Oumar Sarr sur le départ de Souleymane N'déné N'diaye : « Il est sorti par la petite porte de notre histoire »


Oumar Sarr sur le départ de Souleymane N'déné N'diaye : « Il est sorti par la petite porte de notre histoire »
Sur sa page facebook, Oumar Sarr commente le départ de Souleymane N'déné N'diaye et l’égratigne un peu. « En terminant son compagnonnage politique avec le PDS par le dénombrement des boubous qu’il a offerts au Président Wade, je me suis dit que Souleymane est sorti par la petite porte de notre histoire. C’est triste de voir de tels personnages, avec lesquels nous avons cheminé, terminer comme ça une histoire formidable tissée avec un homme qui leur a tout donné. Souleymane, depuis notre défaite de 2012, ne se sentait plus à l’aise dans notre parti. Il l’a dit et montré à maintes reprises. Il part parce que notre parti ne l’aurait pas choisi comme candidat à la prochaine élection présidentielle. Il part après avoir affirmé quelques jours auparavant qu’il ne participait pas à des marches interdites en tant qu’’ancien premier ministre. Il oublie même qu’il a été nommé premier ministre par la seule volonté du président Wade. Il doit comprendre qu’il n’a jamais été le meilleur d’entre nous et nous avions accepté le choix du Président Wade. Il avait annoncé ou susurré à plusieurs reprises son départ du PDS. Quant à moi, je pense que c’est son droit de se dire présidentiable et de penser, sans rire, qu’il va être choisi par les Sénégalais, comme prochain Président de la République. Ce n’est pas l’avis du PDS et c’est son droit, aussi. Il doit le comprendre. En faisant un clin d’œil à Aristote, je dirai en latin à Souleymane « Amicus Souleymane, sed magis amica veritas ». Assurément, la vérité nous est plus chère.
Il faut aussi qu’il comprenne que chaque fois qu’il parlera du PDS, il parlera de nous collectivement et individuellement. Il doit comprendre que nous avons fait le choix d’être dans le PDS, de le défendre, de soutenir son candidat, de nous battre, quoique cela puisse nous coûter, pour la vérité et pour la victoire de notre camp politique. Nous avons choisi la voie de la loyauté, de la dignité, de la justice et de la fraternité. Il est parti, c’est son droit. Dont acte. Qu’il arrête maintenant ! Ce débat, nous avions commencé à l’avoir, quand en mai 2013, il publia une lettre ouverte contre le PDS qui avait décidé – sacrilège- d’organiser une marche pour réclamer, entre autres, la libération de Karim M. WADE ! Décidément ! Les termes de nos désaccords reviennent. Je publie à nouveau dans ma page sa lettre ouverte et la réponse que je lui avais adressée en mai 2013, et reviendrai prochainement sur ses nouveaux arguments ».
Vendredi 3 Avril 2015
Dakar actu




1.Posté par anitakhadafiste le 03/04/2015 15:56
BIEN DIT ET NDENE N DIAYE NE SERA JAMAIS PRESIDENT



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016