Passation de service : Pape Dieng hué


Passation de service : Pape Dieng hué
Aujourd'hui au siège de la SENELEC en centre-ville, se tenait la cérémonie de passation de service entre le désormais ancien DG Pape Dieng et le nouveau Mouhamadou Makhtar Cissé.
Malgré les précautions prises à l'entrée, Pape Dieng n'a pas échappé à la colère de ses ex employés. Il a été hué à son entrée et à la sortie des lieux. 
'Des employés mécontents de la gestion de celui qui se vante d'avoir fait du bon boulot, ont tenu à montrer une dernière fois à Pape Dieng, qu'ils sont pas du tout contents de lui. 
Vendredi 26 Juin 2015
Dakaractu




1.Posté par SENELECOIS le 27/06/2015 14:19
Un vendeur de compteurs et marchand d’illusions, sans foi ni loi, à la SENELEC.
Pendant que les honnêtes, loyaux et dignes travailleurs (es) triment, supportent avec détermination, compétence et citoyenneté la longue marche de l’entreprise vers le progrès, le Directeur Général lui, déroule en sourdine et de manière sournoise un plan funeste de destruction massive des acquis sociaux obtenus jadis de haute lutte. Il annihile les années de durs sacrifices et de labeurs des vaillants travailleurs tout en conduisant directement ces derniers vers les chemins cahoteux du « YONOU WANIEKOU ».
A travers d’impopulaires notes de Direction (fruits d’un contrat de gestion et de performance anti- social) traduisant un net recul social des travailleurs (es) , une non équité dans la gestion des carrières ( ?) des agents, un clientélisme manifeste dans le traitement des intérêts matériels et moraux des agents ….. « Bour Cadior » opère des errements en toute conscience ainsi qu’en toute impunité.
Il ne s’est nullement gêné, d’embaucher des membres de sa famille, des militants de sa chapelle politique et de procéder par moment à leur promotion interne (saut de plusieurs catégories) en un laps de temps et de refuser systématiquement de promouvoir d’autres travailleurs bien méritants.
Pourquoi tous les travailleurs (es) doivent – ils se lever comme un seul homme pour barrer la route à ce D.G paranoïaque, inculte, sans foi ni loi, injuste, inélégant et ignare ? Pourquoi l’actuel D.G doit-il partir ? Que retenir de ce prospère vendeur de compteurs et marchand d’illusions ?
Après nous avoir servi, à moult occasions des faux-fuyants en s’engageant sur son honneur( ?) , de ne jamais poser des actes de gestion et/ou de management incompréhensibles, le monsieur « restriction sur tout » roule présentement et allégrement dans un bolide acquis à pas moins de 63 millions de nos maigres ressources. Il procède, en abusant de son pouvoir discrétionnaire, à des nominations non efficientes à des fonctions stratégiques de collègues novices voire non expérimentés. Il engage des dépenses onéreuses et farfelues pour habiller ses invités personnels « ouailles » lors de l’inauguration de l’extension de BOUTOUTE tout en restreignant les
2
déplacements utiles, inhérents à l’exploitation (au Transport d’énergie) pour compenser ces dépenses de plaisance.
Actuellement, son machiavélique plan de réduction ou d’économie interne dont il se vante tant en s’enorgueillissant des résultats chimériques n’est qu’une opération de saupoudrage aux yeux des autorités étatiques car SENELEC est exsangue et connait un manque criard en TOUT. SENELEC subit une série de ruptures non conjoncturelles des intrants (connecteurs, bons de coupures, matériels de bureau, petits outillages, tenues de travail , fourniture de bureau, véhicules d’exploitation ,cyclomoteur, matériel de sécurité « EPI,EPC » …. ) .
Et Monsieur Dieng se félicite à travers la presse (Populaire du 15 Juin 2015) de la réalisation d’une pseudo-économie de plusieurs milliards faite sur le dos des travailleurs et à leur détriment. Cette pseudo- économie faite de ponctions sur les acquis des travailleurs n’est –elle pas favorisée en sus par la baisse vertigineuses des cours mondiaux du pétrole ?
Le Directeur Général bombe le torse d’avoir fait baisser la compensation financière de l’état du SENEGAL tout en bloquant les tarifs de SENELEC à son niveau de 2012 pendant que son faramineux salaire soit passé du simple au double et les travailleurs (es) laissés pour compte avec leur demande sociale. La qualité de service prend un sacré coup et commence à se détériorer avec la résurgence des délestages.
Les braves et dignes travailleurs sont dans un dénuement total, ils sont exposés à des risques professionnels et à des accidents mortels ou handicapants. Ils sont aussi victimes de maladie professionnelle sans une assistance sociale conséquente due à une gouvernance de réduction tout azimut. Quid des vaillants prestataires qui viennent injustement et toute honte bue d’être écartés de la sphère de l’entreprise ? Pourquoi ne pas trouver une solution avec ce segment de travailleurs motivés, diplômés et compétents ? Pourquoi les taxer de protégés d’agents en pratiquant un recrutement familial, politique et nébuleux ?
3
Et les clients de SENELEC aussi se plaignent de la communication catastrophique de ce D.G aux antipodes de la correction verbale, du respect dû au client et de la finesse avec une personnalité loufoque. L’image de l’entreprise, hélas, n’est plus reluisante car mal incarnée par une autorité ignorante de la nécessité de l’inclusion des partenaires sociaux et des acteurs de cette dernière dans un souci de management moderne.
Dans les secrets de leurs isoloirs lors des dernières joutes électorales, les populations de PEKESSE avaient bien raison de lui donner une leçon inoubliable voire historique, en battant à plate couture ce politicien singulier, pingre, bouffon, pas du tout modeste et non raffiné.
Il chercherait probablement à enterrer sa gestion calamiteuse de SENELEC en s’accaparant au profit de ses affidés des centres de gestion stratégique, sensible et vital (Département Appros, Service trésorerie …..) En sus il a déclaré vouloir fermer une centrale (c3) et à vendre sa ferraille au nom d’un mix énergétique qui peine à donner des gages d’assurance aux travailleurs (es). Quelle hérésie !!!
En promouvant une valeureuse femme D.R.H à quelques encablures de la retraite, cette dame-lige partira bientôt jouir d’une pension avec tous les petits secrets de complots contre les agents, de passe-droit, de parti-pris …… Et le petit D.G lui espère bien s’en tirer à bon compte avec une promotion en qualité de Ministre de quelque chose ……, c’est cela sa seule attente et son unique obsession. Mais Dieu est juste !!!
Notre seule et ultime combat de survie à nous travailleurs (es) de SENELEC, c’est de nous unir, c’est de faire face à ce despote doublé de négrier des temps modernes, c’est de lutter la main dans la main, en rangs serrés pour retrouver nos liberté, honorabilité, respectabilité et dignité confisquées. Alors engageons le combat contre Papa ALE DIENG qui est la source unique de nos maux, il est notre Ebola local et tropical. Boutons-le hors de SENELEC pour qu’elle puisse émerger avec ses ressources humaines de qualité
4
Grande sera notre victoire au soir de l’éviction de l’actuel D.G des lambris dorés de la prestigieuse Direction Générale afin que soit restauré notre dignité de travailleurs (es) pour une SENELEC émergente dans un SENEGAL émergent.

2.Posté par Mouvement national des jeunes du PSD/JANT-BI le 28/06/2015 17:35
COMMUNIQUE
DU MOUVEMENT NATIONAL DES JEUNES DU PSD/JANT-BI

Monsieur Dias, da fa doy !


Le mouvement national des jeunes du PSD/JANT-BI s’indigne des propos et comportements du député maire socialiste Barthélémy Dias. Il estime que des mots pour le dire, on n’en trouvera guère tant ce à quoi nous assistons depuis un certain temps, du fait d’un coincé mué en un véritable sauvageon, demeure inqualifiable. Et ceci nous incite à nous demander, devant la persistance des agissements de ce personnage à l’ego surdimensionné, belliqueux à souhait donc dangereux pour la société, qui se dandine dans Dakar armé et entouré de gardes du corps violents, mais où est et que fait l’Etat ? Notre République est-elle devenue impuissante au point de laisser un malotru semer le trouble permanent dans notre pays ?
Barthélémy DIAS bénéficierait-il de privilège de naissance, d’origine, de fortune, de statut social ou professionnel pour devoir constamment défier la République et piétiner ses institutions impunément. Bon sang, mais qui est donc Barthélémy DIAS qui verse dans une totale permissivité sans coup férir ?
Qu’est-ce qui empêche les autorités politiques, judiciaires et policières, surtout le Procureur la République, d’agir devant les excès inadmissibles de celui-là qui se croit au dessus de tout le monde, de la loi et au-dessus de la République ? Faut-il attendre un jour pas lointain où ce personnage forcené, parfois ubuesque qui se croit Empereur au Sénégal, nous insultera tous de père et de mère pour mettre un terme à ses dangereuses frasques dignes d’un homme en mal avec la santé mentale ? Faut-il attendre un jour pas lointain où il re-dégainera comme au Far-West pour le mettre au ban de la classe politique et de notre société ?
L’homme, à la face du monde entier, parce devant les micros de télévision et de radio, avait naguère déclaré avoir tiré sur une personne que l’on pourrait retrouver dans les hôpitaux. Rien ne s’ensuivit. L’homme, depuis quelques temps, se fait justice lui-même en détruisant des biens d’autrui. Rien ne s’ensuivit encore. L’homme refuse de déférer à une convocation des autorités policières. Rien ne s’en est suivi une fois de plus. Alors il se sent poussé des ailes. Ce d’autant qu’il a été choyé par un Président de la République qui, au lieu de le tancer avec fermeté, lui le gardien de la Constitution et le garant des Institutions, n’a pas au contraire hésité à lui manifester de la condescendance encourageante en évoquant avec affection son « caractère fougueux ».
Mais surtout où est le secrétaire général du PS, Ousmane Tanor Dieng ? Celui-ci dont la réputation est assise sur son esprit républicain, sur son sens de la mesure et de la retenue. Comment une personnalité et un si haut responsable politique ainsi décrit peut-il s’accommoder des excès inacceptables d’un membre de son Parti qui se révèle un trublion de la République, qui n’a même pas le plus petit sens de la trêve par respect pour les musulmans qui observent la période de Ramadan, une période propice au pardon, à l’union des cœurs, à la tranquillité des esprits et à la paix dans la société.
Pourquoi Ousmane TANOR Dieng ne peut pas ramener Barthélémy Dias à la raison ?
Si monsieur Dias pense, et nous nous demandons du reste ce qui le lui fait penser, qu’il est au-dessus des Sénégalais et de leurs Institutions, il se trompe lourdement. Son réveil risque d’être brutal car les Sénégalais en ont assez de ce personnage qui veut faire du Sénégal une République bananière par ses comportements et propos outranciers. Il est temps que l’Etat du Sénégal, s’il en est réellement un, contienne enfin cet énergumène dangereux qui est tout sauf un exemple pour notre jeunesse.
Le reste ce sera l’affaire du peuple sénégalais. D’épouvantables réminiscences nous projettent à l’ère de l’arrogance et de l’insolence des socialistes avant 2000. Des défauts qui les ont emportés cette année là. Voici que M Dias réveille ces vieux démons. Le PS qui rêve de reconquérir le pouvoir ne perd rien pour attendre.
En tout cas, que le sieur Dias médite ces mots de la Bible : «Celui qui fait le mal sera pris à ses propres méfaits, il s'embarrasse dans le filet tissé par son propre péché. Il périra parce qu'il n'a pas su se discipliner, il s'égarera enivré par l'excès de sa folie ». Monsieur Dias, da fa doy !

Pour la Mouvement National des Jeunes
du PSD/JANT-BI
Le Président national
Djim Momath Dieng

3.Posté par deug deug le 28/06/2015 19:01
macky charlie sall faye est le malheur du senegal.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016