Oumar Sarr, coordinateur du PDS : « Le Sénégal est en danger…La prochaine demande sera pour la place de l’indépendance.»

Visiblement amer, le coordinateur du PDS a accusé le chef de l’Etat d’être seul responsable de cette situation de crise que traverse le pays depuis quelques temps. Il a annoncé que le PDS comptait déposer une demande d’autorisation pour une marche, cette fois…à la place de l’indépendance. Entretien...


Oumar Sarr, coordinateur du PDS : « Le Sénégal est en danger…La prochaine demande sera pour la place de l’indépendance.»

Dakaractu : Pourquoi malgré l’interdiction, le PDS a choisi de forcer le dispositif de la Police ?

Parce qu’on est dans une démocratie. Le droit de marche est inscrit dans notre constitution. Combien de fois ils nous ont interdit. Ils ne peuvent pas interdire comme ça. Je pense que c’est un peu de notre faute et nous avons laissé trop faire. Nous avons un droit et l’Etat doit nous garantir ce droit. Ces explications farfelues d’un préfet ne nous engagent plus, nous déclarons et nous manifesterons. Nous ne sommes plus tenus par des manifestations politiciennes d’un préfet.

Dakaractu : Mais il est dit que les interdictions des marches sont dues à la liaison que vous faites avec la condition de Wade-fils…

Ce n’est pas vrai. J’ai la toutes les demandes que nous avons formulées (il fouille dans ses dossiers) …notant que nous voulons faire un meeting d’information. On dit non, on refuse, parce que vous n’avez pas détaillé ce que chacun va dire dans le meeting. C’est totalement farfelu. Hier on disait un sit-in d’informations et nous avons détaillé en notant que c’est pour défendre l’état de droit contre le recul de la démocratie et nous n’avons même pas cité Karim Wade. Bien sûr il y a le fait qu’il a été blessé récemment. Qu’il y a un procès vraiment indigne pour le Sénégal. Cela fait partie intégrante de notre bataille pour un Sénégal de droit. Mais cela n’est pas le seul élément. Nous avons beaucoup d’otages en prison en plus des arrestations de vendredi et samedi, mais nous défendons la fin du régime d’otages politiques.  L’état c’est comme un espèce de bandit qui retient nos otages. Et cela, nous sommes contre et les populations ont compris de plus en plus. Et quand nous mobilisons et entrons dans les quartiers, les populations savent que tout cela n’est que mensonge.

Dakaractu : Mais pourquoi le PDS ne compte que sur la force politique de Me Abdoulaye Wade ?

Le PDS a aujourd’hui un Secrétaire Général qui est Me Abdoulaye Wade, donc on ne peut pas enlever le premier responsable. C’est comme si on prenait l’APR et que l’on enlevait Macky Sall, même si à l’Apr il n’y a rien, si on enlève Macky…Au Sénégal de manière générale, les partis sont construits autour du SG. Mais indépendamment du SG au PDS, on agit. Pendant les locales on a organisé plein de manifestations sans le SG national et on n’a jamais eu un échec. Le PDS vit mais toujours encadré par son principal responsable qui alimente les dispositions pour les orientations et les actions et cela est tout à fait normal.

Dakaractu : On a vu un Me Wade très en colère hier, contre le chef de l’Etat, les populations ne doivent-elles pas avoir peur que le pays s’enfonce dans des violences ?

Hier et avant-hier, on a eu l’impression que l’on était au Liban ou en Syrie, vous avez vu avec les gaz lacrymogènes, une semaine avant on nous a bombardé notre siège. On est dans un pays qui en train de glisser vers une dictature parce que sur le plan économique et politique, il n’y a pas de réussite. Là ils n’ont que les armes pour pouvoir imposer le silence des populations; et cela est une situation très grave. Nous pouvons glisser très rapidement vers un régime totalement dictatorial. C’est des cas comme cela qui font que l’Etat peut totalement disparaître. Je parle de l’état démocratique. C’est une situation très grave et Macky Sall est le premier responsable de cet état de fait. Le Président Wade l’a dit « là on veut vous mater, vous écraser ». Quand il a pris le pouvoir Macky Sall a dit « je vais donner une loi qui encadre l’opposition ; il y aura les chefs de file de l’opposition qui auront leurs droits... Une loi qui va préciser le rôle de l’opposition  et va donner des avantages. Il a parlé comme habitude… Donc concrètement le Sénégal est en danger, le Président aurait pu perdre sa vie hier. La répression est la seule alternative présentée au peuple et nous nous battrons jusqu’au bout, chacun d’entre nous jusqu’à son dernier souffle pour que un autre état puisse se créer. C’est cela notre bataille! Mais nous avons peur. Nous disons que Macky Sall amène le Sénégal vers l’abîme.

Mardi 3 Février 2015
Dakaractu




1.Posté par citoyen le 03/02/2015 09:32
Guir yalla travaillons

2.Posté par dij le 03/02/2015 11:01
Fuillard si ça te tenait autant tallait participer a la marche mais ta préféré fuir tes responsabilités .gardes tes propos pour tes enfants

3.Posté par Sory Diallo le 11/02/2015 08:06
CE OUMAR SARR EST VRAIMENT HAINEUX ENVERS LE PRESIDENT CAR IL NE L'APPELLE JAMAIS PAR SON TITRE. C'EST VRAIMENT UN PAUVRE TYPE.
Je me demande comment la femme de classe qu'est Mme Aminata Toure a pu s'amouracher de ce pauv'con?



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016