«PANAMA PAPERS» : Rimbo, de Niamey aux Seychelles

Mohamed Rhissa Ali dit «Rimbo» est le patron de la société Rimbo Transport Voyageurs (RTV) mais aussi un militant très influent à la réputation de grand argentier du parti nigérien pour la démocratie et le socialisme, au pouvoir. Une partie de sa fortune a été placée dans des paradis fiscaux avec l’aide de la firme panaméenne Mossack Fonseca. C’est ainsi qu’en 2008, il crée une société offshore, Trenson Investment & Trading Ltd, domiciliée aux Seychelles et ouvre un compte bancaire dédié qui recevrait des fonds de son entreprise de transport au Niger.


Tout commence le 7 Aout 2008, lorsque Mohamed Rhissa Ali, qui vit à Niamey, ouvre sa première société offshore aux Seychelles : Trenson LLC. Il en est le directeur et donc le responsable légal. Sept mois plus tard, ce véhicule financier change de nom pour devenir Trenson Investment & Trading Ltd. L’activité de cette société n’est autre que le transport de voyageurs au Niger.
Mohamed Rhissa Ali a d’abord fait ses classes dans l’import-export dès 1999 avec sa société «Rimbo». Avant d’investir le secteur du transport de voyageurs au Niger en 2003 avec Rimbo Transport Voyageurs (RTV-SARL) dont il détient 50 % du capital, le reste est réparti entre deux associés. «Monsieur Rimbo» a commencé modestement avec seulement trois bus qui roulaient sur les 650 km de route cahoteuse reliant Niamey à Maradi, en bordure de la frontière avec le Nigeria.
Entre 2004 et 2008, il se développe et créé plusieurs agences dans les sept régions du pays. Sa flotte compte désormais plus de quarante cinq bus de soixante-dix places chacun. Pas suffisant. Il voit dans l’intégration régionale et le marché commun de l’espace de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa, huit pays) une opportunité de développement de son affaire. Le voilà qui ouvre en 2008 des agences au Bénin, au Burkina Faso, en Cote d'Ivoire, au Sénégal et au Togo. Désormais «Rimbo» voit grand, acquière dix-neuf bus par an pour un montant de 3,5 milliards de francs CFA «sur fonds propre et le reste étant financé par les banques de la place», dit-il. Cette même année 2008, il s’essaye à la finance offshore.
L’homme d’affaires qui dispose d’un entregent politique semble assez habile pour avoir réussi à éviter la crise qui frappe le secteur des transports et a dévasté des sociétés comme Aïr transport, SNTV et d’autres. Mais son nom s’est récemment retrouvé au cœur d’un scandale de trafic de devises. «Rimbo» a été interpellé avec 10 milliards de francs CFA en devises. Mais faute d’enquête des autorités, le pactole lui a été restitué ainsi qu’à ses complices à l’été 2015. Ce qui n’a pas manqué de provoquer l’ire du syndicat national des agents des douanes qui a dénoncé une intervention de l’Etat. Et la condamnation de l’Association nigérienne de lutte contre la corruption.
Des Seychelles au Niger en passant par le Panama, la fortune de Mohamed Rhissa Ali semble alimenter des circuits opaques.
Jeudi 28 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :