Piques entre magistrats dans l’affaire « Wartsila » : La plateforme « Senegaal bi ñu bëgg » déplore le fait d’être « convoquée » dans un débat d’ordre strictement professionnel


Piques entre magistrats dans l’affaire « Wartsila » : La plateforme « Senegaal bi ñu bëgg » déplore le fait d’être « convoquée » dans un débat d’ordre strictement professionnel


 L’affaire « Wartsila - Residences jardins » fait des victimes collatérales. Il s’agit de la plateforme  AVENIR « Senegaal bi ñu bëgg » qui a essuyé, a cause de Me Adama Guèye, avocat de « WWA » des propos insidieux de la part d’un haut autre magistrat. Aussi, la plateforme entend-elle dénoncée un amalgame « somme toute facile et, de surcroît, commis au détour de critiques et jugements de valeurs malveillants formulés à l’encontre de cet avocat membre de notre Plateforme ».
 
En outre, le collectif tient à rappeler qu’elle est d’abord un Collectif de femmes et d’hommes mus par une communauté de destins, qui veulent innover par une démarche empreinte d’un leadership pluriel.
 
Aussi indique ses membres, si les propos de ce magistrat « s’étaient limités à la personne de notre camarade, nous n’aurions pas jugé utile de réagir à ce que nous considérons, au regard du contenu et de la tonalité de l’argumentaire, comme, au mieux une maladresse n’honorant pas le corps qu’il était sensé défendre et, au pire, une attaque politique déguisée - « une démonstration de nature politique » dirait-il - tant il est vrai qu’il existe des « magistrats aux ordres », même si l’on se targue d’être dans un Etat de droit disposant d’une magistrature dont la compétence est reconnue à l’échelle continentale, voire mondiale… En l’occurrence, ce n’est pas la compétence des magistrats – tout comme celle des autres cadres de ce pays – qui est questionnée, mais l’intégrité de certains membres de leur corps. Ce serait faire preuve de cécité intellectuelle, pour ne pas dire de mauvaise foi, que de nier que la corruption est bien présente dans notre cher Sénégal et que dans tous les secteurs de la vie économique, sociale, professionnelle et politique du pays, il y a de bons exemples de probité comme des « brebis galeuses »... »
 
Ce magistrat dira la note en outre, est libre de penser, comme d’autres concitoyens sans doute, que notre camarade avocat serait le « porte-drapeau » de notre Plateforme, «  mais nous avons tout aussi clairement dit que celui qui portera nos couleurs et notre espérance, ne sera choisi qu’au moment voulu et en temps opportun. Notre candidat sera celui que le Collectif aura choisi de mettre en avant et de porter, étant entendu qu’il  pourrait également être choisi hors des rangs de « Senegaal bi ñu bëgg ».
 
C’est la raison pour laquelle la Plateforme déplore d’avoir été insidieusement « convoquée » dans un débat d’ordre strictement professionnel et, tient à affirmer qu’elle ne souhaiterait pas être identifiée exclusivement autour d’une personnalité, femme ou homme, quelle que soit par ailleurs sa notoriété ou son aura.
 

Mercredi 14 Octobre 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :