Page Facebook de Abdou Khadre LO : Députés du Président, députés du peuple.


Page Facebook de Abdou Khadre LO  : Députés du Président, députés du peuple.

Je viens d’entendre le député Samba Diouldé Thiam s’exprimer sur l’envoi de nos Jambars au Yemen. Ils dit que nous pouvons dormir tranquilles, que le gouvernement est responsable et veille sur notre sécurité et qu’enfin le Président de la République a tous les éléments en main pour décider d’envoyer 2000 soldats dans le bourbier yéménite. En somme, lui approuvera sans hésiter la volonté du chef de l’Etat. 

Mon Dieu, quand aurons-nous des députés du peuple et non des députés du Président de la République ? Ces députés, à n’en pas douter donneront carte blanche au Président. Du moment que sa volonté est exprimée, ils l’exécutent. Point besoin de réfléchir ou de se poser des questions. Le Président sait et veut. Donc, eux se contenteront de dire « OUI Excellence ».

 

Cet état de fait pose encore une fois et avec acuité la question du niveau de nos représentants au parlement et du mode d’élection en vigueur. 

 

1. Il est vrai que les députés doivent représenter les populations et que par conséquent, ils doivent avant tout remonter leurs préoccupations dans l’élaboration des lois et le contrôle de l’action gouvernementale. Mais, à mon humble avis, ces deux missions nécessitent un minimum de connaissance académique et des enjeux nationaux, régionaux et globaux. Or, à la vérité, la configuration de notre assemblée ne donne pas des garanties quant à la maitrise des questions encore moins à la volonté de restituer la volonté des « représentés ».

 

2. Mais tout ceci est la conséquence du mode de scrutin électoral mis en place au Sénégal : la combinaison entre la « proportionnelle » et la « majoritaire » via des listes obligatoirement cautionnées par des groupes : les partis politiques et des groupements citoyens notamment. Le député qui est élu, surtout avec le premier point évoqué, se sentira redevable à la personne qui lui a permis d’être présent à  l’assemblée nationale. Il se dit - et à juste titre d’ailleurs- qu’il est devenu député grâce à la volonté de cette personne et cherchera plus à la contenter qu’à « représenter » les populations de sa localité. Surtout si ce bienfaiteur est le Président de la République. 

 

Voilà, le nœud du problème. Je pense sincèrement qu’il faut revoir le mode de scrutin. Penser à basculer vers un système qui permette une plus grande indépendance du député. S’il était véritablement élu, suite à une compétition individuelle âprement discutée dans chaque localité, avec les seuls électeurs de la localité comme arbitres, le député les représenterait plus fidèlement. 

Lundi 4 Mai 2015
Dakaractu




1.Posté par Sidiki Diouf le 05/05/2015 12:40
Mais toi aussi tu as un probleme comme si le deputé ne peut et doit pas soutenir ou apprecier le cas
Tu penses que le deputé est là pour dire ce que toi tu desires c'est à dire t'opposer par tous les moyens.
Alors laisse le droit aux autres aussi de pouvoir dire oui monsieur le president et moi même j'en fait partie

2.Posté par Al phonse le 05/05/2015 13:39
De toute façon ce député est un député de Maky Sall. IL se dit de la gauche que nenni . Quand il a senti le vent tourne , il a vite fait de quitter Wade pour rejoindre son parent toucouleur . Avec Wade , il avait négocié pour intégrer les listes pour être député. IL a mangé a toutes les sauces . IL ne croit en rien et toujours a la recherche de fromage avec leur parti télécentre. Dans ce pays il n y a presque que des opportunistes. Nos fils et petits fils seront de la même trempe.C 'est dommage. Ou va le Sénégal



Dans la même rubrique :