Non, le Sénégal n’abritera pas la plus grande centrale solaire d’Afrique Subsaharienne

La centrale solaire que va abriter le village de Bokhol, dans le département de Dagana (Nord du Sénégal), a été présentée par ses promoteurs comme la plus grande d’Afrique Subsaharienne. Vérification faite, l’affirmation est fausse.

Par Momar Niang (Africa Check)


Le recours au solaire pourrait aider les pays d'Afrique à résorber leur déficit énergétique. Photo AFP
Le recours au solaire pourrait aider les pays d'Afrique à résorber leur déficit énergétique. Photo AFP
Cité par l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), Mamadou Saliou Sow, directeur du projet dit Senergy2, piloté par l’entreprise française GreenWish Partners, a déclaré, lors du lancement des travaux, qu’il s’agira de « la plus grande centrale solaire de l’Afrique Subsaharienne ».

Dans le même texte, l’APS a aussi cité le directeur de Greenwish Partners, le Français Gilles Parmentier, qui parle de « la plus grande de l’Afrique de l’ouest ».

Le Sénégal sera-t-il doté de la plus grande centrale photovoltaïque d’Afrique Subsaharienne ou d’Afrique de l’Ouest ? Existe-t-il des centrales plus puissantes ailleurs dans la même région ?

Joint par Africa Check, Mamadou Saliou Sow a confirmé les propos qui lui sont attribués par l’APS. « En Afrique de l’Ouest, il n’y a pas encore une centrale de cette capacité », a-t-il déclaré.

Par contre, M. Parmentier de GreenWish Partners n’a pas répondu à nos sollicitations qui lui ont été adressées par courriel.

Bokhol en chiffres

Bâtie sur une superficie de 20 hectares, la centrale photovoltaïque de Bokhol sera dotée d’une puissance de 20 mégawatts (MW). Elle va coûter globalement 20 millions d’euros (plus de 16 milliards de francs CFA). L’infrastructure sera composée de 75 000 panneaux solaires placés sur une longueur cumulée de 20 kilomètres.

Quid de Kalkbult et De Aar en Afrique du Sud ?

La centrale de Kalkbut, dans la province du Cap, en Afrique du Sud qui a démarré en septembre 2013, possède une puissance de 75MW, indique sur son site web son constructeur, l’entreprise norvégienne Scatec Solar.

Toujours dans la même province du Cap, la centrale photovoltaïque de De Aar qui vient d’être inaugurée, en mars 2016, a une production de 50MW, a confié à Africa Check, Tina Meier, la chargée de communication du projet.

En outre, cette nouvelle centrale comprend plus de 100 mille panneaux solaires et occupe une superficie de 100 hectares.  Une centrale assez similaire à celle de De Aar est aussi en construction à Kimberley dans la province du Nord Cap. Cette centrale aura une capacité de 50MW.

155 MW attendus de la centrale de Nzema au Ghana

La centrale de Ouarzazate inaugurée en février 2016 au Maroc est actuellement la plus grande d’Afrique de par sa puissance. Photo AFP
La centrale de Ouarzazate inaugurée en février 2016 au Maroc est actuellement la plus grande d’Afrique de par sa puissance. Photo AFP
Avec une capacité de production de 155 mégawatts, cette centrale sera, selon ses promoteurs, la deuxième plus grande du continent africain et la première d’Afrique de l’Ouest. Elle est parmi les plus grandes au monde.

Construite par l’entreprise britannique Blue Energy, elle sera opérationnelle début 2017 pour un coût total de 350 millions de dollars US.

La centrale photovoltaïque de Nzema (ouest) permettra au Ghana d’augmenter sa production énergétique actuelle de 6%, selon des informations fournies par le constructeur Blue Energy.

D’autres centrales solaires plus grandes que celle de Bokhol sont aussi en construction dans d’autres régions du continent, comme celle de Garissa, au Kenya avec 50 MW.

Hors de l’Afrique Subsaharienne, au Maroc, la première tranche de la centrale de  Ouarzazate (construite par l’entreprise saoudienne Acwa Power) a été inaugurée, en février 2016. Elle est actuellement la plus grande centrale solaire d’Afrique avec 160 MW, 500.000 panneaux (sur 480 hectares) de douze mètres de haut.

Ses initiateurs envisagent d’en faire à terme la plus grande centrale solaire au monde 580 MW.

Conclusion : l’affirmation est fausse

Avec ses 20 MW, Bokhol ne sera ni la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest ni la plus grande en d’Afrique Subsaharienne.

Si on se base sur la production et sur les superficies fournies par les données disponibles, il y a des centrales plus grandes, dans la province sud-africaine du Cap dotée chacune de 50 MW.

En Afrique de l’Ouest, Nzema, au Ghana, avec155 MW, sera la plus grande centrale solaire d’Afrique Subsaharienne. Elle sera la deuxième sur le continent derrière celle du Maroc déjà opérationnelle avec une puissance initiale de 160 MW. La centrale de Bokhol, dont les travaux vont démarrer en 2016, est pour le moment à l’état de projet comme celle du Ghana qui est très avancée.

Par Momar Niang
AfricaCheck.org
@AfricaCheck_fr

Vendredi 25 Mars 2016
Africa Check




1.Posté par Tullius Detritus le 25/03/2016 17:02
Excellente article, qui corrige un "effet d'annonce" mensonger.

Le plus grave : 20 MW à partir de panneaux photovoltaïques ? Ce ne pourrait être qu'un appoint sur le réseau Sénélec entre 11 h et 17 h. Après, black-out jusqu'au lendemain.

En revanche, une vérité qui nous concerne directement : dans les années soixante-dix, une première mondiale fut la centrale thermodynamique capable de fonctionner 24h/24 construite à Diakhao, à 18 km de Fatick. Qui s'en souvient ?

Elle était basée sur le cycle Masson-Girardier. Une partie des capteurs plans servait dans la journée à chauffer une réserve d'eau de 530 m3 qui était utilisée comme fluide caloporteur dès le coucher du soleil.

Elle fournissait en électricité la pompe immergée d'un forage et assurait l'éclairage public du village.

2.Posté par Tullius Detritus le 25/03/2016 17:19
Une précision très importante concernant la centrale de Ouarzazate : elle fonctionne suivant un cycle thermodynamique à concentration. Ce n'est pas bêtement l'accumulation de panneaux photovoltaïques sur des hectares !

Ce que l'on voit sur l'excellente photo qui illustre l'article, ce sont des champs de miroirs paraboliques mobiles en fonction de la hauteur du soleil sur l'horizon. Ils chauffent directement à très haute température des sels de sodium en phase liquide dirigés ensuite vers l'unité industrielle que l'on voit au centre de l'installation.

L'unité industrielle est une centrale électrique à vapeur classique, sans émission de CO2, ni génération de déchets de combustible nucléaire, ni rejets d'aucune sorte.

Qui dit mieux ?



Dans la même rubrique :