Nomination du nouveau PM : Opération verrouillage, comment Macky Sall a opéré


Nomination du nouveau PM : Opération verrouillage, comment Macky Sall a opéré
Revenons sur le verrouillage qui a entouré la nomination du Premier ministre Mahammed Abdallah Boun Dionne et la formation de son gouvernement. Un verrouillage systématique qui commence à révéler ses secrets. Cette fois-ci Macky Sall avait décidé de s’entourer de toutes les garanties de non-fuites au sujet de son affaire. Et il a réussi son pari, parce que même des membres de l’actuel gouvernement avec qui il travaillait sur le profil de l’équipe ne savaient pas jusqu’au dernier moment s’ils y figureraient ou non.
Selon le « Pop », Macky n’avait qu’un souci, celui de restaurer les valeurs de l’Etat, de préserver ses secrets à travers son caractère confidentiel et sacré. Contrairement à ce qui a été dit au sujet de ce remaniement, le journal est formel: Macky Sall tenait son gouvernement au complet depuis samedi, c'est-à-dire le lendemain du limogeage de Mimi. Le reste, c'est-à-dire le rituel ne tenait qu’à une question d’opportunité. Le Président ne s’est donc pas pressé. C’est seulement quand les signes d’impatience dans l’opinion et d’amalgame ont commencé à prendre de l’ampleur qu’il a donné son feu vert pour le début du rituel de nomination du Premier ministre, ensuite celui du Directeur de son cabinet, et enfin celui du nouveau boss du Bosse avant que le gouvernement dans son intégralité ne soit dévoilé. Et à ce sujet, les supputations sont allées bon train au sujet de sa formation, puisqu’il n’y a pas eu le traditionnel et long ballet de consultations opérées par le Premier ministre et qui faisait perdre énormément de temps.
Pas de «cakas cakas» des anciens membres du gouvernement ou des nouvelles têtes qu’on scrute de la tête aux pieds pour deviner le moindre signe qui trahit s’ils seront «in» ou «out». En fait, pour comprendre ce qui s’est passé, il faut savoir que tout cela entrait dans le cadre du verrouillage voulu. Et le passage de Macky Sall au ministère de l’Intérieur comme premier flic du Sunugaal vers les années 2005, y a certainement contribué pour quelque chose. La nouveauté, c’est que la quasi-totalité des membres de ce gouvernement ont été consultés par téléphone à domicile. «C’est allé plus vite et c’est plus discret, cela nous évite les tensions inutiles liées à la médiatisation des consultations traditionnelles », précise aussi le quotidien qui renseigne que pour les autres collaborateurs de Macky Sall qui avaient leurs quartiers au Palais, le boss a pris langue directement avec eux. Une précision de taille, le Chef de l’Etat travaillait sur cette équipe gouvernementale depuis deux mois. Il avait des noms, parlaient avec certains, affinait.
As du cloisonnement, il consultait ses proches et échangeaient avec eux de l’autre côté. Mais comme dit plus haut, ses réflexes de flic - c’est pas pour rien donc qu’il est passé au ministère de l’Intérieur -, ont beaucoup joué. Au-delà du verrouillage, il avait bonnement codé les noms des différentes têtes qu’il avait ciblées. Même le gendarme qui tapait les noms de la liste ne savait pas de qui il s’agit. Et au sortir des Locales, il a fait les ultimes ajustements, à sa guise en tenant compte des équilibres régionaux, religieux etc. ce qui a donné une short-list qu’il était le seul à connaître. En gros, personne en dehors de lui, ne savait ce qu’il avait en tête. Et ce n’est qu’au dernier moment, le week-end, qu’il a décodé les noms.  Ce n’est qu’à ce moment que beaucoup d’entre eux ont été appelés par le Premier ministre - également renseigné sur son sort à cette ultime étape -, pour être briefés... 
Mardi 8 Juillet 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016