Penelope Fillon face aux enquêteurs : « Je n’ai jamais eu de prétentions salariales »

« Le Journal du dimanche » révèle le système de défense développé par l’épouse du candidat à la présidentielle lors de sa première audition le 30 janvier.


Tandis que Penelope Fillon est convoquée en vue de sa mise en examen le 28 mars par les juges d’instruction, Le Journal du dimanche (JDD) présente, dimanche 26 mars, dans ses colonnes, son système de défense exposé devant les enquêteurs lors de sa première audition, le 30 janvier dans les locaux du Groupe d’intervention régional, à Versailles. De quoi donner un bon aperçu du contenu de son argumentaire face aux enquêteurs.

Sur son emploi auprès de son mari, député de la Sarthe entre 1998 et 2002 – pour lequel elle était rémunérée 3 340 euros net par mois –, Penelope Fillon a détaillé sa fonction : « Je m’occupais du courrier arrivant à notre domicile, demandes d’administrés, problèmes personnels de gens en difficulté, sollicitations diverses. »

Elle rédigeait aussi « des fiches et des mémos » pour son époux, concernant des manifestations locales. Elle explique aussi qu’elle le remplaçait parfois, « notamment dans les événements culturels qui l’intéressaient moins ». Ce travail, elle l’effectuait « dans le manoir de Beaucé », dans la Sarthe, écrit Le JDD, « sans jamais se rendre à l’Assemblée nationale ».

Sur son emploi auprès de Marc Joulaud (2002-2007), le suppléant sarthois de François Fillon quand ce dernier a été nommé ministre des affaires sociales en 2002, Mme Fillon légitime son poste devant les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières (OCLCIFF).
Selon elle, « (…) l’influence de [s]on mari » restant « importante » dans la Sarthe, sa présence « pouvait lui apporter du poids dans l’exercice de son mandat ».

Sauf que les enquêteurs lui font remarquer qu’à cette époque, le couple Fillon vit à Paris. « Quelles missions effectuiez-vous pour le compte de M. Marc Joulaud la semaine à Paris ? », demandent-ils. Penelope Fillon répond : « Par exemple, j’emmenais le courrier reçu au domicile du week-end pour le traiter à Paris. »
Là encore, rappelle Le JDD, sans jamais se rendre à l’Assemblée nationale. Pour expliquer le secret entourant sa présence, Mme Fillon a expliqué que cela tenait à son « souhait de rester dans l’ombre », « pour des raisons de caractère ».

Différents calculs d’heures travaillées

Selon les informations du Monde, le parquet national financier (PNF) a délivré, jeudi 16 mars, un réquisitoire supplétif pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux » aux juges d’instruction chargés de l’enquête sur les époux Fillon – Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau –, ouverte pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d’influence et manquement aux obligations déclaratives ».

Cette décision fait suite à une deuxième perquisition menée courant mars à l’Assemblée nationale – une première avait été effectuée par les enquêteurs le 31 janvier dans le cadre de l’enquête préliminaire – et à l’occasion de laquelle de nouveaux documents ont été saisis. Ces feuilles, signées par Penelope Fillon, comportaient différents calculs d’heures travaillées.
Le JDD révèle, dans son édition de dimanche, le nombre précis d’heures inscrit sur ces documents. Selon le journal, au printemps 2012, Mme Fillon a déclaré sur une fiche de renseignement « 14 heures de travail mensuel à la Revue des deux mondes, dont elle était pourtant employée à temps plein ». Mais dans une autre fiche, découverte lors d’une deuxième perquisition dans le bureau de François Fillon, « les enquêteurs ont découvert un brouillon de cette fiche de renseignement dans lequel était inscrit cette fois “30 heures” ».

A la revue, « je n’y suis jamais allée »

Entre le 1er juillet 2012 et le 30 novembre 2013, Penelope Fillon est une femme très occupée. Salariée de la Revue des deux mondes à temps plein pour 3 900 euros net mensuels, elle reprend des études de littérature anglaise via l’« Open University », explique Le JDD, et travaille également auprès de son époux, alors député de Paris. Lorsque les enquêteurs lui demandent :
« Comment faisiez-vous pour conjuguer sur la même période les emplois, tous les deux à plein temps ? »

L’intéressée répond : « J’organisais mon temps de travail comme je le voulais, et il n’y avait pas vraiment de week-end ni de repos hebdomadaire. »

Concernant son salaire, elle assure ne pas avoir eu « de prétentions salariales » et n’avoir jamais abordé la question avec Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire du titre et ami de François Fillon. Lorsqu’elle a appris le montant de sa rémunération, elle a toutefois « pensé que c’était généreux », dit-elle.

Elle explique aussi que son travail de conseiller littéraire consistait à délivrer des conseils « oraux uniquement dispensés à M. Ladreit de Lacharrière ». « Quatre ou cinq fois », précise-t-elle. Mais lorsque les enquêteurs lui demandent de décrire les locaux de La revue des deux mondes, rue de Lille dans le 7e arrondissement parisien, Mme Fillon en est incapable :

« Je n’y suis jamais allée. »

« Vous avez effectué pendant vingt mois une mission de réflexion stratégique sur la Revue des deux mondes sans jamais y aller, ni rencontrer le directeur, ni les employés et auteurs de cette revue ? », insiste le policier, étonné par la réponse de Penelope Fillon. « J’ai été déçue de ne pas être plus sollicitée », réplique-t-elle en guise d’explication.

En novembre 2013, Mme Fillon démissionne de la revue après avoir rédigé, dit-elle, plusieurs notes de lecture qui n’ont jamais été publiées. Et quitte, au même moment, sa fonction d’assistante parlementaire auprès de son époux qui opte, lui, pour la présidentielle.

Le Monde 
Dimanche 26 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :