PAIN - Arrêt de production : Les boulangers mettent les Dakarois à la diète


PAIN - Arrêt de production : Les boulangers mettent les Dakarois à la diète
La Fédération nationale des boulangers du Sénégal (Fnbs) qui annonçait ces derniers jours sa volonté d’arrêter la production du pain a mis depuis hier sa menace à exécution.
La plupart des consommateurs n’ont pas pu s’approvisionner en pain hier, et la même chose risque d’arriver aujourd’hui encore. La Fédération nationale des boulangers du Sénégal (Fnbs), qui projetait un arrêt provisoire de production du pain, a mis hier sa me­­nace à exécution. Cela, annonce-t-elle, afin d’amener le gouvernement à ouvrir des concertations sur la hausse du prix de la farine.
Joint par téléphone hier, Aliou Thiam, porte-parole de la Fnbs a déploré le mutisme des autorités étatiques par rapport à la hausse de 600 francs Cfa que les meuniers ont appliqué d’une «manière unilatérale» sur le prix de la farine, depuis le 7 janvier dernier. «Nous achetons la farine à un prix exorbitant et nous vendons le pain au même prix. Maintenant, la situation est devenue insoutenable pour les boulangers et nous n’avons pas d’interlocuteur», soutient M. Thiam. Il assure : «Notre objectif n’est pas de faire souffrir les consommateurs. Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous avons arrêté la production. Nous voulons alerter le gouvernement.» Jusqu’où comptent-ils aller ? Le porte-parole assure qu’ils ont d’autres leviers sur lesquels s’appuyer pour obtenir satisfaction.
Le mouvement n’est pas cependant suivi par tous les producteurs de pain. En effet, certaines boulangeries n’ont pas arrêté la production. Ces boulangers ne sont pas membres de la Fnbs. Tou­tefois, Aliou Thiam indique que, «dans ces boulangeries, le pain n’est pas un produit de base. Mais, ils participent au combat con­tre la hausse du prix de la farine à leur manière».
Mais d’autres émettent un autre son de cloche, en faisant remarquer que les boulangers ont entamé une grève tout à fait illégale. L’un de ces non grévistes souligne qu’avant d’entamer leur lock-out, les boulangers au­raient dû déposer un préavis de grève d’un mois auprès des autorités. Cela n’a jamais été fait et si les autorités le voulaient, elles auraient pu recourir à la force pour casser le mouvement.
le quotidien




Mardi 5 Février 2013
Notez


1.Posté par solution le 05/02/2013 11:39
VENTE DAPHRODISIAQUE TRES EFFICASSE CONTRE LA FAIBLESSE SEXUELLE ET LEJACULATION PRECOCE RESULTATS IMMEDIAT EXISTE EN GELULLE EN POUDRE OU EN SACHET LIVRAISON A DOMICILE EN TOUTE DISCRETION CONTACTEZ VITE LE 774736063

2.Posté par titi le 05/02/2013 20:29
Pourquoi les sénégalais sont dépendants des produits qu'ils ne produisent pas. Si les boulangers sont en grève, c'est une bonne occasion pour se mettre au consommer local: fondé, lakh, rouille, sombi. Les biscuits BABA sont très bons et et ne coutent pas chers. Qu'ils continuent leur grève, on mangera autre chose que le pain qui par ailleurs est très pauvre en nutriment: que du sucre.

3.Posté par papis le 06/02/2013 08:52
niokhamedé kouye wodo mbourou bokobayé rafelé



Dans la même rubrique :