Non-paiement des 2.4 et des avancements automatiques à Bargny : Des agents de la mairie crient à «un abus de pouvoir» du maire

La sérénité n’est pas de mise à la mairie de Bargny où des agents réclament le paiement des 2.4 et des avancements automatiques. Des agents qui sont décidés à en découvre avec leur patron, le maire Gaye Abou Ahmed Seck.


Non-paiement des 2.4 et des avancements automatiques à Bargny : Des agents de la mairie crient à «un abus de pouvoir» du maire
Après la vague de contestations du collectif des 12 conseillers municipaux, le mois dernier, pour mettre en demeure le maire sur le flou autour d’un marché de 480 millions de francs Cfa, c’est au tour du personnel classique de monter au créneau pour dénoncer «un abus de pouvoir» de la part de l’édile de Bargny. La pomme de discorde se trouve être le non-paiement des 2.4 et des avancements automatiques du personnel de la commune. Une situation décriée par Djibril Diéry Samb du service financier qui note que cela dure depuis 2014, date d’accession du maire à l’institution municipale.
 
Ils sont, en effet, une dizaine d’employés au total à la mairie de Bargny qui attendent toujours d’entrer dans leur droit. «Nous avons interpellé directement le maire sur le paiement des 2.4 et des avancements automatiques qui ont été payés par l’ensemble des communes du Sénégal à l’exception de la commune de Bargny», a déploré M. Samb.
 
«Nous avons attiré son attention sur ce sujet, mais à chaque fois, il fait du dilatoire. Maintenant, prévient-il, nous sommes à bout et nous exigeons le paiement intégral de nos droits ainsi que nos avancements automatiques».
Malgré les nombreuses réunions tenues entre la mairie, le personnel et Amadou Khouma, responsable du syndicat des travailleurs municipaux, «la problématique reste en l’état», a fait savoir Diéry Samb.
 
«Las d’attendre de voir le bout du tunnel, nous avons intenté une action au tribunal hors classe de Dakar pour attaquer l’institution municipale. La commune a été condamnée. Mais jusqu’à présent, le maire n’a pas consenti à nous payer», a asséné l’agent non sans informer qu’un huissier a été commis pour l’exécution de la décision de justice échue depuis  le mercredi 14 Septembre dernier.
 
Pire encore, a affirmé M. Samb, le maire a procédé  au recrutement d’une quarantaine de contractuels. «Gaye Abou Ahmed Seck est imbu de sa personne et se croit intouchable pour se permettre de fouler au pied les droits les plus élémentaires des travailleurs. Je crois que nous sommes dans un état de droit. Il se doit en conséquence de respecter la loi en respectant les décisions de justice», a-t-il clamé.
 
Interpellé sur la question, le chargé de communication du maire Gaye Abou Ahmed Seck a promis de rappeler pour livrer sa version des faits. Malgré les nombreuses relances, cette réaction n’est jamais arrivée
 
Toujours est-il que face à ce qu’ils considèrent comme «un abus de pouvoir», Djibril Diéry Samb et compagnie disent attendre l’arbitrage de la hiérarchie. «J’appelle M. Baye Oumy Guèye, préfet du département de Rufisque,  et toutes les autorités compétentes à agir pour que les décisions de justice puissent être appliquées à la mairie de Bargny par le maire Gaye Abou Ahmed Seck», dit-il.
Le Pop
Lundi 19 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :