Pétrole et polémique politique


Pétrole et polémique politique
La polémique soulevée par la découverte du pétrole donne l’impression que notre futur ne pourra se faire sans cette source d’énergie. Nul ne peut nier l’importance du pétrole pour le développement d’un pays. Il suffit de regarder ce qu’est devenues les Monarchies du Golfe pour s’en convaincre de son utilité. Mais il faut également admettre que notre pays s’est construit et s’est imposé comme grande Nation dans une Afrique marginalisée, sans la moindre goutte de ce liquide précieux.
Alors pourquoi tant de polémique ?
Est-ce le moment d’attiser le feu étant donné qu’on a du pétrole et du gaz entre nos mains. Encore une fois, apaisons le débat et réfléchissons sur l’avenir de notre pays. Le Président a tracé la voie en nous proposant son Yonnu Yokkuté qui a rencontré l’adhésion du peuple qui l’a adopté à 65%. Ensuite, pour le renforcé, il nous a proposé un plan ambitieux, le Plan Sénégal Emergent, soutenu par les dignes fils de ce pays, vivant à l’intérieur ou hors du territoire. Et pourtant, pendant tout ce temps il n’était pas question de pétrole.
Si le Premier Ministre a cru devoir faire une sortie, c’est plus pour appeler à plus de responsabilité dans le discours que pour menacer ou prétendre restreindre une liberté fondamentale, qu’est la liberté d’expression. Autant il est autorisé de s’exprimer sur toutes les questions (y compris le pétrole), que l’on soit expert ou pas, autant (sinon plus) il est important de le faire en toute responsabilité sans aucune intention de nuire ou de porter des allégations erronées.
Le Président Macky Sall gère des ressources plus importantes que le pétrole et pourtant on ne l’accuse pas de nous les voler. Pourquoi penser dès lors qu’il nous prendra notre or noir alors qu’on n’est pas encore à la phase de production.
Si sa famille (biologique comme politique) n’a pas le droit de participer à la gestion de ce pays, autant leur demander de changer de nationalité.
Et parlant de nationalité, pensez-vous être plus patriote que le Président. Lui qui, malgré les milliards (imaginaires) dont on lui accuse aujourd’hui d’être à sa possession, fils de pauvres comme certains le rappellent, a partagé nos souffrances en acceptant sans contrainte, de faire le tour du pays pour s’enquérir du niveau de vie des populations pauvres, alors qu’au même moment il faisait l’objet de persécution, de traque, d’accusation par ses propres frères de parti qui l’ont combattu avec les moyens d’Etat (ou du peuple). Où étaient les patriotes qui s’autoproclament aujourd’hui garant des libertés, de la bonne gouvernance, de la justice, de l’éthique ?
Je rappelle que cette expérience vécue avec la population dans des villages et des campagnes a été à la base des bourses sociales, de la CMU, du PUDC.
Débattons de ces questions pour voir comment les améliorer et atténuer la souffrance des pauvres au lieu de personnaliser le débat. D’ailleurs après tout, nous nous connaissons tous (pour avoir vécu avec la majorité d‘entre eux au pouvoir tout comme dans l’opposition) ; et si on avait envie de faire des débats sur des personnes, on passerait plus de temps à parler qu’à travailler. Mais notre pays vaut plus cher et on refuse descendre aussi bas.
Mais pour une opposition qui n’a de programme politique qu’une promesse de règlement compte une fois élue, accuser le pouvoir de vol de pétrole est une occasion à ne pas rater. C’est à croire que si on n’avait pas découvert du pétrole, l’opposition n’aurait pas sa raison d’exister. Il faut juste garder à l’esprit que pétrole et propos incendiaires ne cohabitent jamais dans la paix. C’est ce que le Premier Ministre nous a dit et comprendra qui pourra.
 
Baye NIASS
Ingénieur géologue
Responsable politique APR Passy/Foundiougne
 
Lundi 26 Septembre 2016
Dakar actu




1.Posté par Thiamalaye le 26/09/2016 21:42
J'abandonne... Dégouté par autant de fautes...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :