Non-respect de la réduction de son mandat : La coalition Jubanti Sénégal demande la non reconnaissance du Gouvernement à partir du mois de février 2017


L’engagement du président Sall de réduire son mandat est « comme une patate chaude que le Président, par un glissement tactique, renvoie au Conseil Constitutionnel et à l’Assemblée Nationale pour dégager ses responsabilités personnelles » indique la coalition Jubanti Sénégal. Qui ajoute que nous allons vers une rupture de confiance et du contrat social entre Macky SALL et le Peuple. « C’est inexact de dire que le président a réduit ou veut réduire son mandat. Il n’a ni l’intention ni la volonté de le faire. Il cherche une voix de contournement pour aller en 2019 à ses risques et périls. Le document envoyé à la presse portant le projet de révision de la Constitution et qui a fait la «UNE» des journaux est un FAUX DOCUMENT, non officiel et sans aucune référence de la République du Sénégal ».
Le Président a saisi l’Assemblée Nationale pour recueillir son avis sur la question de la réduction du mandat. Cette saisine selon la coalition n’est pas exclusivement adressée au président Moustapha NIASS en personne. « Ce dernier devait convoquer les députés en plénière pour débattre de la question.  C’est cela le sens de la saisine du Président de la République à cette Institution. Pourquoi NIASS n’a pas convoqué les députés ?
La réduction du mandat n’est pas une question de Texte mais d’honneur et de parole. Elle pose le débat sur la crédibilité de la parole des personnes qui incarnent nos Institutions » martèle t-elle.
« La réduction du mandat en cours est devenue un facteur d’unité nationale et de cohésion sociale. C’est une aspiration du peuple. Alors, il faut l’extraire des autres points des réformes pour la traiter d’abord au lieu de la dissimuler dans d’autres sujets qui peuvent créer une confusion dans la tête des citoyens ». 
Jubanti Sénégal invite le Chef l’Etat à organiser le premier tour de la présidentielle le dimanche 26 février 2017 pour éviter les risques d’instabilité dans le pays et appelle à un dialogue inclusif entre le Pouvoir, l’Opposition, les Organisations socio professionnelles, les Organismes de défense des droits humains autour de la question du mandat.
En cas de refus du président de réduire son mandat la Coalition recommande « la non reconnaissance du Gouvernement à partir du mois de février 2017, mais aussi une large concertation citoyenne pour la mise en place d’un Conseil National de Transition (CNT) en mars 2017 et la tenue d’une élection présidentielle anticipée en juin 2017 »...
Mercredi 27 Janvier 2016
Dakar actu




1.Posté par boulfale le 27/01/2016 10:11
Arrêtez vos conneries Mr vous êtes qui, le ridicule ne tue pas au Sénégal. Fuck off

2.Posté par L '''' S Clave le 27/01/2016 10:57
Le président Sall a raison de ne pas diminuer de 7 à 5 ans

prenez l exemple de la France qui regrette le passage de 5 à 7 ans
On est toujours en éléction,
le président , des le lendemain de son élection de demande comment il va faire pour être réélu
le président sur La réduction du mandat a le droit de dire qu' il s est trompé mais ce n est pas une question d’honneur ni de parole.


juste bon pour celui qui veut prendre la place , ça ne le grandit pas

« la non reconnaissance du Gouvernement à partir du mois de février 2017, mais aussi une large concertation citoyenne pour la mise en place d’un Conseil National de Transition (CNT) en mars 2017 et la tenue d’une élection présidentielle anticipée en juin 2017 »
Ca n a aucun sens et aucune valeur



Dans la même rubrique :