Nelson MANDELA : Un long chemin vers la liberté, Fayard, 1995, 659 pages.


Après lecture des trois premières parties de la biographie de Nelson Mandela (Première partie : Une enfance à la campagne ; Deuxième partie : Johannesburg ; Troisième partie : La naissance d’un combat de la liberté), qui tournent autour de 150 pages, j’ai tiré quelques 20 enseignements de l’expérience mythique de Madiba dont chacun d’entre nous peut s’inspirer :
  1. Quand on manque d’instruction et que les défis auxquels on est confrontés l’exigent, il faut faire des efforts supplémentaire pour en acquérir ;
  2. Quand on est né pauvre et/ou défavorisé par la naissance, on ne doit pas en faire un obstacle mais une source de motivation pour changer la situation ;
  3. Quand tout baigne encore dans l’incertitude, on ne doit pas se décourager mais toujours continuer à croire que des lendemains meilleurs s’en suivront ;
  4. La libération d’un peuple opprimé ne survient toujours qu’au bout d’âpres combats faits de sacrifices allant de l’emprisonnement à la mort ;
  5. Tous les hommes ont les mêmes droits, mais pas les mêmes devoirs ;
  6. L’histoire est toujours écrite par une minorité consciente au profit d’une majorité insouciante au départ ;
  7. Il faut se former idéologiquement et intellectuellement pour défendre de grandes causes ;
  8. Les moments d’incertitudes, de doutes, de difficultés ne doivent point nous faire renoncer à la vie et à l’espoir qui doit la sous-tendre ;
  9. Le destin de chacun est un projet, c’est à lui de le réaliser ;
  10. Sans la confiance en soi, qui sonne comme une force intérieure, on n’atteindra pas les sommets des collines ;
  11. Le fait d’atteindre le sommet d’une montagne n’est pas une fin en soi. Car il reste toujours encore d’autres montagnes à gravir ;
  12. Sur le long chemin de la réalisation du destin de l’homme, il commet des erreurs, des erreurs et encore des erreurs, mais qui constituent la somme de l’immense expérience qui fortifie sa personnalité ;
  13. Le niveau d’études (diplôme) n’a pas toujours un lien avec le niveau de conscience qu’on a de soi et du monde et la culture générale dont on dispose pour convaincre et inspirer les autres ;
  14. La conviction à un idéal est plus importante que la réalisation de cet idéal ;
  15. L’aventure dans le but de conquérir sa liberté, son indépendance et son autonomie peut souvent être source de grand et favorable destin ;
  16. Les grands hommes n’ont pas de vie heureuse et calme, mais bien remplie et instructive ;
  17. Il ne faut pas attendre que tous les moyens soient réunis pour agir, mais plutôt agir pour que tous les moyens soient réunis ;
  18. Quand l’engagement politique est le fruit d’un souci de lutte pour le rétablissement de l’injustice et la conquête de la libération du peuple, il est plus que noble et nécessaire ;
  19. Il faut se lier d’amitié avec les hommes et les femmes de conviction pour réaliser de grandes choses ;
  20. Quand on s’engage dans de grands projets, il faut avoir le soutien de grands hommes.
Lundi 24 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :