Placé sous contrôle judiciaire : Abdoul M'baye dénonce une volonté de le rendre inéligible et étale ses preuves


L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye a été avant-hier inculpé pour «faux et usage de faux et tentative d’escroquerie» dans une affaire de bigamie qui l’oppose à sa désormais ex-épouse. Il a été placé sous contrôle judiciaire et son passeport retiré par le doyen des juges d’instruction qui a suivi les réquisitions du procureur de la République.
Mais en conférence de presse cet après-midi, l’ex PM a dégagé en touche toutes les accusations portées contre lui.
« Le titre que je donne à cette conférence de presse est le suivant « comment une affaire privée de divorce  a été transformée en ridicule complot d’état »,, a d’emblée indiqué Abdoul Mbaye.
« Du faux qui n’existe pas et de la tentative d’escroquerie sans préjudice ni plaignant est une innovation de la justice sénégalaise » humorise t-il même.
Abdoul Mbaye est d’ailleurs convaincu que derrière cette affaire on cherche la faille pour le rendre inéligible.
«Je ne serais pas surpris que l’on cherche à réfléchir à une disposition de la loi qui pourrait empêcher un sénégalais ayant renoncé à une nationalité étrangère au profit de la nationalité sénégalaise qu’on lui dise vous ne pouvez pas vous présenter », dira-t-il.
« Je n’arrive pas à identifier le faux dont j’aurais pu être le complice sans avoir accès aux documents d’état civil, et sans les avoir établis.  Ce faux dont on parle ne m’a pas encore été présenté. Je ne parviens pas à identifier la tentative d’escroquerie dont j’aurais pu me rendre coupable quand la personne que l’on m’accuse d’avoir voulu escroquer n’a pas porté plainte et a reconnu avoir été consentante pour un changement de notre régime matrimonial consistant à le faire passer de communauté en séparation de biens. J’aurais donc tenté de d’escroquer une personne consentante ? » s’étonnera l’ancien PM.
Aussi évoque-t-il un complot d’état, mais dira Abdoul Mbaye, personne ne le détournera de l’essentiel à savoir la sauvegarde des intérêts de mon pays, et en particulier dans le contexte actuel, ceux relatifs à ses ressources pétrolières et gazières. « Ils ne me feront pas taire. Je continue à avoir foi en la justice de mon pays ».
Le Président d’ACT doit se présenter tous les 15 jours devant le juge. Il doit obtenir son autorisation  pour pouvoir voyager hors du pays... Pour Abdou Mbaye pas de souci, cette décision sera respectée. « Je suis respectueux des décisions de justice, là dessus il n’y a aucun problème », dira-t-il.

La Présidente du Tribunal Départemental de Dakar  juge et partie
Revenant sur les faits qui lui valent la sanction de la justice, Abdoul Mbaye rappellera s’être marié avec Madame Aminata Diack sa première épouse le 23 Janvier 1982 sous un régime de communauté de biens, « ce que je ne conteste pas », note t-il.
« En 94 nous avons ensemble décidé de commuer ce régime en séparation de biens et avons adressé  une requête conjointe au juge des mariages. Ce dernier a donc rendu une ordonnance transformant « notre régime de communauté en régime de séparation de biens » éclairera t-il.
Cette décision de justice, dira Abdoul Mbaye, « n’a jamais été contestée en 20 ans de mariage ». Ayant souhaité le divorce en 2014, « le régime de la séparation de biens a alors été contesté par les avocats de mon épouse », fera savoir Abdoul Mbaye.
En outre accuse-t-il,  la Présidente du Tribunal départemental de Dakar a adressé une lettre au procureur pour demander qu’il soit poursuivi tout en continuant à rester « juge du divorce devenant à la fois juge et partie »
Par ailleurs, selon Abdoul Mbaye, « la Présidente du TDD aurait demandé à un officier d’état civil à  la retraite de raturer en totale violation de la loi (art. 90 et 91 du Code de la famille), la mention qu’il avait à l’époque portée en marge du registre des mariages à réception de l’ordonnance n° 685 et dont il avait également fait mention dans le livret de famille à ma demande »
Cependant, a précisé Abdoul Mbaye, seule une décision de justice peut remettre en cause une autre décision de justice, et mention doit en être faite en marge du registre des mariages et sur le livret de famille. « Cette nouvelle décision n’existant pas, les écritures sous les ratures opérées conservent donc leur validité. »
« Ils ont fait en outre disparaitre des archives de la justice ladite ordonnance et l’ensemble du dossier » accusera t-il.  « Mais le greffier en chef de l’époque, Me Hyacinthe Gomis aurait reconnu son écriture sur le répertoire des ordonnances, affirmant que cette ordonnance a bel et bien existé. Du reste il n’aurait pas été possible à l’officier d’état civil de l’époque, Me Adama Thiam, d’inventer un numéro d’ordonnance et une date cohérente dans une série continue avec l’objet concerné rappelé ».
On accuse cependant Adama Thiam d’avoir commis un faux avec la complicité d’Abdoul Mbaye. « Or d’une part, le faux n’existe pas. Et d’autre part, je ne vois pas la forme que ma complicité peut revêtir si tant est que l’ordonnance modifiant le régime matrimonial a été transmise par le greffier en chef directement à l’officier d’état civil conformément à la loi », conclura t-il...
Samedi 30 Juillet 2016
Dakar actu




