« Panama papers » : Le contrat douteux signé par Gianni Infantino, le nouveau patron de la FIFA


Le 26 février, dans son discours de candidat à la présidence de la Fédération internationale de football (FIFA), Gianni Infantino avait promis de restaurer la réputation de l’instance planétaire, minée par les scandales de corruption. Six semaines après l’élection du Suisse à la tête de l’organisation faîtière du ballon rond, son nom apparaît dans les Panama papers.
Selon les informations du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, l’Helvète a signé en 2006 et 2007 des contrats commerciaux, au nom de l’Union des associations européennes de football (UEFA), avec une entreprise offshore détenue par des hommes d’affaires, actuellement inculpés par la justice américaine dans le cadre de l’enquête sur le scandale de la FIFA.
En septembre 2006, la société Cross Trading a ainsi acheté à l’UEFA les droits télévisés de la Ligue des champions pour la période 2006-2009 pour 111 000 dollars. En mars 2007, elle a également obtenu pour une saison les droits de la Coupe de l’UEFA et de la Supercoupe d’Europe pour 28 000 dollars. Derrière Cross Trading figurent les hommes d’affaires argentins Hugo et Mariano Jinkis, placés en détention provisoire et inculpés en mai 2015 par le parquet fédéral de New York pour avoir versé des dizaines de millions de dollars de pots-de-vin en échange de droits de diffusion de compétitions FIFA en Amérique du Sud.

311 170 dollars de droits télévisés

Basée dès 1998 sur l’île de Niue, dans le Pacifique, avant de s’exporter aussi aux Seychelles et dans le Nevada, Cross Trading a revendu pour 311 170 dollars les droits télévisés de la Ligue des champions (2006-2009) au groupe télévisé équatorien Teleamazonas. La société a par ailleurs vendu les droits de la Coupe de l’UEFA et de la Supercoupe d’Europe au même groupe pour 126 000 dollars. Cross Trading a ainsi réalisé une marge de un à trois, voire de un à quatre, grâce à ces transactions, selon les documents consultés par le Süddeutsche Zeitung.
Cross Trading a été créée notamment grâce au cabinet d’avocats de l’Uruguayen Juan Pedro Damiani, membre fondateur du comité d’éthique de la FIFA depuis 2006. Ce dernier fait actuellement l’objet d’une enquête interne de la Fédération internationale.
Les deux contrats scellés entre la société offshore et l’UEFA ont été paraphés par Hugo Jinkis et par... Gianni Infantino, alors directeur de la division des affaires juridiques de l’UEFA (2004-2007), un poste qu’il a occupé avant de devenir secrétaire général de l’institution, puis le bras droit de son président, Michel Platini, en 2009.
En septembre 2015, le Süddeutsche Zeitung a demandé à l’UEFA si l’un de ses responsables a ou avait eu, au cours des vingt dernières années, des relations commerciales avec une ou plusieurs des quatorze personnes inculpées par la justice américaine dans le cadre de son enquête sur la FIFA, ou avec leurs entreprises. Le journal avait notamment envoyé à l’instance européenne la liste des prévenus sur laquelle figuraient Hugo et Mariano Jinkis. L’UEFA a assuré qu’elle n’a ou n’avait jamais eu « aucune relation commerciale avec les personnes mentionnées ou leurs entreprises. »
Cinq jours après l’élection de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA, le Süddeutsche Zeitung a posé la même question au nouveau patron du foot mondial, en s’appuyant sur les documents des Panama papers. Le 8 mars, la porte-parole de la FIFA assurait que « Gianni Infantino n’a jamais eu affaire personnellement ni en tant que secrétaire général de l’UEFA, en son temps, avec l’une des personnes ou organisations nommées. » Le Süddeutsche Zeitung relance alors l’institution en posant la même question et en visant la période où auparavant Gianni Infantino occupait la fonction de directeur de la division des affaires juridiques de l’UEFA. « II n’a eu affaire dans aucune de ses fonctions à l’UEFA à l’une des personnes ou organisations nommées », a indiqué la FIFA.

« Nous ne savions pas qui étaient les véritables propriétaires »

Le 23 mars, le journal envoie par email à l’UEFA les contenus du contrat signés en 2006 par Gianni Infantino et Cross Trading. Six jours plus tard, l’UEFA admet la conclusion de cet accord. Selon le Süddeutsche Zeitung, cet accord incluerait par ailleurs, via un « hospitality sales agreement » la société Traffic Sports Europe, dirigée par le Brésilien José Hawilla. Ce dernier a été inculpé par la justice américaine et a plaidé coupable de fraude et d’obstruction à la justice, acceptant au passage de rembourser la bagatelle de 151 millions de dollars au gouvernement des Etats-Unis.
Pourquoi l’UEFA a-t-elle vendu des droits télévisés à des prix inférieurs au prix du marché ? D’autant que Cross Trading a vendu ces droits à Teleamazonas, dès juillet 2006, soit deux mois, avant la conclusion de son contrat avec l’instance européenne. Selon des documents recueillis par le Süddeutsche Zeitung, l’UEFA avait scellé un accord similaire avec Cross Trading pour la période 2003-2006. Selon le journal allemand, les Jinkis ont gagné près de 600 000 dollars grâce aux droits télévisés accordés par l’UEFA pour l’Equateur.
Contactée par le Süddeutsche Zeitung, l’UEFA précise que « tous les contrats devraient être examinés, avant signature, par la division des affaires juridiques. » « Nous ne savions pas qui étaient à l’époque les véritables propriétaires de Cross Trading », ajoute l’instance européenne. Gianni Infantino a-t-il fait preuve d’une légèreté coupable en paraphant ces documents sans savoir avec qui précisément il faisait affaire? De son côté, la FIFA récuse tout soupçon d’irrégularité.
 
Mardi 5 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :