OUVERTURE D’UNE INFORMATION JUDICIAIRE DANS L’AFFAIRE DE LA MAIRIE DE DAKAR : Semaine décisive pour Khalifa Sall et Cie

Cette semaine sera décisive pour Khalifa Sall et ses collaborateurs mis en cause dans l’affaire de malversations présumées à la mairie de Dakar. Selon les informations de Libération, le parquet de Dakar compte déclencher des poursuites comme le recommande la DIC dans son rapport. Une information judiciaire pour association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, escroquerie aux deniers publics, faux et usage de faux entre autres délits va être ouverte. Le compte à rebours a commencé...


Semaine mouvementée en vue pour Khalifa Sall et ses collaborateurs mis en cause dans l’affaire de malversations présumées à la mairie de Dakar. Car après l’étape policière, le dossier va prendre une tournure judiciaire. Libération est en mesure de révéler que les résultats de l’enquête de la Division des investigations criminelles (DIC) n’ont donné d’autres choix au Procureur que d’initier des poursuites judiciaires.
Et tout se jouera cette semaine. Il est d’ailleurs attendu une conférence de presse du Procureur de la République qui compte revenir sur les péripéties de l'enquête de la DIC histoire de démontrer, s’il en est besoin encore, que cette affaire est loin d’un « complot » qu’on tente, par les tous les moyens, de vendre à l’opinion.
Comme nous l’écrivions, les enquêteurs de la DIC sont formels : une association de malfaiteurs a été mise en place au cœur de la mairie pour détourner et escroquer des deniers publics sur la base de faux.
Ce sont ces délits qui sont visés dans le rapport transmis au Procureur de la République.
Dans cette affaire, tous les éléments à charge émanent des proches collaborateurs de Khalifa Sall. Le Directeur administratif et financier (DAF) a reconnu par écrit et ensuite devant les enquêteurs que de fausses commandes de riz et de mil servaient à sortir 30 millions de FCfa par mois pour alimenter la caisse du maire.
Depuis 2009, 360 millions étaient soustraits mensuellement des caisses de la ville. Une année, Khalifa Sall s’est offert un treizième mois en touchant 390 millions de FCfa.
Au total près de 3 milliards sont mis en cause puisque la prédation présumée a commencé en 2009.
Dans cette entreprise délictuelle, le DAF pouvait compter sur son assistante, Fatou Traoré, qui utilisait les entêtes d’un GIE familial pour confectionner de fausses factures et de faux procès-verbaux de réception. Le responsable de la commission de réception a d’ailleurs confirmé le caractère fictif de ces commandes tout comme les magasiniers.
Lundi 27 Février 2017
Dakaractu




1.Posté par Ndiaye le 27/02/2017 12:17
Mefiez vous des donneurs de leçons car ils ne sont jamais de faiseurs devoirs khalife Sall monsieur propre
Doit assumer la ruse a ses limites



Dans la même rubrique :