Non-respect par le Gouvernement du protocole d’accord : Le SAMES prêt à dérouler un nouveau plan d’action sans concession


Le syndicat autonome des médecins du Sénégal (BEN/SAMES) qui avait suspendu son mot d’ordre de grève suite à un protocole signé avec le Gouvernement et la médiation de bonne volonté dont des députés de l’assemblée nationale semble reprendre du poil de la bête. En effet le Bureau Exécutif National après  une analyse approfondie du suivi du protocole d'accord après avoir passé en revue la situation sanitaire du pays de dérouler un nouveau plan d’action qui sera cette fois ci sans concession. Parmi les griefs reprochés au gouvernement par le SAMES, « les structures sanitaires continuent à subir les méfaits de l'acte III de la décentralisation. La continuité des services est compromise par les coupures d'électricité enregistrées dans les structures sanitaires car les collectivités locales n'ont pas honorées les factures d'électricité. Aujourd'hui la santé des populations est plus que jamais menacée. Aussi, la prise en charge des sénégalais qui souffrent de pathologie urgente reste  un problème majeur dans les hôpitaux où il est noté des ruptures fréquentes de médicaments d'urgence. »
En outre déplore le SAMES, le manque de médecins spécialistes dans les régions où le besoin se fait le plus ressenti. La fermeture de certains blocs pour les soins obstétricaux d'urgences qui contraste avec la volonté des autorités à réduire la mortalité maternelle et infantile.
L'opacité qui entoure la publication des résultats sur le système de rémunération des agents de la fonction publique est aussi décrié. « Après deux années de patience, le gouvernement a montré ses limites à rétablir la justice dans le traitement des médecins par rapport aux fonctionnaires de la hiérarchie A », indique le BEN qui fustige avec la dernière énergie le comportement irresponsable du gouvernement à ne proposer aucune solution concrète.
Le BEN/SAMES de rappeler à Monsieur le Président la République que la mise en oeuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE) ne peut se faire qu’avec des  sénégalais en bonne santé. « Et cet état de bonne santé passe par une considération des acteurs de la santé en général et en particulier des médecins. Et si l'équité est son crédo à travers la CMU, cette équité doit d'abord s'appliquer aux médecins comparés aux autres fonctionnaires.
L’atteinte des objectifs du PSE ne sera qu'un rêve si le climat social continue de se dégrader dans un contexte de non prise en compte des préoccupations des médecins ».

Pour finir le SAMES de marteler n'être intéressé par aucune rencontre superficielle qui ne réglera pas les points de revendication de son protocole d'accord.
Vendredi 20 Novembre 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :