Non, les prix des denrées n’ont pas diminué de moitié au Sénégal

Les prix des denrées alimentaires « ont diminué presque de moitié depuis 2013 », déclare Lamane Ndiaye, coordonnateur de la Cellule de communication du Réseau national des enseignants de l’Alliance pour la République, le parti au pouvoir. Les données disponibles infirment cette baisse.


Non, les prix des denrées n’ont pas diminué de moitié au Sénégal
Ndiaye réagissait à un entretien accordé par Thiat (rappeur et activiste) au site Internet du journal Le Quotidien, le 23 juin 2016. Dans cette interview, le membre du mouvement Y en a marre estimait que rien n’a changé depuis le début du mandat du président Macky Sall en 2012.

«Lorsque Thiat attaque le PSE (Plan Sénégal Emergent) prétextant la cherté des denrées, nous devons lui rappeler que ces prix ont diminué presque de moitié depuis 2013. L’inflation est maîtrisée parce que le prix d’aucune denrée n’a augmenté », a notamment écrit Lamane Ndiaye dans une tribune libre sur Dakaractu.

Africa Check a contacté Lamane Ndiaye qui a réitéré que «depuis 2013, les prix des denrées alimentaires ont diminué presque de 50% ».

« Il n’y a pas de sources écrites. Ce sont les réalités, ce sont les choses que nous vivons au quotidien. Aucun prix des denrées alimentaires n’a augmenté depuis 2013, l’inflation a été maîtrisée», a-t-il renchéri.

Africa Check a consulté les données disponibles.

Evolution des prix depuis 2013

 Africa Check a consulté les statistiques présentées par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) entre 2013 et aujourd’hui.

A travers l’indice national des prix à la consommation (INPC) qui mesure l’évolution des prix au plan national[1], nous avons spécifiquement étudié la progression des prix des denrées (produits alimentaires et boissons non alcoolisées) sur une période allant d’avril 2014 à mai 2016 faute d’informations disponibles sur la période allant de janvier 2013 à mars 2014.

En observant ces données, on constate que les prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées oscillent, de recul en hausse, d’un mois à un autre. En l’espace de vingt-six mois, soit d’avril 2014 à mai 2016, ces prix ont augmenté au moins seize fois et ont diminué au moins à neuf reprises.

Ces reculs et ces hausses des prix sur cette période d’étude sont toutefois compris entre -2,4% (janvier 2015) et +2,5% (août 2014).

 Le champ couvert par l’indice national des prix à la consommation est l’ensemble du pays découpé en zones écologiques/économiques, à savoir le Sud, le Nord, le Centre Nord, l’Ouest et le Centre Sud. Ces cinq zones sont représentées respectivement par Kolda, Saint Louis, Diourbel, Dakar et Kaolack.

Tableau montrant l’évolution mensuelle des prix de 2014 à 2016
    2014     2015     2016
Janvier     Non disponible     -2,4%     -1%
Février     Non disponible     -1%     +0,2
Mars     Non disponible     +0,4%     Hausse non précisée
Avril     -1,1%     +0,1%     +0,1
Mai     Recul non précisé     -0,1%     +0,6%
Juin      +0,1%     +0,1%     
Juillet      +2,2%     +2,2%     
Août     +2,5%     +0,9     
Septembre     +0,7%     +1%     
Octobre     -0,9%     +1,7%     
Novembre         Non indiqué     -1%     
Décembre     +1%     -2%     

Evolution des prix des denrées selon l’indice national des prix à la consommation. Source ANSD

Prix homologués par l’Etat
De jeunes agriculteurs sénégalais exposant leur produit au stadium Marius Ndiaye, en avril 2008, lors d’une journée de promotion des produits locaux. Photo AFP

De jeunes agriculteurs sénégalais exposant leur produit au stadium Marius Ndiaye, en avril 2008, lors d’une journée de promotion des produits locaux. Photo AFP

Sur une échelle annuelle, les prix des denrées ont augmenté deux fois en trois ans depuis 2013 dans la région de Dakar

Nous nous sommes également appuyés sur l’indice harmonisé des prix à la consommation  dont la couverture est limitée à l’agglomération de Dakar, qui compte plus de 3 millions d’habitants, soit environ 20% de la population sénégalaise.

Il en ressort que les prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées ont augmenté de +1,3% en 2013, ont diminué de -1,9% en 2014, et ont connu une rehausse de +1,8% l’an dernier.

«Lors de la campagne maraîchère, l’offre est abondante et systématiquement, il y a une baisse des prix des aliments frais. A la fin de cette campagne, on note que l’offre diminue ce qui entraîne la hausse des prix », a confié à Africa Check Mor Lô, ingénieur des travaux statistiques à l’ANSD.

«Mais, pour les denrées de première nécessité (riz, huile, sucre), a-t-il poursuivi, il y a des prix homologués par l’Etat depuis 2013, on a donc forcément noté une baisse de ces prix puisqu’il y a un certain respect de l’homologation. Toutefois, on ne peut pas dire aujourd’hui que les denrées alimentaires ont diminué de moitié depuis 2013 ».

Inflation maîtrisée depuis plusieurs années

Selon M. Lô, «dans la zone UEMOA, il y a un critère à respecter s’agissant de l’inflation : elle doit être maintenue en deçà des 3% et ces dernières années, le Sénégal est resté en phase avec ce critère».

En effet,  le taux d’inflation au Sénégal était de +1,4% en 2012, +0,7% en 2013, -1,1% en 2014 et +0,1% en 2015, selon des données diffusées par l’ANSD.

«Avec -1,1% de taux d’inflation en 2014, nous avons eu une déflation qui est en fait une baisse du niveau général des prix et qui peut être vue comme un danger pour l’économie », a expliqué Mor Lô qui a ajouté «qu’à cette heure, le taux d’inflation est établi à +0,9% selon les données recueillies entre janvier et mai 2016 ».


Conclusion : l’affirmation est incorrecte

Les statistiques délivrées par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) laissent entrevoir, depuis 2013, une succession de phases croissantes et décroissantes dans l’évolution des prix des produits alimentaires. Ce qui instaure un certain équilibre et empêche une forte hausse ou une forte baisse de ces prix.

Ainsi, les prix des produits alimentaires varient en fonction des périodes. «En général, ils baissent pendant les récoltes et augmentent en période  d’hivernage », selon un ingénieur de l’ANSD.

Par conséquent, l’affirmation de Lamane Ndiaye selon laquelle les « prix des denrées ont diminué presque de moitié depuis 2013 » est fausse.


fr.africacheck.org". 
Mercredi 13 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :