PANAMA PAPERS : Les Ics pillées depuis Nicosie par une société écran avec la complicité d’anciens dignitaires

Les Industries chimiques du Sénégal (Ics) ont été pillées depuis Nicosie par une société offshore dont les vrais bénéficiaires économiques restent pour le moment inconnus. En 2008, l'ancien régime avait cédé au franc symbolique 66% des parts des Ics à Senfer limited Africa qui apparaît aujourd'hui comme une société offshore montée pour faire un...coup. Les Panama papers ont permis de lever un coin de voile sur ce crime économique.


PANAMA PAPERS : Les Ics pillées depuis Nicosie par une société écran avec la complicité d’anciens dignitaires
En 2008, les Sénégalais apprenaient que 66% du capital des Industries Chimiques du Sénégal (Ics) étaient cédés au franc symbolique à Senfer Africa limited présentée alors comme la société qui devait sauver ce fleuron de l'économie sénégalaise. 
La suite, on la connaît : les Ics ont frôlé l'arrêt total et Senfer a été éjectée du capital désormais contrôlé majoritairement par Indorama.
Libération est en mesure de révéler aujourd'hui que Senfer Limited Africa est une entité montée en Chypre par de lugubres actionnaires dont l'objectif véritable était de faire un "coup" et de se fondre ensuite dans la nature. Selon les documents obtenus par Libération, Senfer Africa limited a vu le jour quelques semaines seulement avant de faire main basse sur les Ics. 
Plus précisément, elle a été montée le 31 décembre 2007 à Chypre avec comme adresse "Kanika intern, Business center, floor 6". 
La société en place dans ce paradis fiscal , ses bénéficiaires économiques qui seraient associés à un personnage clé de l'ancien régime, ont confié la gestion au cabinet chypriote Altruco management limited un des correspondants de Mossack Fonseca, le célèbre cabinet du Panama au coeur d'un scandale mondial.
Des recherches effectuées par Libération attestent que Senfer citée à plusieurs reprises dans les Panama Papers disposait aussi de deux filiales relais à Jersey et à Hong Kong mais ces entités ont été curieusement dissoutes après l'entrée en scène au Sénégal de Senfer Africa Limited qui a cédé ses parts détenues dans les Ics à Indorama dans des conditions plus que nébuleuses. Faut-il rappeler qu'un autre prédateur des Ics, Jérôme Goddard est originaire de...Chypre, base arrière de Senfer Africa limited.

Indorama, des Bahamas à Guernsey

Quoiqu’il en soit, des spécialistes du secteur persistent et signent que Senfer Africa Limited a empoché une commission indue de Indorama avant de se fondre dans la nature. Les Ics sont-elles désormais à l’abri des prédateurs maintenant que Indorama est aux commandes ?
On pourrait répondre par l’affirmative si Indorama elle-même ne figurait pas dans les Panama papers. Bien qu’étant contrôlée par le magnat indien Sri Prakash Lohia dont la fortune personnelle est estimée à 5 milliards de dollars, Indorama group holdings limited, qui trône sur les Ics est une société offshore immatriculée dans les Bahamas, un autre paradis fiscal, avec adresse au Royaume Uni. Elle dépend d’une autre société offshore : Indorama corporation Pte.Ltd logée à Singapour.
Aux commandes de Indorama group holdings limited, on retrouve Amit Lohia, fils de Sri Prakash et vice-président du conseil d’administration des Ics.
Amit Lohia apparaît d’ailleurs physiquement dans les Panama papers comme administrateur de Indorama group Holdings avec une adresse à Haviland street St Peter Port. Un chic quartier de Guernsey, un autre paradis fiscal. Décidément !
Mardi 8 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :