Pas encore sorti de l'auberge : Ce qui a valu à Thierno Ousmane Sy ses démêlés avec Dame Justice


Pas encore sorti de l'auberge : Ce qui a valu à Thierno Ousmane Sy ses démêlés avec Dame Justice
De sources proches des enquêteurs, il nous revient qu'il est reproché à Thierno Ousmane Sy d'avoir indûment encaissé des commissions. Mais, également de corruption. Ce, dans la fameux affaire dite "Sudatel". Aussi, l'ex conseiller spécial de Me Wade sur les TICS serait impliqué dans une nébuleuse affaire de blanchiment de capitaux. D'où ses déboires avec Dame Justice. Aux dernières nouvelles, le fils de l'ex garde des sceaux, ministre de la Justice déféré hier Parquet, n'a pu faire face au Procureur de la République. C'est pourquoi il a bénéficié d'un retour de Parquet, après avoir passé tout l'après midi dans la cave du Parquet de Dakar.
Mais, il fera face aujourd'hui même au doyen des juges. Sortira t-il libre de son face à face avec Mahawa Sémou Diouf? Nos sources, pessimistes, s'accordent à dire que Thierno Ousmane est loin de sortir de l'auberge. Car, il devra s'expliquer sur des commissions avoisinant la bagatelle de 3 millirads cfa. Aussi, devra-t-il faire la lumière sur ses relations avec Karim Wade, mais également avec Kéba Keinde, entre autres supposés prête-noms...




Mercredi 27 Février 2013
Notez


1.Posté par barou le 27/02/2013 10:07
ce garçon brillant et timide au lycée aurait dû devenir une brillant cadre.........en suivant un processus de formation normale mais pas en empruntant certains raccourcis......l'exemple des enfants de kéba mbaye est là...à la limite il aurait dû être influencé par l'environnement de l'ENEA où il a grandi......cettte formation lui aurait beaucoup servi..les anciens (je dis bien les anciens ) cette école offrait un plan de carriére trés interessant (enam, expert en développement, juristes, universitaires aux usa etc) ces cadres se retrouvent partout dans le monde et et ont une connaisssance parfaite du pays de l'administration,

2.Posté par la tendance le 27/02/2013 10:21
nous sommes dans un pays!!! il a géré des responsabilités dans ce pays!!il n'a qu'a repondre sur sa gestion.personne n'est impliquée sur cette affaire,c'est une exigence populaire.la justice doit faire son travail sur cette affaire jusqu'a l'eclatement de la vérité!!!!!!!!!!

3.Posté par deug le 27/02/2013 12:11
c est un voleur de premier degré il sera en prison c est le debut du compte a rebour

4.Posté par savane le 27/02/2013 12:30
c'est bien domage pour celui qui faisait partie des meilleurs eleves du lycèe d'application de l'ENS .Mention en terminale C(ACTUELLEMENT S)vers les annèes 86.

5.Posté par Dépité du peuple le 27/02/2013 13:25
En parlant de sortir de l'auberge, où en est le dossier de votre patron Yérim SEX?

6.Posté par seydina le 27/02/2013 13:53
La justice doit faire son travail et si ce gouvernement ne répond pas à la demande suprême du peuple sénégalais qui est de condamner les personnes qui ont détourné les maigres ressources du pays Macky sera battu comme wade l'a été lors des prochaines élections.

7.Posté par wiki le 27/02/2013 15:04
On l'arrête alors que son pére et ses oncles ex ministres libéraux, dix mille fois plus voleurs et despote que lui sont en liberté. Celà me conforte dans mes convictions que Macky ne mettra en prison que les Thiogs libéraux, laissant libre comme l'air les pontes. Mais celà lui coûtera trés chére.

8.Posté par Acharnement le 27/02/2013 15:21
L’ancien conseiller spécial de l’ex-Président de la République Me Abdoulaye Wade, chargé des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntics), est loin de sortir de l’auberge à la suite de son audition hier, par le procureur de la République. Thierno Ousmane Sy qui est également le fils de l’ancien ministre d’Etat, ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy, a fait hier l’objet d’un retour de parquet. C’est dire qu’il a passé la nuit d’hier au Commissariat central de Dakar. Et tout indique que d’après les minutes de son audition dont L’Office a pu se procurer quelques extraits, que Thierno Ousmane Sy voit les portes de la prison centrale de Rebeuss s’ouvrir grandement devant lui. Dans cette affaire, tout laisse croire qu’il est envoyé d’ores et déjà directement à l’abattoir, car désigné tout simplement « non pas présumé innocent, mais présumé coupable ».

Selon les informations en notre possession, Thierno Ousmane Sy qui a d’abord été entendu par les éléments de la Section recherches de la Gendarmerie dans la matinée d’hier, a par la suite fait face au Procureur de la République, après avoir été déféré au parquet. Il lui est reproché de s’être « enrichi illicitement ». Et face au représentant du parquet, comme face aux enquêteurs de la Section recherches de la Gendarmerie, son interrogatoire a tourné sur les conditions de l’attribution par l’Etat du Sénégal de la licence de téléphonie au troisième opérateur Sudatel. Il est soupçonné dans cette affaire, sous son manteau de conseiller spécial de l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade chargé des Ntics, d’avoir perçu « indûment des commissions » au détriment de l’Etat du Sénégal. Durant son face à face, hier, avec le procureur de la République, Thierno Ousmane Sy a fait l’objet principalement de trois questions. Dès le début, il s’est entendu dire par le juge que la licence a été vendue à 200 millions de dollars (environ 100 milliards de Fcfa), mais au finish, seuls 90 milliards de Fcfa ont été collectés dans les caisses du Trésor public. Et le juge de lui signifier que la différence, estimée ainsi à 10 milliards de Fcfa aurait servi à des commissions « perçues indûment » de sa part. À cette question, Thierno Ousmane Sy répond comment, peut-il percevoir indûment des commissions, alors que dans la transaction financière de cette affaire de cession de la troisième licence de téléphonie la somme perçue a été directement virée dans les comptes de l’Etat du Sénégal ? Ensuite, fait-il savoir au magistrat, que la transaction finale avec Sudatel avait été approuvée et signée par l’ancien ministre de l’Economie et des Finances de l’époque, M. Abdoulaye Diop, qui avait déclaré publiquement que s’il y avait une différence entre la somme finalement perçue par l’Etat et le prix de la cession de la licence, ce n’était dû uniquement qu’aux fluctuations du cours du dollar. Dans ses arguments, Thierno Ousmane Sy a également brandi une des sorties de l’économiste Moubarack Lô, actuel Directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat, Macky Sall qui confirmait dans les colonnes de Wal Fadjri du 7 juillet 2010, les assertions de Abdoulaye Diop. Cette réponse était loin de satisfaire le procureur de la République. Puisque ce dernier l’a interrogé sur des mouvements d’un montant de 7 millions de dollars notés dans ses comptes. Une relation sans doute faite sur les commissions qu’il aurait « indument perçues ». Là aussi, Thierno Ousmane Sy apportera tout de suite la réplique au représentant du parquet. Tous ces virements de 7 millions de dollars dans ses comptes, rétorque-t-il, sont antérieurs à la cession de la licence de téléphonie à Sudatel et qu’ils ne peuvent aucunement être liés à cette affaire. Ce qui ne va pas empêcher le procureur de la République de revenir à nouveau à la charge. Ce sera cette fois-ci pour lui dire que des informations en possession de la justice font état de commissions de 10 millions de dollars perçues par Kéba Keïndé, dont la candidature à la dernière élection présidentielle avait été rejetée par la Conseil constitutionnel. Kéba Keïndé est présenté par certains comme étant l’ « ami » de Thierno Ousmane Sy. Là aussi, ce dernier a voulu se laver de tout soupçon, en soutenant que c’est lui-même qui s’est opposé à ce qu’une commission dans le cadre de la transaction pour la cession de la troisième licence, soit accordée à Kéba Keïndé. Toutes ses réponses servies par Thierno Ousmane Sy n’ont pu l’empêcher de se voir servir par le procureur d’un retour de parquet. Tout indique que le fils de l’ancien ministre de la Justice va droit vers un mandat de dépôt dans cette affaire.

9.Posté par gambel le 27/02/2013 15:37
ceci s'inscrit dans le cadre de rappatrielment des biens mal acquis qui est l'une des fortes demandes sociales que le president maky sall et son regime est entrain de respecter donc je pense que la justice ira jusqu'au bout de cette affaire et sachons que c'est pas une question politique mais plutot une exigence de bonne goyuvernance.



Dans la même rubrique :