On en sait un peu plus sur l’actionnariat de la nouvelle conserverie : Harouna Dia serait actionnaire majoritaire de la Sca Sa


On en sait un peu plus sur l’actionnariat de la nouvelle conserverie : Harouna Dia serait actionnaire majoritaire de la Sca Sa
DAKARACTU.COM Le voile commence à se lever sur les actionnaires locaux de la société de conserverie de thon récemment inaugurée par Macky Sall. En effet parmi les actionnaires de la Société de conserverie en Afrique (SCA Sa) figure en bonne place Harouna Dia, ami du président Macky Sall et financier de sa campagne.

Pour info, la Société de conserverie en Afrique (SCA Sa) connue sous le nom de Société nationale des conserveries du Sénégal (SNDCS) a été reprise récemment par le groupe sud-coréen Dongwon, avec un investissement près de 13,5 milliards de FCfa.

Révélation nous a été faite sur les actionnaires de cette société. En effet, l’homme d’affaire sénégalais Haronna Dia, établi Burkina Faso, figure en bonne place parmi les de cette société de fabrication de Thon. D’ailleurs, les mêmes sources informent que c’est à cause de cette participation de M. Dia dans son capital, que le chef de l’Etat s’est déplacé pour inaugurer l’usine.

A noter qu’avec cette reprise, il est prévu la création d’une unité de transformation des produits dérivés, la formation des acteurs aux nouvelles techniques de pêche et de fabrication de produits appertisés mais surtout la pérennisation de 1500 emplois ainsi que la création de 1500 autres.

C’est au terme de multiples démarches que le groupe Dongwon a créé sa filiale de droit sénégalais, la Sca Sa, en partenariat avec des partenaires nationaux, et a marqué son engagement pour la relance de la filière thonière.

Une convention de cession de l’ensemble des actifs a été signée depuis le 28 septembre 2012, permettant à la Sca Sa de dérouler son programme d’investissement avec comme objectif de se positionner en leader de la conserverie en Afrique. Nous y reviendrons…
Mardi 5 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par Alfa-Roméo le 06/11/2013 03:20
Seddoleen noonuu la
Sall, Faye, Gassama, Thimbo pour la fratrie et alliés
Dia pour les relations, et comme il doit tirer les bénéfices de ses investissements pour l'ELECTION DE MACKY, c'est le moment des retours sur investissements
Même si les autres forumistes ou commentateurs me diront qu'il y a du job a offrir Mais néanmoins soyons d'accord que cest un retour sur investissement
Seddoo paccoo c'est bon Les gars demain fera jou

2.Posté par DESOLE le 06/11/2013 04:22
JE SUIS DESOLE CHER JOURNALIST LE PRINCIPAL ACTIONNAIRE N EST PERSONNE D AUTRE QUE NOUASSER LE LIBANO SENEGALAIS QUI VIT AU SENEGAL AVANT MA NAISSANCE. DONC C EST PA AROUNA DIA DESOLE. JE TRAVAILLE LABAS EN TANT QUE ASSISTANT DU DIRECTEUR CHARGE DE LA RECONSTRUCTION DE LA STRUCTURE M. KIM ET JE SAIS BIEN DE QUOI JE PARLE CAR JE SUIS RECRUTE PAR DONGWON A PARTIR DE LA COREE. MERCI DE RECTIFIER

3.Posté par KARAMBA le 06/11/2013 08:10
Mais ke Arona soit actionnaire c`est bien en tant que senegalais ce qui nous importe c`est kil ait des emplois

4.Posté par Le JUGE le 06/11/2013 08:17
Notre opinion sur la DPG de « Mimi ».

Le Jugement de « prudence » du JUGE.

Nous aurions certainement été plus à la mode si nous avions donné notre avis à chaud, comme l’a fait la plupart des gens qui ont réagit spontanément à la DPG du premier ministre Aminata Touré, et certains d’ailleurs au moment où elle était encore entrain de produire sa brillante communication.

Bien sûr, une telle façon de regimber, propre aux politiciens qui arrivent toujours à ce genre de solennités avec leurs contrecoups déjà préparés, ne pouvait être notre posture, ne serait-ce que par égard à ce qu’exhorte la simple convenance intellectuelle.

Mais après coup, nous nous prononçons maintenant pour dire que la lecture sereine que nous avons faite du texte nous a conduit à constater qu’il y a incontestablement de la clarté et de la précision dans la formulation des idées, ainsi que beaucoup d’application pour assurer la cohérence et la pertinence des propos.

Evidemment cela traduit très explicitement ce que le gouvernement, se fondant sur les orientations de la politique du Président de la République, a l’intention de réaliser (ses ambitions), par quels voies et moyens il espère y arriver (les stratégies), dans quels délais et les résultats chiffrés attendus au terme des différentes initiatives programmées.

On peut donc considérer que l’exercice technique a été échafaudé dans les règles de l’art et assez bien réussi, surtout si on se réfère à la définition de la notion de planification d’Eric Guttenberg qui instruit que: « planifier c’est projeter des actions futures visant à accomplir des objectifs convoités d’avance ».

Cette fois-ci au moins, mieux que tous les autres qui se sont déjà soumis à l’exercice dans le passé, « Mimi » est parvenue à dire distinctement (avec chiffres à l’appui) comment, ensemble avec son équipe ministérielle, elle compte animer l’activité gouvernementale pour satisfaire les attentes exprimées chaque jour par les sénégalais, du moins pour le temps qu’ils seront investis de cette tâche.

Et pour être objectif on a carrément senti une touche experte dans son œuvre, autant dans la conception que dans la transmission du message au public.

JUSTE VOUS DIRE BRAVO MADAME. VOUS AVEZ TOUT NOTRE RESPECT POUR AVOIR TRAVERSE CETTE PREMIERE ETAPE DE VOTRE EXALTANTE MISSION AVEC BRIO.

Mais c’est malheureusement ce succès de départ qui risque, au moment de la mise en œuvre de ce programme bien élaboré, d’être aussi votre désavantage fatal, au regard de certains « petits manquements » que nous avons recensés au passage en parcourant le texte et qui pourraient constituer des écueils que le gouvernement doit franchir pour que les engagements pris puissent être respectés :

- Si on admet que les planificateurs ont toujours tendance à succomber au charme irrésistible de leur générosité débordante, vous n’avez certainement pas pu vous affranchir de ce vice de la « corporation ». En effet, en définissant certains de vos objectifs on sent que vous étiez embrumée par l’échéance « politicienne » de 2017 et n’avez donc pas su respecter l’exigence incontournable de les formuler toujours de manière « réaliste et réalisable », en prévision des évaluations futures.
- Le financement du programme global est pour l’essentiel basé sur des mécanismes en cours de constitution (Fonsis, Fongip) et les autres leviers « caméléons » improductifs de la coopération bi- et multilatérale, dont l’opérationnalité ne sera certainement pas effective aussitôt pour permettre la création, dans les délais projetés, de la richesse et des emplois promis. D’ailleurs cela provoque déjà des réserves compréhensibles chez les plus expérimentés des observateurs.
- C’est évident que toutes nos initiatives de développement économique et social se sont jusqu’ici heurtées à nos deux principales tares inamovibles que sont le manque du sens des responsabilités et l’absence du culte du travail. Et étant donné leur nature structurelle, elles constitueront encore aujourd’hui des brisants irréfragables qui se dresseront sur le chemin devant mener aux échéances stabilisées.

Sur la base de ce qui précède, et qui n’est certainement pas exhaustif, nous faisons alors les quelques recommandations ci-après pour éviter que la très belle « fleurette » qui nous est dédiée avec empathie ne se flétrisse prématurément au préjudice de notre succès collectif :

- La notion de coalition, plus connue dans le domaine du management, doit impérativement être mise à profit (mais pas dans le sens d’une connivence haïssable entre politiciens pour se partager des postes et le gâteau) pour mobiliser l’ensemble des vrais « sociétaires » du développement autour des enjeux, objectifs et actions déclinées, afin que des résultats tangibles puissent être obtenus à terme.
- Il faut alors élaborer et mettre en œuvre très rapidement un vaste programme d’information et de sensibilisation pour assurer la mise à niveau de tous, à commencer par les membres du gouvernement qui ont besoin d’avoir une compréhension commune de ce que vous envisagez de faire réellement, et surtout où vous voulez vraiment en venir. Cette étape est déterminante sachant que ce genre de démarche ne peut réussir qu’à la seule condition que tout le monde et chacun s’y attèle avec conscience.
- Il est essentiel de constituer dès à présent un pool d’experts, sélectionnés sans complaisance, qui a une maitrise parfaite de ces approches méthodologiques afin de garantir un coaching sans faille des différents processus qui vont nécessairement s’engager et assurer également le « back stopping » utile à la bonne progression du mouvement d’ensemble.

Si ces principales précautions sont prises sans faiblesse, entre autres dispositions indispensables, on peut espérer que votre programme déjà assez bien conçu pourra produire dans les faits des résultats profitables à toute la nation.

Et c’est cela le plus important, ne L’OUBLIEZ JAMAIS !

Le JUGE

talamy5@yahoo.fr

5.Posté par Sidiki Diouf le 06/11/2013 08:23
Vous ne faites pas du journalisme mais plus de l'hypocrisie. Combien de fois le président a fait des inaugurations sans Harouna Dia.Le président soutient les initiatives qui aident à résorber le chômage et le développement.

6.Posté par cheteute le 06/11/2013 09:02
Mais Macky ni rèke lagnou ko nara bayi ak bireum

7.Posté par LEBONSENS le 06/11/2013 09:02
Macky pèse vraiment des milliards....

8.Posté par madjiguene le 06/11/2013 09:18
C'est heureux et salutaire que harouna dia investisseur sénégalais pense à son pays.Cette conserverie emploie des sénégalais, paie des impots à l'etat et les gains sont réinvestis dans notre contrairement à ces multinationales qui sucent notre sang.

9.Posté par MA TAY le 06/11/2013 10:19
Au moins, Harouna DIA a investi dans son pays, contrairement aux criquets pèlerins libéraux qui ont planqué l'ragent des pauvres sénégalais dans les banques étrangères.

10.Posté par Abdoun le 06/11/2013 10:47
Où est le probléme,

11.Posté par dakaractu le 06/11/2013 10:54
Va chercher une bonne source au lieu de diffamer des personnes!

12.Posté par yaya le 07/11/2013 22:21
Occupez vous plutot du sort des sénégalais qui travaillent à la scasa. ils sont traités comme des esclaves.
Le pdg est un dictateur qui ne respecte ni les autorités sénégalaises ni les travailleurs sénégalais. Les coréens ne respectent pas les lois du travail sénégalaises.

suis fournisseur et témoin des multiples agressions verbales que subissent les travailleurs sénégalais de la SCASA. Les syndicalistes doivent veiller paticulièrement sur la scasa car il y régne une désorganisation indescriptible; les sénégalais y souffrent sont très mal traités car sont laissés a eux même les médias ne montrent pas la réalité sur cette société, il y regne une discrimination raciale incroyable

IL FAUT SORTIR LES TRAVAILLEURS SENEGALAIS DE L'ENFER COREEN DE LA SCASA

13.Posté par La verité le 10/11/2013 00:51
Merci Yaya, vous avez tout à fait raison, Ces Coréens sont racistes et ont des problèmes de droit de l'homme, figurez -vous que même la climatisation est gérée de façon dictatoriale par les Coréens, ils sont irrespectueux, désorganisés et n'ont aucun sens de la communication d'entreprise, en plus d'être louches dans leur agissement......L'état doit avoir une attitude de veille au risque de voir exploser la bombe qu'est la SCA.SA

14.Posté par justicier le 15/11/2013 17:57
Quel le plus important dans cette histoire? un sénégalais qui accepte de prendre des risques et d’investir dans so pays ou le Président qui vient inaugurer une unité industrielle parce que son ami est actionnaire! C'est de faire vraiment insulte au Président de pense que si son ami n'était pas actionnaire il n'allait venir inaugurer une des plus importante conserveries de l'Afrique de l'ouest...

15.Posté par kheich le 20/11/2013 17:47
c'est une fausse information. Harouna DIA n'est pas actionnaire dans SCA SA. Le puissant groupe sud coréen DONGWON est l'actionnaire majoritaire à 60%, les 40 % restant par les sénégalais. D'ailleurs, tous les postes de direction sont occupés par les coréens.

16.Posté par deug le 24/11/2013 13:44
le probleme des coreens est le respect du code du travail .Figurez vous que pas plus tard que Vendredis le directeur de production Mr lee et le directeur general Mr park ont menaces de licencie les agents du service electrique.Il y a 2 mois le meme Mr lee avait menace de licenciement le directeur industriel le chef production et le responsable du magasin.Pour l actionnariat le groupe dogwon dispose de 60 pour cent Mr fouad nasser de30 pour cent etat du Senegal de10 pour cent.

17.Posté par ZAMIO le 25/11/2013 13:06
MACKY EST VRAIMENT RIDICULE AVEC CE DEGUISEMENT. UN GROS PORC VRAIMENT !



Dans la même rubrique :