PSG : Laurent Blanc sur un siège éjectable


PSG : Laurent Blanc sur un siège éjectable
Le crédit de Laurent Blanc s'épuise à une vitesse folle. Battue à trois reprises lors des cinq dernières semaines, son équipe s'enfonce dans la médiocrité. Peu séduisant mais invincible lors des quatre premiers mois de compétition, le PSG a d'abord été battu par plus fort que lui à Barcelone (3-1) avant de chuter à Guingamp (1-0). Un revers mis en partie sur le compte de l'usure physique et mentale. Cette fois, le scénario et l'ampleur de la défaite à Bastia (4-2), avant-dernier de L 1 au coup d'envoi, plongent le club parisien dans la perplexité. Désormais 4e à 4 points du leader Lyon, le PSG peut-il redresser la tête et obtenir en fin de saison une qualification directe pour la Ligue des champions, un objectif vital pour l'avenir du club ? Ce matin, le doute est permis.

Dans ce contexte tendu, Blanc donne l'image d'un entraîneur incapable d'inverser le cours d'un match. De Chelsea, en quarts de finale de la Ligue des champions en avril dernier, à Bastia ce week-end, un même constat : dès que son équipe prend l'eau, elle finit par se noyer à de rares exceptions. Plus grave encore, Blanc ne semble plus en mesure de transcender une équipe minée par le doute et trahie par des leaders défaillants (Silva, Luiz, Motta et Ibrahimovic pour ne citer qu'eux).

« On doit se réveiller », a soufflé Ibra après la défaite à Bastia. Blanc possède-t-il l'ascendant psychologique pour secouer son groupe et lui redonner confiance ? Le feuilleton Cavani-Lavezzi lui a permis d'affirmer, au moins médiatiquement, une autorité nouvelle. Les deux attaquants, écartés la semaine passée à cause de leur retour très tardif de vacances, ont d'ailleurs réintégré l'entraînement collectif hier. Mais, en profondeur, le pouvoir de Blanc semble plus que jamais affaibli.
Lundi 12 Janvier 2015




Dans la même rubrique :