Opa Ndiaye (SGA du Gouvernement) sur la défaite de Benno : « Il s’agit de vote sanction contre la tête de liste… On va tendre la main à Guirassy »


Opa Ndiaye (SGA du Gouvernement) sur la défaite de Benno : « Il s’agit de vote sanction contre la tête de liste… On va tendre la main à Guirassy »
Votre coalition BBY a perdu les législatives au profit de la coalition Kaddu Askan Wii dirigée par Moustapha Guirassy. Quelles sont vos premières analyses ?
 
C’est une grande déception pour moi. Depuis que je suis en politique, c’est la campagne la plus difficile que j’ai vécue.
En effet, il s’agit de vote sanction contre la tête de liste de la Coalition Benno Bokk Yaakaar, en l’occurrence le député sortant Mamadou Cissé. Plusieurs responsables de l’APR ont soit croisé les bras après avoir donné des consignes de vote, soit avec les moyens de notre parti, ont battu campagne pour l’adversaire.
 
Vous considérez que cette victoire n'est pas un vote d'adhésion mais plutôt un vote sanction, pourquoi n’avez-vous pas pris les devants pour parer à cette défaite ?
 
La menace a été perçue à temps et plusieurs actions ont été entreprises pour l’endiguer, mais en vain. Il est inopportun de dire lesquelles, mais je puis vous affirmer que tout a été tenté à plusieurs niveaux pour un succès de notre liste et ce, jusqu’à la veille du scrutin.
Il suffit d’interroger les chiffres des élections locales de 2014 pour attester de la réalité du vote sanction. En effet, à ces élections, au niveau du département,Wato Sita (2.488 voix) de Monsieur Guirassy était arrivée loin derrière Benno Bokk Yaakaar (6989 voix) et le PDS de Mamadou Cissé (4936).
 
Vous parlez de vote sanction, mais est-ce que quelque part ce n’est pas le bilan de Macky SALL qui a été sanctionné à Kédougou ?
 
Nullement. Partout où nous sommes passés les populations ont loué les réalisations du Président Macky Sall.
J’ai entendu sur les ondes d’une radio le vainqueur en l’occurrence Monsieur Guirassy déclarer que c’est BBY qui a été sanctionnée à cause de l’oubli dont fait l’objet la Région de Kédougou et de l’absence des fils de Kédougou dans les instances de décision. A ce sujet, il faut rappeler que M. Guirassy a été de 2007 à 2012, député, Maire et Ministre sous Wade. Qu’est-ce qu’il a pu changer dans la région de Kédougou dans la même période?
C’est avec le Président Macky SALL,  que les disparités régionales sont en voie d'être éliminées. En effet, avec le PUDC, le désenclavement est en cours (réhabilitation de la route Dialacoto/Kédougou, construction de la route de Salémata, du pont de Fongolimbi, de pistes de production, etc..), l’accès à l’eau potable est une réalité partout, les travaux des femmes sont allégés par la mise à disposition d’équipements post-récolte, pour les jeunes le DAC de Itato va se développer. Le PUMA (Programme d'urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers) a été lancé à Kédougou. Sans oublier les programmes permettant plus de justice et d’inclusion sociale.
Kédougou reste fidèle à Macky parce que se retrouvant dans les politiques et programmes mis en œuvre par son gouvernement.
 
Maintenant que la défaite est consommée, quelles sont les stratégies que vous comptez mettre en œuvre pour reconquérir le département de Kédougou ?
 
Les réalisations du Président sont suffisamment visibles et valent toutes stratégies. Si vous voulez parler de l’élection présidentielle, sachez qu’il n’y a aucune inquiétude. Je peux vous garantir, ici et maintenant, que nous serons au-delà des 80% pour la réélection de Monsieur Macky Sall en 2019. Pour les locales de 2019, c’est une autre affaire. Il va falloir remobiliser, resserrer les rangs, adopter une discipline de parti.
Dans tous les cas, il faut travailler à la massification des bases du parti en tendant la main à tous les fils de Kédougou dont Monsieur Guirassy.
 
 
Des responsables de l’APR ont jubilé à l’annonce des résultats provisoires le jour même du scrutin…
 
C’est la preuve, si besoin en était que ce sont les militants de BBY qui ont sanctionné. C’est déplorable et condamnable ! Ils restent des camarades de parti. J’espère qu’ils vont se ressaisir.
 
Dans un contexte caractérisé par un leadership éclaté, une démocratie sans limite et chacun avec ses certitudes, il est urgent de structurer le parti pour éviter des écarts de cette nature.
 
 
 Quel message lancez-vous à la population de Kédougou
 
Au cours de mes déplacements, j’ai constaté que beaucoup de mes compatriotes s’adonnent à l’agriculture malgré la ruée vers l’or, ce qui est une bonne chose. Je les exhorte à poursuivre dans cette voie.
Je les appelle à se remobiliser et à continuer à y croire, comme ils l’ont fait jusqu’ici, au projet de société du Chef de l’Etat à travers le PSE.
 
Lundi 7 Août 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :