Plan quinquennal stratégie communication MGLDAT : 547,5 millions de FCFA pour les actions à entreprendre


Le Secrétaire général du Ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l'Aménagement du Territoire, Etienne Turpin a procédé ce matin à la restitution de la stratégie et du plan de communication de son service à cet effet dédié. Il a été chiffré à 547,5 millions de FCFA.
Des restrictions ont été soulignées par les participants sur le montant précité, mais selon Mr Etienne Turpin, le cabinet qui a élaboré le plan « a bien évalué les coûts des actions à entreprendre » et « nous osons espérer que ce sont des coûts réels. »
« Il y a un plan de communication adossé à la stratégie de 574,5 millions et il va falloir débourser annuellement 115 millions. Certains ont dit que ce montant n’est pas important au regard des différentes actions qui devraient être entreprises, mais d’autres par contre, ont dit que c’est beaucoup. Mais on a travaillé avec un cabinet qui a de l’expérience qui a bien évalué les coûts des actions à entreprendre. » Pour les financements par contre, ajoute-t-il, « nous n’avons pas de crainte parce qu’il y a beaucoup d’actions qui sont déjà en train d’être déroulées par les structures et programmes et qui pourraient prendre en charge les actions prévues dans le Plan quinquennal. »
Revenant sur l’importance du Plan, il a rappelé que le ministre Abdoulaye Diouf Sarr avait donné des instructions d’aller vers la réactualisation de la stratégie de formation et de communication du ministère. 
Il s’agit-là assure-t-il « de deux outils importants qui devraient permettre une meilleure visibilité des actions du ministre ».
A l’analyse on s’est rendu compte cependant qu’il y avait des acquis certes, mais aussi des limites dans la communication du ministère « mais cela a débouché sur une matrice SWORT avec les forces, les opportunités, les faiblesses et le menaces ». Et pour aboutir aussi à trois axes stratégiques qui consistent à promouvoir l’engagement et la motivation, mais aussi l’identité et l’image au niveau des publics cibles mais aussi avec les partenaires une concertation apaisée et des outils de veille et de gestion de crise.
« Cela devrait nous permettre d’avoir une meilleure visibilité des actions du ministère mais aussi nous de travailler en toute quiétude parce que difficile de réfléchir si on est en crise », conclura M Turpin.
Jeudi 2 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :