée de représailles" ou de "s'en prendre à ses enfants".

"Dénonciation calomnieuse" selon l'intéressé. Vilipendée sur les réseaux sociaux par les partisans de l'intellectuel islamiste qui lui reprochent de s'attaquer à l'islam, la jeune femme dit être "fière" d'être "une musulmane qui respecte les lois de la République" et refuse de se "taire parce que Tariq Ramadan utilise l'islam pour assouvir ses pulsions sexuelles". 

L'avocat de Tariq Ramadan a annoncé avoir déposé plainte lundi dernier pour "dénonciation calomnieuse" et Tariq Ramadan lui-même a affirmé qu'une "nouvelle plainte sera déposée dans les prochains jours". Il a également a dénoncé samedi sur sa page Facebook une "campagne de calomnie" enclenchée par ses "ennemis de toujours".

Un comportement déjà connu. Selon Libération qui consacre un papier à l'affaire "d'autres témoignages (mais qui n'avaient pas filtré) étaient parvenus, selon les intéressés, à l'essayiste Caroline Fourest et au journaliste Ian Hamel, basé en Suisse, auteurs l'un et l'autre de livres d'enquête sur le théologien. Ils faisaient état de comportements violents de la part de Ramadan".

Tariq Ramadan, 55 ans, petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, bénéficie d'une forte popularité dans les milieux musulmans conservateurs. Il est aussi très contesté, notamment dans les sphères laïques, qui voient en lui le tenant d'un islam politique.
Lundi 30 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :