Pillage des forêts du Sud : « L’heure est grave », selon les cadres casamançais


Le Comité Directeur du Collectif des Cadres Casamançais, malgré les initiatives prises dans le cadre du Projet du Pôle de Développement de la Casamance (PPDC), se désole que ces efforts risquent d'être amoindris en raison du comportement de certains délinquants véreux qui s'adonnent impunément au trafic de bois entre la Casamance et la Gambie.
Aussi le Collectif des Cadres Casamançais condamne avec la dernière énergie I ‘exploitation abusive des forêts sénégalaises et plus particulièrement celles situées en Casamance et qui alimente un intense trafic illicite de bois en direction de la Gambie.
Pierre Atepa et ses camardes invitent aussi l'Etat à mettre en oeuvre urgemment les mesures annoncées par le Ministre de l'environnement, notamment le renforcement par 400 hommes, des effectifs des agents des eaux et forêts et la multiplication des opérations conjointes Armée-Gendarmerie et Douanes pour faire arrêter immédiatement le trafic de bois en Casamance et assurer la protection du bois de vène.
Pour finir, ces cadres casamançais invitent l'Etat à prendre les sanctions appropriées contre les trafiquants qu'ils soient étrangers ou nationaux, militaires ou civils, et les participants au Dialogue National à inscrire dans l'ordre du jour de leurs travaux, cette épineuse question qui concerne les relations entre le Sénégal et la Gambie pour lutter efficacement contre Ie trafic de bois qui à terme, va ruiner l'économie de la Casamance. 
Jeudi 9 Juin 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :