Oumar Sarr, Ousmane Ngom et Abdoulaye Baldé en vedette dans les quotidiens


Oumar Sarr, Ousmane Ngom et Abdoulaye Baldé en vedette dans les quotidiens
Le déclenchement de la procédure visant la levée de l'immunité parlementaire de députés de l'opposition est le principal sujet abordé par les quotidiens parvenus ce vendredi à l'APS, sachant que cette question est en rapport avec la traque des biens mal acquis qui alimente, depuis maintenant des semaines, le menu de la presse quotidienne.
"Le verrou va sauter", affirme Sud Quotidien, donnant le ton aux autres quotidiens, à propos de la levée de l'immunité parlementaire des députés Omar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom, des personnalités de l'ancien régime, suspectés d'enrichissement illicite et visés pour cela par l'enquête ouverte dans la traque des biens mal acquis. 
"Le bureau de l'Assemblée Nationale a statué hier, jeudi 3 janvier, sur la requête de la garde des Sceaux, ministre de la Justice, Mme Aminata Touré, demandant la levée de l'immunité parlementaire" des personnalités en question, avance Sud Quotidien.
"La conférence des présidents s'est réunie le même jour, vers 13 h, pour proposer un calendrier de travail. La procédure commence le lundi 7 janvier par les travaux de la commission des Lois et se poursuit jusqu'au jeudi 10 janvier dans l'après-midi pour la plénière", écrit ce quotidien.
"Les députés de la majorité veulent casser les dignitaires de l'ancien régime. Sous ce rapport, ils vont lever l'immunité parlementaire de certains de ces derniers. (Mais chez les Libéraux), des stratégies sont en train d'être élaborées pour ne pas tomber sous les roquettes des compagnons de Macky Sall", renchérit Direct Info, tout aussi affirmatif que Sud Quotidien, à travers son titre : "L'Assemblée va +lâcher+ trois de ses députés".
"La messe sera dite jeudi", tranche également Le Populaire, estimant qu'avec cette affaire, la traque des biens mal acquis a pris "une nouvelle tournure". "Les choses sérieuses commencent à l'Assemblée (Nationale)", commente à son tour La Tribune.
"L'heure de vérité", affiche le quotidien Enquête à sa Une. "(Abdoulaye) Baldé, Oumar Sarr et Ousmane Ngom +déshabillés+ jeudi prochain", précise le journal dans ses pages intérieures. 
"La phase active de la traque des biens mal acquis gagne en intensité à partir de cette semaine", relève-t-il ensuite.
"En effet, l'Assemblée Nationale, sur demande du Parquet général, va statuer sur la levée de l'immunité parlementaire de trois députés du Parti démocratique sénégalais mis en cause par des enquêtes préliminaires. Pour Abdoulaye Baldé, Oumar Sarr et Ousmane Ngom, ce pourrait être la suite de la descente aux enfers, entamée le 25 mars 2012, avec la chute de leur mentor,
Abdoulaye Wade", écrit Enquête. 
"En réponse à l'acte hautement politique posé par les députés de l'opposition, qui ont récemment déposé une motion de censure contre le Gouvernement, les députés de la majorité veulent répliquer et laver l'affront", explique Walfadjji, dans la continuité d'un titre plutôt explicite : "Baldé, Ngom et Sarr en route vers la Haute cour (de justice)".
"Moustapha Diakhaté (le président du Groupe parlementaire de la majorité) et ses amis, actionnés par le ministre de la Justice, veulent lever l'immunité parlementaire de Me Ousmane Ngom, d'Abdoulaye Baldé et de Omar Sarr reconnus au terme des enquêtes qu'ils sont détenteurs de biens illicites", ajoute Walfadjri.
"Trois anciens ministres du régime libéral pourraient voir leur immunité parlementaire levée dès jeudi prochain. Abdoulaye Baldé, Oumar Sarr et Ousmane Ngom seront entendus par une commission ad-hoc qui sera mise sur pied à l'issue de la réunion de la commission des Lois (de l'Assemblée Nationale), lundi", informe Le Quotidien.
"La justice veut faire son travail sans aucune entrave. La chancellerie a saisi l'Assemblée Nationale pour demander la levée de l'immunité parlementaire des députés Ousmane Ngom, Oumar Sarr et Abdoulaye Baldé. Ces derniers doivent répondre d'affaires les concernant", indique L'Observateur.
D'autres quotidiens s'intéressent au même sujet, le quotidien l'As, titrant : "Oumar Sarr, (Abdoulaye) Baldé et Ousmane Ngom proches de la Haute cour de justice". Selon L'Office, "les mis en cause, qui se disent très sereins, promettent de se battre contre ce qu'ils considèrent comme +une réaction de représailles contre le dépôt de la motion de censure".
Toujours est-il que leur dossier "n'est pas mince", souligne Libération. "Des lettres datées des 19 et 27 décembre 2012, adressées par le Procureur spécial, Alioune Ndao ,au président de l'Assemblée Nationale, visent les députés Oumar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom", note le journal.
"Pour les deux premiers, le magistrat informe détenir des informations tendant à étayer qu'ils se sont enrichis de manière illicite et pour l'ancien ministre de l'Intérieur, Alioune Ndao informe avoir demandé son audition par la Direction de la police judiciaire", ajoute Libération.
Loin de ce sujet, Le Soleil annonce que l'Etat "va mettre de l'ordre dans le transport en commun", citant le communiqué du premier Conseil des ministres de l'année 2013, tenu jeudi soir à Dakar sous la présidence du chef de l'Etat, Macky Sall.(Aps)
 
Vendredi 4 Janvier 2013
Dakaractu Redacteur




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016