Perception du terrorisme : Une nouvelle étude de Timbuktu Institute à la frontière sénégalo-mauritanienne


Dans une « perspective comparative », après l’étude de perception, en 2016, sur les jeunes de la banlieue dakaroise, Timbuktu Institute "a voulu étudier le phénomène de la radicalisation et la perception du terrorisme chez les jeunes des régions transfrontalières", déclare le coordinateur de l’Observatoire des Radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA). Pour Bakary Sambe, « C’est dans ce cadre que la ville de Rosso, située à la frontière sénégalo-mauritanienne, a été choisie avec un intérêt particulier sur les quartiers de Diameguène, Cité Niakh, Mbagame, Médine, Ndiandou, Rosso Peulh, Santhiaba I, Santhiaba II, Santhiaba III et Santhiaba ».  

Cette enquête avait été suivie de consultations et focus group avec les jeunes mais aussi des autorités et des acteurs de la société civile. Les consultations ont eu lieu au cours du mois d’avril 2017.

Mais, pour Sambe, « c’est au sujet de la perception du terrorisme que se situent nombre de questionnements ».

Les résultats dénotent « un déficit criant d’informations et de connaissances par rapport au phénomène est noté auprès des jeunes enquêtés. » Pour les chercheurs de l’Institut, « cela rappelle une des principales conclusions d’une récente étude dans la région de Diffa au Niger où seuls 1.6% des personnes enquêtées pensent que la menace du terrorisme augmente ; la plupart pense même que la menace du terrorisme démunie ou d’être stable ». 

« Si l’on sait que cette zone frontalière située dans le bassin du Lac Tchad est parmi celle où les exactions de Boko Haram sont les plus récurrentes, analyse Bakary Sambe, on en arrive à la conclusion selon laquelle dans les zones frontalières et loin des centres urbains et des mass media, il y a, généralement, un écart entre l’existence du terrorisme et les perceptions des menaces du terrorisme ».

Le questionnaire a été testé sur des sénégalais représentant les profil-types des personnes visées par l’étude (des jeunes entre 18 et 35 ans). L’enquête qui paraîtra bientôt a donné l’impression d’avoir abouti à des résultats rassurants surtout au niveau de la résilience des confréries notamment la Tijaniyya et le rejet massif des groupes et courants salafistes par les jeunes interrogés. 

Lors du dépouillement des questionnaires, il a été noté que "ces courants salafistes ainsi rejetés ne recueillent que près de 0.45 % de l’adhésion des jeunes tandis que ces derniers désapprouvent aussi massivement le discours djihadiste". 


Cependant, de nombreuses inquiétudes avaient été soulevées par les populations surtout au sujet du passage parfois « incontrôlé » de ressortissants étrangers de la sous-région comme des pays du Maghreb.
Jeudi 12 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :