POUR ÉVITER DES PERTURBATIONS DANS LE SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Le Saes demande au Gouvernement de respecter ses engagements

A travers un communiqué de presse reçu par Libération, le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (Saes) demande au Gouvernement de respecter ces engagements. Ce, pour éviter des perturbations dans le secteur de l’Enseignement supérieur.


POUR ÉVITER DES PERTURBATIONS DANS LE SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Le Saes demande au Gouvernement de respecter ses engagements
Réuni samedi dernier, à l’école polytechnique de Thiès, le Bureau National (Bn) du Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (Saes) élargi aux Bureaux de Sections des universités de Saint-Louis, Dakar, Thiès, Bambey et Ziguinchor a statué sur deux points essentiels. Il s’agit de la retraite et la nécessité d’organiser une concertation sur l’évaluation des budgets des universités.
A la fin de leur rencontre, le Saes a demandé au Gouvernement de respecter les engagements des accords qui ont été signés. « Sinon il le tiendrait responsable de toute perturbation qui surviendrait dans le sous secteur de l’Enseignement supérieur », lit-on dans le document de presse.
En effet, le Saes a constaté le traitement de la question d’une retraite décente pour les enseignants-chercheurs reste plus que jamais une exigence. Mieux, elle estime également que la mise à disposition de budgets suffisants pour les universités, gérés avec efficience dans le cadre d’une nomenclature budgétaire approuvée par toutes les parties prenantes demeure plus que jamais une nécessité. Dans le même sillage, l’organisation syndicale a rappelé les engagements pris par le Gouvernement. Lesquels ont la revalorisation de la pension de retraite, l’équilibrage et la sécurisation des budgets ainsi que le paiement de la dette des universités publiques entre autres.
Sur ces entrefaites, le Bureau national élargi recommande au BN de déposer un préavis de grève couvrant la période du 1er janvier au 31 décembre 2017. Ce, avec les points tels que la matérialisation de l’accord conclu entre l’Etat et le SAES sur la retraite, l’organisation de concertations sur l’évaluation des budgets des universités pour aller vers un équilibrage et une sécurisation des budgets des universités.
Le Bn n’a pas manqué d’informer que de gros efforts ont été consentis par les enseignants- chercheurs pour arriver à un démarrage presque effectif de l’année universitaire 2016-2017.
Mercredi 1 Février 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :