Non déclaration d’événements à l’état civil : Touba une des zones les plus touchées


Le grand Magal de Touba bat son plein. Les fidèles musulmans ont pris d’assaut la ville. Une occasion pour la direction du centre national d’état civil de proposer des sensibilisations à la population afin de juguler le fléau de la non déclaration des événements à l’état civil.
 
On a pensé que le Magal est une cérémonie bénie, qui est un grand rassemblement de personnes et une occasion idéale pour communiquer avec la population sur la déclaration des faits d’état civil, a savoir, les naissances, les mariages et les décès. Le gouvernement est en train de mener des actions de modernisation de l’état civil, il était donc important que l’on communique avec les populations pour qu’elles sachent déclarer les événements d’état civil », a fait savoir Dièye Mandiaye Ba, Directrice du centre national d’état civil au niveau du ministère de la gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire.
 
Les chiffres nationaux et le recensement de la population habitat de 2013  a sorti un taux d’enregistrement des naissances de 63%, mais le taux de déclaration des mariages et des décès est beaucoup plus faible, a t-elle fait savoir. « Aujourd’hui on a 40% de la population du Sénégal qui n’est pas déclaré l’état civil », notera t-elle.
 
Les raisons de cette non déclaration, selon la directrice de l’état civil, Mme Ba, est un manque d’information. « Les populations ne connaissent pas l’information et ne maîrisent pas les procédures et avec cette action de démarrage à Touba, nous allons pouvoir les sensibiliser ».
 
Les zones les plus touchées, finira t-elle par dire, sont les zones rurales, et le problème fondamental de Touba est la fiabilité. « On a pensé commencer ici, parce qu'à Touba il y a un phénomène qui était là, celui de la fraude documentaire et donc c’est important aujourd’hui d’être là », conclura t-elle.

Samedi 19 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :