OIF : Michaëlle Jean accusée de faire passer des factures personnelles sur les comptes de l’Agence de la Francophonie


OIF : Michaëlle Jean accusée de faire passer des factures personnelles sur les comptes de l’Agence de la Francophonie
Michaëlle Jean fait-elle passer des factures personnelles sur les comptes de l’Agence de la francophonie (OIF) ? C’est ce que suppute un cadre de l’organisation à la lumière des factures présentées aux services comptables. «Les dépenses pour l’aménagement et l’équipement de la nouvelle résidence de la secrétaire générale ont été faites sans une allocation budgétaire préalable et sans suivi des procédures de passation de marché [ainsi certaines grosses dépenses ont été réglées directement par des membres de la famille de la secrétaire générale, puis soumises à régularisation – remboursement sur factures], explique l’un d’eux qui souhaite garder l’anonymat.
Certains types d’équipements [par exemple un piano de marque d’occasion à 14 000 €] ont été achetés manifestement pour un usage privé alors que les textes de l’Organisation n’autorisent pas de tels engagements. De même, les textes en vigueur ne permettent pas le recrutement, comme cela a été fait, d’un chauffeur ainsi que la dotation d’un véhicule de l’Organisation pour un usage privé (familial) du Secrétaire général. »
Ce responsable dénonce aussi l’explosion des dépenses de voyage de la patronne de la francophonie. En déplacement à New York du 24 au 28 septembre, Michaëlle Jean a dépensé près de 50 000 dollars, avec ses collaborateurs, au Waldorf Astoria, l’hôtel prestigieux qui a vu défiler tant de célébrités, de Marilyn Monroe à Ella Fitzgerald en passant par John Fitzgerald Kennedy, qui y prononçait certains de ses discours. «Si l’on y ajoute le montant des billets d’avion et d’autres charges (location de voitures…), la facture globale tourne autour de 100 000 dollars, c’est-à-dire plus que le coût d’un CLAC (Centre de lecture et d’animation culturelle), dont la demande extrêmement forte provenant des pays-membres du Sud reste, malheureusement, encore difficile à satisfaire», ajoute notre source.
Ces révélations interviennent au moment où la secrétaire générale procède à une vaste réorganisation interne, après avoir ouvert presque tous les postes de directeurs à la concurrence internationale. Les dossiers de candidatures ont été sélectionnés par un cabinet privé et examinés par un comité des sages. Nombre de titulaires ont mal vécu cette situation, même s’ils ont pu repostuler à leur fonction. Ce qui pourrait expliquer les fuites récentes dans la presse. «Chargée d’auditer les comptes de l’OIF, la Cour des comptes du Royaume du Maroc ne manquera certainement pas de constater et de demander des justifications à ces graves manquements, qui se déroulent au moment où il est exigé du personnel de l’Organisation de continuer à serrer la ceinture et, d’une façon générale, à l’Organisation de réduire ses charges de fonctionnement », conclut notre source.
Mardi 26 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :