PROCÈS HABRÉ : Le parquet général débute son réquisitoire


Le parquet général a débuté, mercredi matin à Dakar, son réquisitoire dans le procès de l’ex-président du Tchad Hissein Habré devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE), a constaté l’APS.
 
Le procureur des CAE Mbacké Fall a entamé son réquisitoire par un rappel de l’histoire politique du Tchad, en particulier le contexte socio-politique de la prise de pouvoir par Habré.
 
M. Fall a énuméré les différentes rébellions, les défections dans l’armée tchadienne qui ont alimenté les factions.
 
Le procureur des CAE a fait part également du contexte sous-régional de l’époque marqué par la prédominance de la Libye dirigée par Mouammar Kadhafi pour mieux situer la prise de pouvoir par l’ancien président tchadien, le 7 février 1982.
 
Les avocats des parties civiles ont démarré leurs plaidoiries lundi, lors de la reprise du procès après une suspension de deux mois, en insistant sur la responsabilité directe de M. Habré sur les crimes commis au Tchad.
"Il avait le droit de vie et de mort sur tous les Tchadiens qui avaient comme unique alternative de subir dans le silence en attendant la mort", a déclaré une avocate tchadienne de la partie civile.
Les conseils des parties civiles ont appelé le tribunal des CAE à prendre "sa responsabilité, parce qu’il a l’obligation de rendre justice".
Ce procès ouvert le 20 juillet 2015 devant les CAE, le tribunal créé au sein des juridictions sénégalaises pour assurer le jugement de l’ancien chef d’Etat, a connu beaucoup de rebondissements.
Jugé pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture, M. Habré qui comparaît de force devant les CAE a systématiquement refusé de répondre aux questions des juges et n’hésitant quelquefois pas à commettre des incidents d’audience.
Le tribunal spécial a auditionné des experts, des témoins et une personne citée comme témoin à décharge par les avocats de la défense. 
Les avocats des parties civiles ont fait leurs plaidoiries lundi et mardi et place est faite aujourd’hui au parquet général pour son réquisitoire. Les plaidoiries des avocats de la défense sont prévues jeudi et vendredi.
Le verdict du procès est attendu à la fin du mois de mai, selon le communiqué des CAE parvenu à l’APS. Hissein Habré a dirigé le Tchad de 1982 à 1990. Ecarté du pouvoir par une rébellion dirigée par l’actuel président tchadien, Idriss Déby Itno, il s’est réfugié au Sénégal.
Après une bataille judiciaire menée durant plusieurs années par des plaignants et leurs avocats, l’ancien chef d’Etat est arrêté le 30 juin 2013, à son domicile, à Dakar.
Il est ensuite inculpé le 2 juillet 2013 par les CAE, une juridiction créée au Sénégal sous l’égide de l’Union africaine (UA) pour la tenue de son procès. Plusieurs pays et organisations internationales participent au financement du procès de l’ancien chef d’Etat.
Mercredi 10 Février 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :