Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du PS : « Ce que je retiens du message à la nation du président Macky Sall »

Joint par DAKARACTU, Ousmane Tanor Dieng a revisité le message à la nation du président Macky Sall. Il a relevé les points les plus importants pour lui et donné son avis. Entretien...


Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du PS : « Ce que je retiens du message à la nation du président Macky Sall »
Le message de nouvel an du président Macky Sall 

Ousmane Tanor Dieng : Ce que je peux dire, c'est que l'objet du message du président au nouvel an à la nation est essentiellement de présenter les vœux du peuple sénégalais. Et à cette occasion, le président choisit quelques points sur lesquels il s'adresse aux sénégalais d'une part et d'autre part, de faire quelques annonces s'il y en a.
Je le dis parce que le message à la nation de la fin d'année ne peut pas être un discours bilan. A partir du moment que ce n'est pas un discours bilan, tous les secteurs et tous les facteurs ne peuvent pas s'y retrouver. 
J'entends dire par là que le président n'a pas parlé de beaucoup de choses et qu'il aurait du le dire, mais je leur dis que cela n'est pas l'objet du message à la nation à la fin de l'année.
C'est pourquoi, en fonction des présidents et en fonction des situations, de manière arbitraire, certains points sont choisis sur lesquels le président se prononce. 
C'est ce qui a fait que le président a parlé d'une part des questions économiques et sociales, de manière générale et d'autre part, la réforme des institutions. 
C'est son choix et un autre président aurait pu faire un autre choix aussi. Donc, c'est ça qu'il faut retenir d'emblée. 
Maintenant, en ce qui concerne la partie la plus controversée et qui fait l'objet de débat, c'est à dire celle relative à la réforme des institutions, je pense que ce qu'on peut en retenir c'est à partir du moment où le président a commandé une étude dont il a reçu les conclusions, partant de cela, il fait des propositions de réforme de notre Constitution. Lorsque les textes seront à notre disposition, on pourra en tant qu'acteurs politiques ou société civile en débattre. Chacun donnera son avis afin d'éclairer l'opinion sur le contenu de ces réformes là. 
A part ça maintenant, sur ce qui nous a été indiqué par le président, deux ou trois aspects me semblent importants et participent à la consolidation de notre démocratie. 
Ce qu'il a appelé la modernisation du paysage politique ou la modernisation des partis politiques est très important, car le Sénégal n'avait que 40 partis avant 2000, là, on en est à plus de 250 partis politiques. Ce qui ne peut pas continuer. Il y a aussi la question du financement des partis qui est importante. 
Il y a aussi la question des candidatures indépendantes. Au fond, c'est une bonne chose, mais il faut que cela soit encadré, il faut des critères à partir desquels les candidatures indépendantes seraient admises. Ce point est important, car si on ne prend de mesure d'encadrement, on va se retrouver avec une floraison de candidatures, et ça ce n'est pas normal.
Deuxième chose qui me semble importante, c'est la restauration du quinquennat. On restaure le quinquennat et chaque président, s'il gagne peut être réélu une deuxième fois. Ces dispositions ont un caractère intangible, c'est à dire comme la forme républicaine de l'Etat, on ne peut plus y déroger ou y toucher. 
A cela s'ajoute maintenant les devoirs du citoyen, la liberté des populations, le renforcement du pouvoir du Conseil Constitutionnel, le renforcement du pouvoir de l'Assemblée nationale et toutes ces mesures participent à la consolidation de notre démocratie.

Pour ou contre la réduction du mandat

Il n'y a pas à être pour ou contre la réduction du mandat. C'est le président de la République lui-même qui s'était engagé à réduire son mandat. Maintenant, c'est à lui de voir les formes dans lesquelles il mettra en oeuvre cet engagement qu'il a pris. On ne peut être pour ou contre. 
Samedi 2 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :