«OFFSHORELEAKS» : Bibo et Pouye, empereurs de Hong Kong

Libération a obtenu plusieurs fichiers qui permettent de cerner la présence d’Aviation Handling Service (AHS) à Hong Kong depuis le 19 janvier 2011. Loin du Sénégal, Bibo Bourgi a pu fructifier ses affaires dans ce paradis fiscal.


«OFFSHORELEAKS» : Bibo et Pouye, empereurs de Hong Kong
Me Sidiki Kaba l’avait insinué lors de sa conférence de presse tenue lundi dernier et Libération a pu en avoir confirmation, détails à l’appui. Ibrahima Khalil Bourgi et Papa Mamadou Pouye deux des présumés complices de Karim Wade avaient bel et bien des affaires à Hong Kong.
En effet, ils ont créé dans ce paradis fiscal Menzies Middle East and Africa Group Limited, un des démembrements d’Aviation Handling Service (AHS) nationalisée récemment par l’État du Sénégal. Selon les statuts, cette entité offshore a obtenu le numéro de compagnie 1553373 après avoir été montée à Hong Kong le 19 janvier 2011. Elle disposerait de comptes bancaires bien remplis que l’État du Sénégal traque discrètement.
A vrai dire, Menzies est une vraie pieuvre aux multiples ramifications. Comme nous le révélions déjà, dès 2003, Bibo Bourgi et Pouye ont monté Menzies Middle East and Africa Sa, au capital de 3.000.000 euros, au Luxembourg sous le numéro B 96.151, dont le siège social est sis 127 rue de Mühlenbach, L-2168 Luxembourg. Un an plus tard, une autre société offshore a vu le jour sous la même adresse : Metinvest Equity Sa dont l’existence a été mise à jour par la traque des biens présumés mal acquis.
En 2010, Bibo Bourgi et Pouye posent pieds au Panama à travers Menzie Middle East and Africa Holdings. Cette compagnie, montée le 20 décembre sous le numéro 721553, est administrée par la firme juridique Aleman, Cordero, Galindo et Lee.
Ce cabinet est pour rappel au cœur de plusieurs scandales financiers. Il est suspecté d’avoir aidé Francisco Flores, l’ancien Président du Salvador, à détourner près de 874 millions de dollars qui ont transité dans plusieurs entités offshore. Le même cabinet a été rendu, tristement, célèbre par son implication dans du blanchiment d’argent pour l’ancien dictateur chilien, Augusto Pinochet, et ses dirigeants sont considérés comme des «partenaires intermédiaires dans diverses sociétés offshore», selon un rapport de l’Ong Grain. Pire, les dirigeants d’Aleman Cordero Galindo et Lee sont cités dans un scandale sur l’utilisation de sociétés écrans et offshore au Brésil et aux Etats-Unis par des entreprises telles que Cisco qui auraient commis une fraude fiscale d’un montant de 735,5 millions de dollars.
Mercredi 10 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :