POURQUOI SORTIR DU FRANC CFA N’EST PAS LA BONNE SOLUTION


POURQUOI  SORTIR DU FRANC CFA N’EST PAS LA BONNE SOLUTION
Alors que la sortie du franc CFA est présentée comme la réponse à nos problèmes
Les partisans du CFAxit, voyons en quoi leurs arguments ne tiennent pas.
 
Certains activistes politiques africains prônent le CFAxit,  et la création d’une nouvelle monnaie pour les pays de la zone franc. Défendu par certains économistes comme Demba moussa Dembélé, martial ze Belinga… Ce scenario permettrait aux pays de l’UEMOA d’en finir avec des performances économiques faibles, en dessous de la moyenne économique des autres pays  de l’Afrique. Ce discours, rassurant séduit de plus en plus d’africains.
Que peut-on leur répondre ?
C’est si facile de discréditer le franc CFA. Quelle idée se font les africains du franc CFA ?
 
Pour les panafricanistes l’arrimage du franc CFA à l’euro ne facilite la croissance économique et le développement. Avec cette monnaie accroché à l’euro par une parité fixe, rendent impuissants nos états face aux marchés financiers. On ne peut pas leur donner tort. Mais en revanche, il est injuste de faire du franc CFA le bouc emissaire.la crise de 2008, qui accentué la pauvreté a surtout mis en lumière, que les états africains ayant accepté de partager la même monnaie ont oublié une règle cardinale : une union monétaire ne peut se limiter à la création d’une monnaie unique et à l’instauration de la libre circulation des capitaux. Sans union budgétaire cela ne marche pas.
 
Et c’est bien pour cela que les partisans du CFAxit  souhaitent la sortie du franc
Ils se trompent ou nous trompent sur ce qui passerait vraiment si on mettait fin à l’aventure du franc cfa.si les pays de l’UEMOA changeaient de monnaie, nous ne serions pas plus forts, mais bien plus vulnérable face à la spéculation.
Peut-on croire à la dévaluation compétitive ?
On améliorerait surement notre compétitivité en ayant cette souveraineté de pouvoir dévaluer ou pas notre monnaie. Sauf qu’on ne serait pas les seuls à vouloir le faire en Afrique. On n’éviterait pas une guerre des monnaies avec les autres pays d’afrique, qui voudraient eux aussi  relancer leur économie par ce biais.
Les partisans  du  CFAxit n’oublient-ils pas aussi, volontairement ou non, de parler des conséquences d’une telle décision pour les épargnants ?
 
Il faut leur dire là encore qu’on rentrerait dans une période ou les litiges seraient nombreux quant à la façon d’interpréter un contrat d’assurance-vie ou de tout autre produit d’épargne. Les états pourront tenter de jouer les arbitres mais comme toujours dans ces cas-là, il y aura des perdants et des gagnants. Et les lobbys les plus puissants seront comme d’habitudes en mesures de faire jouer leurs  intérêts. On voit mal le petit épargnant dans le camp des gagnants. D’autant que les plus riches peuvent bien facilement délocaliser leur épargne. On l’a vu en Grèce quand une sortie de l’euro était plausible. Le risque c’est que les plus gros détenteurs de capital aient les moyens de s’en sortir en laissant pour compte les petits épargnants, sans parler, pour la suite, de l’effet de l’inflation qui ne favorise pas du tout l’épargne.
 
Mais que peut-on faire alors ?
 
Enfin créer cette union budgétaire et fiscale qui permettra de procéder aux ajustements que le taux de change fixe ne permet plus de faire. Il faut mutualiser les dettes publiques en créant l’équivalent des bons du trésor américains et instituer un parlement en charge du budget. Faire du protectionnisme intelligent afin de stopper l’invasion chinoise, européenne, américaine. Ceci permettra nos PME ET PMI d’avoir de l’oxygène, et de jouer pleinement leur rôle dans le processus de croissance et de développement.
Bref en tout état de cause, le retard de l’Afrique est à chercher ailleurs, le franc CFA est une bonne monnaie pour le futur désirable de nos pays  pour ne pas paraphraser notre actuel président de la république. Je termine ma réflexion, en espérant que le sommet extraordinaire de l’UEMOA, sera une occasion pour les pays de la zone franc de trouver les bonnes solutions.
 
Cheikh SENE
Comptable, Gestionnaire administratif (Languedoc-Roussilon-midi- pyrénee)
Passionné des questions de developpement
Sene163@hotmail.fr
Lundi 10 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :