Politique au Sénégal: Changer les règles du jeu (par Mamadou Diagne Diouf)


Politique au Sénégal: Changer les règles du jeu  (par Mamadou Diagne Diouf)
La politique ou l'art de gérer la cité est aujourd’hui devenue, sous nos cieux, l'art de détruire la cité, les comportements et les mœurs. De nos jours, faire de la politique équivaut à s'engager dans un jeu de duperie, de supercherie et de démagogie dans le seul but d'utiliser la confiance du peuple pour satisfaire ses ambitions personnelles. N'est-il pas grand temps pour le peuple de s'arrêter et de s'interroger sur son rôle ainsi que sur la manière de s'impliquer de façon saine et vertueuse dans la gestion de la cité? Comme le disait l'éminent penseur, l'heure est grave car les œuvres malsaines (combines, pièges, trahisons et j'en passe) qui dominent le champ politique sont en train de déstructurer le tissu social et de menacer les valeurs cardinales telles que le diom, le ngor et le soutoura qui ont toujours caractérisé le peuple sénégalais. 

Où est le Sénégal des grands hommes politiques comme Blaise Diagne, Ngalandou Diouf, Lamine Guèye, Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia, etc.? Ces cadres, formés à l'école coloniale, avaient la particularité d'être des professionnels chevronnés dans leurs domaines respectifs et qui ont choisi de s'engager de façon patriotique à la construction d'une nation libre, démocratique et respectée. L'héritage de ces grands hommes doit être pérennisé, vivifié et amélioré mais pas galvaudé et ignoré comme le fait la classe dirigeante actuelle qui est minée par les démons de la politique politicienne. 

À y regarder de près, on constate facilement que le monde politique est devenu une jungle où tous les coups sont permis, où la bassesse est érigée en vertu, où la compétence et la morale sont reléguées au second plan et où ne survivent que les lâches, les traitres et les égoïstes. La parole donnée n'est plus un sacerdoce car le wax waxeet a honteusement remplacé le kadouy gorr et le milieu est infesté par des incultes et des sans métiers. La politique n'est pas un métier mais un moyen de s'investir dignement dans la construction du bien commun, dans l'épanouissement de tous.  

Le Sénégal est aujourd'hui malade de ses politiciens, cette nouvelle race d'hommes et de femmes sans vertu ni foi et qui n'ont de respect que pour leurs propres intérêts. Le seul intérêt qui vaille c'est le Sénégal et il est grand temps que l'on marche comme un seul peuple, vers un même but, dans la foi et l'unité des cœurs comme le suggère notre devise nationale. La seule manière de pouDiouf
y arriver et d'éviter la catastrophe, est de lessiver les cœurs tel que recommandé par l'éminent penseur.


Mamadou Diagne Diouf
Enseignant
Mardi 14 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :