DAKARACTU.COM

Nouvelle mise en demeure et l’affaire ANOCI : Karim Wade s’enlise dans un bourbier judiciaire

Karim Wade est touché. Il est en train de couler vers les abysses des procédures judiciaires. En plus du dossier en cours sur la traque des biens supposés mal acquis, une autre mise en demeure plane sur sa tête, sans compter sa gestion de l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI) où il devrait être inculpé et placé encore sous mandat pour le délit présumé de «détournement de deniers publics». Ce vendredi 13 septembre encore, il devra retourner à la CREI.


Nouvelle mise en demeure et l’affaire ANOCI : Karim Wade s’enlise dans un bourbier judiciaire
Karim Wade est sur le point de se perdre dans le tunnel judiciaire. Les dossiers s’empilent et son cas devient de plus en plus alambiqué. Deux nouvelles procédures qui devraient toutes les deux déboucher sur un mandat de dépôt sont enclenchée. L’une est toujours dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis gérées par la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) avec ce nouveau «rapport accablant», l’autre concerne sa gestion de l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) et est conduite par le tribunal régional de Dakar.

Cette nouvelle mise en demeure découle, selon nos confrères du Quotidien, des informations à charge rapportées par les commissions rogatoires. Le procureur spécial près de la CREI, Alioune devrait dans les règles de la procédure faire «un réquisitoire supplétif» ce vendredi devant la Commission d’instruction dirigée par Cheikh Bèye. Le procureur devrait demander en conséquence un nouveau mandat de dépôt pour des faits supposés d’enrichissement illicite. 

Dans ce tunnel judiciaire va s’ajouter un autre labyrinthe. La gestion de l’Agence nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI) rattrape ainsi le fils de l’ancien président de la République. Au tribunal régional de Dakar, le procureur n’attend que la communication du rapport de l’Inspection générale d’Etat (IGE) sur l’ANOCI pour agir. 

Ce rapport aurait mis à nu, selon toujours nos confrères, de graves fautes de gestions et de prévarication de deniers publics. C’est pour cette raison que le procureur Serigne Bassirou Gueye a retenu le principe d’ouvrir une information judiciaire devant le tribunal régional hors classe de Dakar pour des faits supposés de «détournement de deniers publics». Cette procédure devrait aussi déboucher sur un autre mandat de dépôt contre l’ancien ministre des Infrastructures, de la Coopération Internationale, des Transports aériens et de l’Energie.


Pressafrik
Dakaractu2




Jeudi 12 Septembre 2013
Notez


1.Posté par Munichois le 12/09/2013 12:36
Teeeuuus ! Tey mou neekh dé ! Il va sortir dans 20 ans, vers l'an 2023. Il sera vieux, pauvre et fou.

2.Posté par Munichois le 12/09/2013 12:39
Je rectifie. Il va sortir vers l'an 2033 ! L'an 2023, c'est vraiment trop tôt. Il a du temps, Karim, pour apprendre le wolof et le ndiago.

3.Posté par Soyons vrais le 12/09/2013 12:52
Cet article n'informe pas juste. Il y a beaucoup de contre vérité et des points d'inquiétudes soulevés. On ne peut pas parler de nouvelle procédure. C'est la même procédure qui continue. Les résultats des commissions rogatoires ne sont pas nouveaux à la procédures. Le montant global de 694 milliards prêté à Karim Wade inclut les résultats de la commission rogatoire car toutes les sociétés visés l'avaient été sous prétexte que ce sont des prêtes noms. Juridiquement, on ne peut pas faire une mise à demeure à Karim. Le procureur doit se faire sa religion à l'issue de l'interrogatoire et donner le dossier à la CI qui doit décider d'ici la fin du délais de six mois ( il reste un mois maintenant) s'il faut transférer à la haute cour de justice. La justice de la crei ne peut pas se prévaloir de ses propres turpitudes: fractionner la procédure pour multiplier les mises en demeure.



Dans la même rubrique :