1.Posté par khady Dembelé le 30/07/2016 21:26
vraiment abdoul mbaye a raison juridiquement ici. C'est très bisarre tout ça et guirrr yallah, dakaractu, au lieu de faire toujours plaisir au gouvernement en tapant toujours sur lui, allez chercher pourquoi il s'acharne tous contre lui car vraiment Abdoul ce q'il dit la en terme juridique c'est vrai.
Les internautes savent tous que vous êtes payés pour couvrir le palais, mais quand vous êtes corrompu, il faut le faire de façon subtile sinon vous perdez toute crédibilité. Tous les jours vous l'attaquer

2.Posté par Diagne le 30/07/2016 22:04
Pourquoi elle a attendu ces moments pour porter plainte ? Pourquoi elle ne l’a pas fait quand son mari été à côté de macky ? Je conseille à Abdou Mbaye de demander le divorce. C’est dans les difficultés qu’on connait ses vrais amis. Avec l’attitude de cette dame, dans ces moments d’adversité politique, je peux dire qu’elle est le premier ennemi de Abdou Mbaye. Il est préférable d’épouser une deuxième dans ces circonstances que de commettre l’adultère ; ce que font au quotidien les adversaires politiques d’Abdou Mbaye qui veulent le liquider politiquement. Mais ça ne me surprend pas ,car c’est une alpoular. Elle se fiche des enfants que vous avez ensemble, seule son ethnie l’intéresse. Les femmes alpoulars sont capables de vous empoisonner pour promouvoir leur parent alpoular. Un bon entendeur salut !

3.Posté par Etudiant le 30/07/2016 23:03
Abdoul Mbaye tes avocats devraient pouvoir te dire que le choix du régime matrimonial est irrévocable. Même une décision de justice ne peut le modifier

4.Posté par cheikh le 31/07/2016 03:55
grand li nga wakh fii dara lerousi. si telle est la situation pourquoi tu ne portés pas plainte contre x pour diffamation ?

5.Posté par Ousmane le 31/07/2016 08:55
Au lieu de se victimiser, pourquoi ne portez vous pas plainte si tel est le cas?

6.Posté par MaImoune le 31/07/2016 09:08
Quel que soit le bord politique auquel nous puissions appartenir, journalistes, hommes politiques, membres de la société civile, et simple citoyen ayant la défense de la République chevillée au corps et ancrée dans l'âme, nous devons tous méditer ceci :



Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait personne pour protester



7.Posté par MaImoune le 31/07/2016 09:15
Quel que soit le parti politique auquel nous puissions appartenir, journalistes, membres de la société civile Sénégalaise, simple patriote imbu de valeurs démocratiques, ayant à cœur la défense de la République, devons méditer ceci :


Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait personne pour protester



8.Posté par Hi le 31/07/2016 09:30
Il nous fatigue. Respectez nos juges, répondez de vos acte et arrêtez avec Macky qui n'a que faire de votre espèce de parti politique qui ne gagnerait même pas une élection de quartier

9.Posté par Dimanche le 31/07/2016 09:40
Aucun senegalais ne serait rentré chez Lui après avoir falsifié un document administratif.
Au lieu de faire le faux indigné, Remerciez la justice pour le respect républicain qu'elle a eu pour le poste que vous aviez occupé. Ce n'est ça et QUE ça qui vous a sauvé du mandat de dépôt



Dans la même rubrique :
Bétenty, l'abattue

Bétenty, l'abattue - 27/04/2017